08/01/2011

Boeing réalise ses objectifs de livraison de 2010

Boeing réalise ses objectifs de livraison de 2010.JPG
Le bilan de 2010 des commandes et livraisons de Boeing a été publié le 6 janvier par le constructeur américain. Celui-ci a confirmé avoir réalisé son objectif de livraisons (fixé à 460) en livrant 462 unités aux compagnies clientes (contre 481 en 2009).
Ces chiffres restent cependant loin des niveaux records atteints en 1999, avec la livraison de 620 appareils.

La famille 737 a d’ailleurs battu un nouveau record avec 376 unités du monocouloir livrés au cours de l'année 2010. 74 unités du "triple seven", le 777, et 12 du 767, ont été produites.

Le carnet de commandes également se porte bien, s'étant étoffé grâce à des accords conclus pour un total de 530 appareils nets, Boeing y voyant un signe de reprise de l'expansion des compagnies aériennes.
Le 737 est une fois de plus premier sur le podium, avec 486 unités. Le 777 représente quant à lui 46 unités.

Ce succès permet à l'avionneur américain d’annoncer plusieurs augmentations de cadence de production de ces deux modèles. Le 737 passera à 35 unités mensuelles à partir de début 2012, puis 38 à partir du deuxième trimestre 2013.
Le 777 passera de 5 unités mensuelles actuellement à 7 vers la mi-2011, puis 8,3 durant le premier trimestre 2013.

Le bilan n’est toutefois, paradoxalement, pas si rose pour Boeing. Payant les retards des nouveaux programmes, le résultat net des commandes et annulations est négatif pour le 747-8 (-1) et pour le 787 (-4), dont on attend toujours le nouveau calendrier. Et finalement, Boeing n’aura pas rempli l’objectif le plus symbolique qu’il s’était fixé pour 2010, soit livrer son premier Dreamliner à ANA (All Nipon Airways) avant la fin de l’année...

La Norvège disposée à céder sa part de SAS en cas d'offre

La Norvège est disposée à céder sa participation de 14,29% dans Scandinavian Airlines, a déclaré Trond Giske, ministre norvégien du commerce, faisant bondir le titre du groupe de près de 10% il y a quelque jours. La compagnie SAS est de longue date l'objet de rumeurs de rachat et des informations de presse font état ces derniers jours d'un intérêt prononcé de la compagnie allemande Lufthansa (voir "Lire aussi" plus bas).

La Norvège, la Suède et le Danemark détiennent à eux trois 50% de la compagnie scandinave basée à Stockholm.
"Nous sommes ouverts à une vente si une bonne opportunité se présente. Nous n'éprouvons pas le besoin idéologique de posséder une compagnie aérienne", a indiqué Trond Giske en marge d'une conférence sur la participation de l'État dans les entreprises.

L'idée d'un rachat de SAS par un grand groupe européen est un thème récurrent lorsqu'il s'agit de SAS, qui se débat avec difficulté face à la concurrence des compagnies à bas coûts et qui doit composer avec des pertes importantes après une série de plans de restructuration.

Lufthansa, British Airways et Air France seraient toutes les trois tentées par le rachat du groupe Scandinave.

Trois critères seront pris en compte si l'Etat doit examiner une offre, a-t-il précisé : "Le premier sera les employés, le deuxième sera l'offre de trafic aérien en Norvège et le troisième, la valeur de l'entreprise - qu'elle soit préservée et que nous obtenions un bon prix.".

 

Lire aussi :
- Etat des lieux du ciel mondial 13-02-10

- SAS affiche une perte moins importante que prévue 19-08-10
- SAS surprend avec un bénéfice inattendu 05-11-09
- SAS, en grandes difficultés, va supprimer 3000 emplois et vendre ses filiales 03-02-09
- Lufthansa reconnaît des discussions avec SAS 04-01-09
- SAS en détresse 11-11-08
- SAS supprime 2500 postes 15-08-08
- SAS retourne vers Bombardier 12-03-08  

03/01/2011

La diplomatie américaine aurait favorisé les ventes de Boeing

La diplomatie américaine aurait favorisé les ventes de Boeing.jpgDes diplomates américains sont intervenus à plusieurs reprises pour favoriser les ventes de Boeing face à son (presque) éternel rival européen, Airbus. C'est ce que révèlent des télégrammes diplomatiques obtenus par WikiLeaks (et publiés par le New York Times).
 
Les informations décrivent une lutte acharnée entre l'administration Bush et le président français Nicolas Sarkozy pour remporter un contrat avec Bahrein en 2007.
Au final, la diplomatie américaine a convaincu les autorités de cet émirat d'acheter chez Boeing en liant le contrat avec une visite de George W. Bush, qui a eu lieu en janvier 2008, la première à Bahrein d'un président américain en exercice.
"C'est la réalité de ce 21ième siècle, les gouvernements interviennent de plus en plus pour soutenir leurs entreprises et nous devons faire la même chose", a déclaré Robert Hormats, sous-secrétaire d'Etat pour les affaires économiques.
 
Un de ces câbles relate également l'intervention du département d'Etat américain pour que Boeing accède à la demande du roi d'Arabie Saoudite Abdullah d'avoir sur son avion la même technologie que l'avion présidentiel américain Air Force One.
Le département d'Etat a confirmé être intervenu pour "autoriser" cet aménagement dont dépendait la signature d'un gros contrat.
 
En novembre 2006, la compagnie publique saoudienne avait finalement signé un contrat pour 12 appareils 777-300ER pour un montant de 3,3 milliards USD.
Ces pratiques se seraient poursuivies malgré des décennies d'accords tacites selon lesquels les dirigeants européens et américains devaient s'abstenir de se mêler des contrats dans le secteur de l'industrie aéronautique.

30/12/2010

Le trafic aérien a ralenti en novembre dans le monde

Le trafic aérien a ralenti en novembre dans le monde.jpg

La croissance du trafic aérien international a ralenti en novembre (confer IATA), preuve que la reprise économique mondiale connaît un fléchissement.

Selon l'association internationale du transport aérien, le trafic de fret, baromètre important des échanges commerciaux, a augmenté de 5,4% le mois dernier par rapport à novembre 2009, un taux de croissance bien inférieur au bond de 14,5% enregistré en octobre.
"Le secteur est en train de changer de vitesse dans le cycle actuel de la reprise", a indiqué Giovanni Bisignani.
"La croissance est en train de ralentir pour revenir aux niveaux historiques normaux, dans la fourchette de 5% à 6%. La faiblesse relative des marchés développés est actuellement compensée par la dynamique de l'expansion économique des marchés en développement", a-t-il ajouté.

Le trafic passagers a quant à lui augmenté de 8,2% sur un an en novembre, contre 10% en octobre. Il dépasse en revanche toujours de 4% le pic du début 2008, avant que la dernière crise ne frappe l'économie.

29/12/2010

L'Espagne lance la privatisation du contrôle aérien dans 13 aéroports

Le gouvernement espagnol a lancé mercredi le processus de privatisation du contrôle aérien dans 13 aéroports du pays, dont ceux de Valence et Séville, avec comme objectif d' "améliorer la qualité du service des tours de contrôle et son efficacité économique".

La mesure survient quelques semaines après une grève sauvage des contrôleurs aériens pour protester contre leurs nouvelles conditions de travail, qui a paralysé le pays pendant 24 heures et entraîné le gouvernement à décréter l'état d'alerte, pour la première fois dans l'histoire de la démocratie espagnole.
Cet état d'alerte, qui place le contrôle aérien sous autorité militaire, a été récemment prolongé jusqu'au 15 janvier.

Les aéroports concernés sont répartis sur tout le territoire : Alicante, Valence, Sabadell, Ibiza, Jerez, Séville, Melilla, Lanzarote, Fuerteventura, La Palma, La Corogne, Vigo et Cuatro Vientos, précise le ministère des transports.

Pour le gouvernement, il ne s'agit que des "13 premiers aéroports" concernés, d'autres parmi les 47 que compte le pays pouvant suivre prochainement.

L'organisme de gestion aéroportuaire Aena dispose désormais d'un mois pour lancer un appel d'offres, qui durera environ sept mois.
"Il s'agit de la réforme structurelle de plus grande ampleur de ces dernières années dans le domaine aéroportuaire", a indiqué le ministère, estimant que "le passager sera le grand bénéficiaire de cette réforme parce qu'elle améliorera la qualité de service".
"En outre, l'entrée sur le marché espagnol de fournisseurs de services de contrôle des tours différents d'Aena permettra de réduire les coûts de la navigation aérienne en Espagne, ce qui contribuera à augmenter la compétitivité du transport aérien", poursuit le communiqué.
"La sécurité est pleinement garantie", a assuré le ministère, car "les nouvelles entreprises qui assureront ce service seront certifiées".

Selon le ministère, le contrôle aérien est libéralisé totalement au Royaume-Uni et en Suède, partiellement au Danemark et en Italie.

Le gouvernement espagnol a aussi récemment annoncé la prochaine privatisation jusqu'à 49% d'Aena, dans l'espoir de trouver de nouveaux revenus pour assainir les comptes publics.

27/12/2010

L'Europe veut des aéroports mieux préparés aux épisodes neigeux

Le Commissaire européen au transport a jugé "inacceptable" la situation du transport aérien en Europe ces derniers jours, en appelant à ce que cela ne se reproduise plus.

Plus précisément, Siim Kallas estime que les aéroports sont le maillon faible de la chaîne durant ces intempéries, et va convoquer à ce titre les représentants des opérateurs aéroportuaires pour en discuter avec eux.
"Les aéroports doivent se montrer sérieux dans l'anticipation de ces conditions climatiques difficiles", a-t-il ajouté, rappelant que la neige n'est pas si rare en Europe à cette période de l'année. Une bonne préparation, à l'instar de ce qui est pratiqué dans le nord de l'Europe, n'est pas une option et doit être programmée, selon le commissaire européen.

Le secteur aérien devrait continuer à remonter en Bourse

Les compagnies aériennes devraient renouer avec les bénéfices l'an prochain avec la reprise des voyages d'affaires, ce qui explique qu'elles soient très prisées ces derniers temps.
Avec l'accélération de la croissance dans les pays occidentaux et de moindres réductions budgétaires dans les entreprises, les voyages d'affaires reprennent. Et cette activité est bien plus rentable pour les compagnies aériennes que le transport de touristes.
"Tout repose vraiment sur la première classe et la classe affaires. Leur fréquentation est liée à la robustesse des entreprises et à la croissance du commerce mondial, qui se poursuit", commente Richard Batty, analyste chez Standard Life Investments à Edimbourg.

Selon les estimations de Crédit Suisse, Air France KLM devrait ainsi connaître une hausse de son chiffre d'affaires à 27,2 milliards EUR pour l'exercice clos en mars 2012, soit une hausse de 11% par rapport à l'année à mars 2010. Cette amélioration serait essentiellement due à la hausse du trafic "premium", c'est-à-dire de première classe et classe affaires.
Pour la plupart des compagnies, et selon leurs propres chiffres, le trafic global est en augmentation ces derniers mois par rapport à 2009, ce qui n'était pas le cas en début d'année.
Le taux de remplissage est meilleur, ce qui augmente la marge d'exploitation, ajoutent les analystes.

Selon l'IATA, le nombre de passagers premium a augmenté de 10,9% en octobre par rapport à l'année précédente.

British Airways a déjà décollé
L'IATA estime aussi que les compagnies aériennes auront renoué avec les profits en 2010 et poursuivront sur cette tendance en 2011.

Parmi les valeurs qui attirent le plus les investisseurs, figurent British Airways qui a déjà gagné 25% au cours des derniers mois et possède encore néanmoins un bon potentiel de hausse, selon les analystes.
L'analyse qui est faite du transporteur britannique s'est grandement améliorée depuis qu'il a subi une perte de 541 millions GBP lors de l'exercice à mars 2010. Les grèves du personnel n'ont pas eu un impact aussi négatif que certains le craignaient. En outre, British Airways pourrait bénéficier de la fusion programmée avec Iberia.
La fusion devrait à elle seule générer environ 400 millions EUR de synergies. Selon les analystes, le chiffre d'affaires combiné devrait atteindre 22 milliards USD (16,7 milliards EUR environ) en 2012, contre 18 milliards USD (13,7 milliards EUR environ) en 2010.

Les analystes estiment qu'Air France KLM et Lufthansa continueront également à surperformer les marchés européens dans leur ensemble.

Dans les recommandations de Crédit Suisse, la compagnie franco-néerlandaise et l'allemande ont récemment rejoint British Airways et Iberia en catégorie "surperformer".

Le retour des voyages d'affaires devrait également bénéficier aux compagnies à bas prix, soulignent les analystes. Ainsi, EasyJet devrait voir son chiffre d'affaires augmenter de 20% sur les deux prochaines années et son bénéfice par action devrait doubler sur la même période.