22/07/2010

Airbus contre Boeing, un duel de longue date

Airbus contre Boeing, un duel de longue date.JPG

Pour les deux géants de l'aéronautique, le salon de Farnborough ressemble à un véritable combat de boxe, au cours duquel les deux avionneurs cherchent à enregistrer un maximum de commandes. Retour sur une vieille rivalité.

La concurrence entre les deux grands a commencé en 1972, lorsque le nouveau constructeur aérien Airbus a lancé son premier avion : l'A300. Pas encore de quoi faire peur à l'américain Boeing, dont la compagnie existe depuis 1916. Mais si le constructeur américain a largement dominé le secteur jusqu'à la fin des années 1990, son concurrent est progressivement devenu un adversaire menaçant. En 1988, Airbus met en service l'A320, dont le succès (à hauteur de celui du Boeing 737 dans les années 60) permet au constructeur européen de s'imposer comme un incontournable dans le secteur. Petit à petit, avec les commandes croissantes d'A320 puis d'A330, et 340, mis en service en 1992, Airbus réduit l'écart de part de marché avec Boeing.

C'est en 2001 que tout bascule : après trente ans d'existence et une part de marché croissante dans les années 90, Airbus dépasse pour la première fois ses concurrents et devient alors le premier constructeur mondial d'avions civils. Cette année-là, le constructeur européen vend 378 appareils, ce qui représentait 54,4% du marché mondial, contre 314 pour son rival le plus proche, l'indétrônable Boeing jusqu'alors.
Le nouveau numéro un conserve cette place jusqu'en 2005. Mais en 2006, Boeing récupère sa position de leader, affirmant détenir 57% des commandes. Depuis, les deux principaux concurrents ne cessent de s'échanger la première place. Si Boeing l'a conservée en 2007, les années 2008 et 2009 ont donné l'avantage à Airbus. Quant à la première place pour l'année 2010, elle pourrait bien se jouer cette semaine au salon de Farnborough.

Le lièvre et la tortue ?
Alors que le groupe américain a devancé son principal concurrent au premier semestre 2010 (133 commandes nettes contre 117), les deux grands attendent beaucoup du salon de Farnborough. Anticipant une reprise économique (même si « inégale »), Boeing est aussi confiant qu'Airbus, dont le directeur commercial, John Leahy, a affirmé : « vous allez être étonnés par le nombre d'annonces que nous allons faire ».
Malgré un départ plus lent au premier semestre 2010 pour Airbus, ce salon pourrait bien être l'occasion pour le constructeur européen de repasser devant Boeing...


Lire aussi :
- Chiffres du premier trimestre pour Boeing et Airbus 09-04-10
- Airbus gagne la course aux commandes contre Boeing en 2009 02-01-10
- La course entre Boeing et Airbus 04-12-09
- Boeing accuse Airbus et Airbus accuse Boeing 05-09-09
- Airbus et Boeing en proie à des désistements de commandes 27-08-08
- Airbus redevient le numéro un mondial 02-01-08
- Boeing / Airbus 28-11-06

Publié dans Général | Lien permanent

20/07/2010

Combien gagne un pilote de ligne ?

 

Combien gagne un pilote de ligne.JPG

 

Les pilotes de ligne (avions commerciaux) gagnent-ils assez pour supporter leurs frais de licence et de formation ? 
Le salaire d'un pilote se compose d'une partie fixe (basique) et de primes. En Belgique, un pilote gagne en moyenne quelque 4000 EUR bruts. Le salaire d’un commandant de bord (expérimenté ou non) peut lui dépasser 7000 EUR bruts (voire 10 ou plus). Les copilotes perçoivent en début de carrière environ 3000 EUR. Cette rémunération augmente assez rapidement par la suite.
Un commandant de bord avec pas mal d'expérience (mi ou fin de carrière...) peut allègrement prétendre à 6000 EUR nets (voire plus). Mais tout cela dépend de la compagnie aérienne, de la situation de celle-ci, etc.
Depuis dix ans, le revenu d'un pilote de ligne en fonction a clairement chuté.


Coût de la formation exorbitant
La formation coûte très cher et les risques de pertes du métier sont grands.
Le pilote doit payer soi-même sa formation, et une licence professionnelle revient facilement à 80 000
EUR voire 100 000 EUR à l'heure actuelle (entièrement à charge du pilote donc).
Ceci en tenant compte du fait que cette somme est la plupart du temps empruntée, et donc soumise à intérêts... Le prix de revient total chatouille en fin de compte les 140 000 EUR pour monsieur le pilote. Cela commence à faire cher les études, non ?

900 heures de vol par an
Comparer les salaires n’a cependant pas beaucoup de sens. En règle générale... il n'y a pas de règle générale. Chaque compagnie applique ses propres barèmes.
En théorie, un pilote ne peut pas dépasser 900 heures de vol par an, mais il s'agit d'une indication trompeuse pour les gens ne connaissant pas le métier, car les activités d’un pilote ne se limitent pas aux vols
La préparation d’un vol débute au minimum une heure trente avant son départ. Le pilote passe en revue les plans de vol, l’itinéraire et les prévisions météo. Sur base de ces éléments, il effectue ses calculs (notamment sur la vitesse de décollage et la quantité de carburant). Après l’atterrissage, il doit analyser son vol et établir un rapport (ceci est une version très "simpliste" de la réalité).

Examens médical et technique
Tous les six mois, les pilotes doivent passer un examen à l’issue duquel ils peuvent perdre leur licence. Il s’agit d’épreuves de vol en présence d’un instructeur et de tests sur simulateur. En outre, les données de tous les vols sont transmises aux services centraux.

Ces données sont cryptées, mais si le monitoring indique des anomalies récurrentes, l’anonymat du pilote est dévoilé. Les pilotes doivent également se soumettre à des tests médicaux tous les six mois après 40 ans (annuellement en deça).

Au cours de sa carrière, un pilote voit son diplôme constamment remis en jeu, donc. Y a-t-il beaucoup de professions où le diplôme est remis en jeu systématiquement ?

Assurance
Si un pilote est écarté pour raisons médicales, par exemple parce que sa vue a baissé ou parce qu’il a perdu deux doigts dans un accident, il peut être couvert par l’assurance "loss of license". Cette assurance lui garantit alors son salaire. Cette police est très onéreuse, mais parfois prise en charge par la compagnie aérienne (les majors globalement)
.
Cette assurance perte de licence n'est donc pas systématiquement offerte par les compagnies.
Par exemple, les pilotes d'une low cost comme Ryanair n'en bénéficient pas, ou alors à titre privé et le pilote la paye extrêmement chère.


Voir l'index "carrières"

Lire aussi :
- Devenir pilote de ligne : le dossier complet
- Devenir pilote de ligne
- Pour être pilote de ligne (annexe)
- Une passion, un rêve
- Le métier de pilote de ligne pensé à 10 ans

 

Publié dans Général | Lien permanent

09/08/2009

Un voyage confortable en avion ? C'est possible !

Un voyage confortable en avion c'est possible

Vous partez bientôt en vacances et vous craignez déjà les longues heures de vol qui vous attendent ? Pas de panique ! Vous pouvez limiter les "dégâts" avec quelques astuces :

1. Réservez votre place.
Pour éviter de vous retrouver au milieu d'une rangée ou simplement avoir un siège avec de la place pour vos jambes, il faut vous réserver une place de choix. Pour cela, c'est simple : appelez votre compagnie aérienne ou faites-le en ligne. Optez pour le hublot si vous voulez dormir plus facilement, demandez une place face aux issues de secours si vous avez de grandes jambes...

2. Préparer des passe-temps.
Qu'on voyage avec ou sans enfant, mieux vaut amener de quoi se changer les idées. Certes, certains vols proposent des écrans personnalisés avec une foule de films et séries à votre disposition, mais en général vous aurez droit à un ou deux films sur un écran à plusieurs mètres de vous et pas toujours du meilleur goût. Emportez des magazines, un bon bouquin, des jeux miniatures (avec aimant) afin de vous occuper durant le vol...

3. Évitez de regarder l'heure
toutes les cinq minutes. Cela ne fera qu'allonger votre peine, et de toute façon ce n'est pas en vous énervant inutilement que votre avion arrivera à destination plus vite. Occupez-vous et patientez.

4. Amenez vos propres écouteurs.
Ceux de l'avion étant souvent de qualité médiocre, vous aurez ainsi un meilleur son, ce qui vous permettra d'oublier le bruit des moteurs ou les passagers bruyants.

5. Réduisez votre bagage à mains.

D'accord, parfois on n'a pas d'autres solutions, mais évitez autant que possible d'avoir à transporter des bagages volumineux ou lourds en cabine. Vous pourrez ainsi vous promenez librement dans l'aéroport (ce qui peut être salvateur en cas de correspondance).

6. Emportez votre brosse à dents
et un mini tube de dentifrice. De même que quelques lingettes pour vous rafraîchir. En vous sentant propre, vous vous sentirez aussi plus en forme et plus à l'aise.

7. Amenez de quoi grignoter.
Si certaines compagnies se décarcassent pour offrir des mets de qualité à leurs clients, d'autres proposent des plats infectes (et pas besoin d'être difficile pour ne pas aimer). N'hésitez pas à consulter les menus de vos vols sur le site de votre compagnie, certaines permettent même de commander à l'avance certains plats particuliers (végétariens, etc.).

8. Bougez.
Sur les vols long courrier, il est important d'effectuer quelques exercices régulièrement. Forcez-vous à vous rendre jusqu'aux toilettes une fois par heure et remuez les jambes. Grimpez sur la pointe de vos pieds en attendant votre tour, faites tourner vos chevilles et vos poignets, marchez dans l'allée... Ces petits gestes dynamiseront votre circulation sanguine et limiteront les risques de santé liés à ce type de vol longue durée.

9. Buvez de l'eau.
L'air conditionné assèche votre organisme, ce qui ne rendra votre voyage que plus pénible. Pensez donc à boire régulièrement (demandez au personnel de cabine, ils sont là pour prendre soin de vous). Évitez l'alcool.

10. Hydratez vos yeux et vos lèvres.

Emportez des gouttes hydratantes pour vos yeux afin de les humidifier régulièrement. De même, pensez à prendre du baume à lèvres car celles-ci se dessèchent particulièrement vite.

11. Evitez les places à l'arrière et celles près des toilettes.

A l'arrière, les mouvements de l'avion se ressentent plus et le bruit des moteurs est plus présent. Les places près des toilettes seront quant à elles inévitablement imprégnées de l'odeur de celles-ci... Logique (en plus du bruit et des allées-venues).

12. Reposez-vous.

Ne sortez pas jusqu'au bout de la nuit avant un voyage en avion. Votre organisme devra faire face à divers changements: pression, stress du voyage, mais aussi décalage horaire. Mieux vaut donc prendre un peu de repos avant votre départ.

Voilà, en mettant en pratique ces quelques conseils votre voyage vous paraîtra déjà moins éprouvant. Bien entendu, ça ne va pas raccourcir votre vol ou vous faire sentir comme une fleur à votre arrivée, mais ça limitera déjà les inconvénients. Bon voyage et bonnes vacances !

Publié dans Général | Lien permanent

25/12/2008

La police britannique sort un pilote de l'avion avant un vol pour ivresse

Le pilote d'un Boeing 777, qui devait relier Londres à Bombai, en Inde, a été sorti de l'avion par la police samedi après qu'un alcotest ait révélé un taux excessif d'alcool dans le sang à la suite d'une soirée bien arrosée, ont annoncé mardi les médias britanniques.

Les policiers armés ont fait irruption dans le cockpit de l'avion, qui se trouvait à l'aéroport londonien de Heathrow, juste avant le décollage. Ils ont arrêté le pilote Michael Harr, âgé de 62 ans.

Les faits se sont déroulés samedi matin et le journal The Sun présente le pilote comme un ancien Marine américain qui a travaillé auparavant pour Delta Airlines aux Etats-Unis.

Un porte-parole de Scotland Yard a précisé qu'il avait été mis en liberté provisoire jusqu'en février.

Le scandale a eu lieu deux mois après que la police britannique arrête, dans le même aéroport, un autre pilote américain, âgé de 44 ans, pour avoir consommé trop d'alcool quelques minutes seulement avant le décollage du jet de United Airlines qu'il devait conduire jusqu'à San Fransisco (côte ouest des Etats-Unis).

En octobre de l'année dernière, un pilote de la compagnie Virgin Atlantic, âgé de 42 ans, avait également été arrêté juste avant le décollage en direction de Miami.

Il est interdit aux pilote des compagnies aériennes de consommer de l'alcool dans les huit heures qui précèdent le décollage.

Publié dans Général | Lien permanent

07/05/2008

Luxair "soigne" la peur de l'avion

Luxair soigne la peur de l'avionPhoto du centre anti-stress d'Air France

Chacun de nous a ses propres angoisses en prenant l'avion : la peur des turbulences, la peur du décollage, des pannes techniques, de mourir, d'être en l'air pendant plusieurs heures...Notre peur de l'avion est souvent liée à d'autres peurs qui nous sont propres. Ceux qui ont peur de l'avion se classeraient en plusieurs catégories : les terriens, les décideurs, les anxieux, ceux qui ont vécu un choc émotif et ceux qui se cognent à l'espace. Des hommes et des femmes de toutes catégories sociales suivent ce genre de stages. En effet, la peur de l'avion reste une peur partagée par de nombreuses personnes.
Le manque de connaissances constitue aussi un facteur d'appréhension.

Un tiers des passagers souffre de graves angoisses physiques et émotionnelles en montant à bord d'un avion. Pour certains la panique est telle qu'ils ont un blocage total. Pourtant, l'avion est considéré comme 29 fois plus sûr que la voiture...

Si les voyages en avion sont pour vous synonyme de stress, s'ils déclenchent un sentiment d'inquiétude, de nervosité, de peur, voir même de panique, alors il pourrait être intéressent de participer à un stage encadré.

Les « cours » sont présentés par plusieurs spécialistes, en compagnie d'un psychologue, d'un commandant de bord et d'un personnel de cabine.

Luxair propose des stages pour 580 € par personne. Ce prix comprend l'inscription, deux déjeuners, les boissons, la documentation, un certificat et un vol aller-retour au départ du Luxembourg vers une destination Luxair.

Les prochains stages se dérouleront les 24 et 25 mai prochains. Pour plus d'informations, vous pouvez contacter le (+352) 24.56.56.56 ou envoyer un mail à aviophobie@luxair.lu

Publié dans Général | Lien permanent

21/04/2008

Un avion en difficulté atterrit à Liège-Bierset

Un avion effectuant la liaison entre Tel Aviv (Israël) et l'aéroport de Liège-Bierset était en difficulté lors de son atterrissage en raison d'un pneu crevé, dans la nuit de dimanche à lundi.

Le plan rouge, qui prévoit notamment l'envoi sur place d'un poste médical avancé et d'une cellule psychologique, a été déclenché vers 02h40.

L'avion, qui provenait de Tel Aviv, transportait 79 passagers. Son réservoir contenait encore deux tonnes de kérosène au moment de l'atterrissage. L'avion, dont un pneu était crevé, a finalement pu atterrir en douceur. On ne déplore aucun blessé.

Publié dans Général | Lien permanent

21/03/2008

Un avion rate son atterrissage à Mannheim

Un avion rate son atterrissage à Mannheim

Un petit avion avec 27 personnes à bord a été sérieusement endommagé mercredi en fin d'après-midi lors de son atterrissage à Mannheim (sud-ouest de l'Allemagne), lors d'un accident spectaculaire, mais qui n'a pas fait de blessé.

L'appareil, un Dornier 308 bi-moteur de la compagnie Cirrus Airlines, en provenance de Berlin-Tempelhof, a dérapé et quitté la piste d'atterrissage, avant de heurter un mur de protection anti-bruit, ont précisé les pompiers et les services de surveillance de l'espace aérien.
Les 24 passagers - en majorité des hommes d'affaires - et les trois membres d'équipage ont pu quitter l'appareil sains et saufs après l'accident, survenu sous un soleil radieux. L'aéroport de Mannheim devait rester fermé jeudi pour les besoins de l'enquête.

Cet accident survient moins de trois semaines après qu'une catastrophe aérienne a été évitée de justesse à Hambourg (nord), lorsqu'un Airbus A-320 avec 135 personnes à bord a été pris dans la tempête "Emma" au moment où il allait atterrir.

Publié dans Général | Lien permanent

04/03/2008

Un physicien veut rendre les voyages en avion moins stressants

Un physicien veut rendre les voyages en avion moins stressants

Coincé dans la file avant de monter à bord d'un avion, vous tentez de rester calme malgré le stress et la foule. Une fois à bord, impossible d'avancer et de rejoindre votre place, le couloir central est encombré par les autres passagers. Difficile dans ces conditions de ne pas s'énerver...

Interpellé par ce problème, un physicien américain a étudié les moyens de faciliter l'opération d'embarquement et il a trouvé la solution, rapporte The Observer. Que les vols soient devenus plus angoissants depuis le 11 septembre 2001 est pour le moins compréhensible. Mais ils pourraient déjà l'être beaucoup moins s'il n'y avait pas, à chaque embarquement, ce véritable chaos créé par des passagers qui ne trouvent pas leurs places ou qui ne rangent pas leurs bagages dans les casiers prévus à cet effet.

Jason Steffen est bien conscient du problème. Fatigué d'être confronté à ce type de situation, il a cherché des alternatives sur base de son domaine de connaissance, la physique. Réfléchissant à la manière dont les atomes et les molécules se comportent, il a développé une nouvelle technique pour l'embarquement des passagers à bord des avions, se basant sur la "méthode de Monte-Carlo par chaînes de Markov", bien connue des spécialistes. Il a déterminé que chaque passager doit déjà avoir, avant de monter à bord de l'appareil, sa place fixe. Les personnes installées près des fenêtres devraient entrer en premier et laisser à chaque fois une rangée libre entre elles et les passagers suivants.

Concrètement, cela signifie, pour un avion avec 40 rangées de sièges où l'embarquement se fait par l'arrière, que l'on place d'abord les passagers des rangées 40A, 38A, 36A, ... Ensuite, viennent les places 39A, 37A, 35 A, etc, avec à chaque fois, d'abord la place à la fenêtre, puis celle du milieu et enfin, celle du couloir. Le physicien reconnaît que son système devra peut-être parfois être adapté, par exemple pour les familles avec des enfants en bas âge. Il est néanmoins convaincu qu'il s'agit de la "solution idéale pour un vrai problème".

Publié dans Général | Lien permanent

02/03/2008

Le trafic aérien perturbé à Schiphol

Le trafic aérien de l'aéroport international d'Amsterdam-Schiphol était toujours fortement perturbé aujourd'hui en raison des forts vents soufflant sur les Pays-Bas, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP.

Dans la matinée, les vols continueront à être retardés, a indiqué une porte-parole de l'aéroport. Seules deux pistes sont utilisables actuellement, contre trois en temps normal, a-t-elle expliqué.
Cet après-midi, la situation pourrait s'améliorer, selon ANP. La tempête "Emma" qui s'est abattue samedi sur plusieurs pays d'Europe avec des vents soufflant jusqu'à 200 km/h a fait huit morts en Allemagne, en Autriche et en République tchèque.

Aux Pays-Bas, seuls des dégâts matériels de petite importance ont été déplorés, mais les vols de l'aéroport d'Amsterdam ont connu de fortes perturbations dès samedi matin.

Publié dans Général | Lien permanent

26/02/2008

Un avion de ligne britannique dérouté vers la Turquie après la mort du co-pilote

Un avion de ligne britannique dérouté vers la Turquie après la mort du co-pilote

La compagnie britannique GB Airways a annoncé lundi que l'un de ses avions de ligne a été contraint de se dérouter vers la Turquie après un malaise du co-pilote à mi-parcours.

GB Airways a précisé que ce vol transportait 156 passagers entre Manchester et Paphos à Chypre, dimanche. L'appareil, un Airbus A320, a atterri à Istanbul après ce qui a été qualifié d'urgence médicale à bord. Le co-pilote est décédé après l'atterrissage de l'avion.
Le nom et l'âge du co-pilote ainsi que la cause du décès n'ont pas été divulgués mais GB Airways a déclaré qu'il était mort de cause naturelle.

 

A aucun moment, les passagers ou les membres d'équipage n'ont été en danger, a précisé GB Airways avant d'ajouter que ces passagers seront acheminés vers Chypre ce lundi.

Publié dans Général | Lien permanent