J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

24/01/2011

Les compagnies aériennes se mettent au vert

Les compagnies aériennes se mettent au vert.PNGQantas, British Airways ou encore Air France font partie des compagnies qui multiplient les efforts pour réduire leurs émissions de CO2. Celles transitant sur le sol européen seront en effet soumises au système d'échanges de quotas dès 2012.

Toutes les compagnies aériennes lui courent après. Solena, société américaine spécialisée dans la production de biocarburant à partir de déchets organiques, multiplie les partenariats juteux dans le secteur. Dernier en date : la compagnie australienne Qantas qui, d'après le Wall Street Journal, devrait annoncer fin janvier la construction d'une usine de ce genre dans la banlieue de Sydney pour un investissement de 300 millions USD.

Avant elle, British Airways avait sauté le pas, officialisant en février 2010 la construction d'une usine similaire près de Londres.
« Cette usine transformera 500 000 tonnes de déchets par an en 61 millions de litres de biocarburant, ce qui permettra une réduction de 95% des émissions de gaz à effet de serre comparé à une utilisation de kérosène classique. Concrètement, cela équivaudra à retirer de la circulation 48 000 véhicules automobiles par an », expliquait alors Solena. British Airways compte, dès 2014, utiliser ce biocarburant pour faire voler une partie de sa flotte. De quoi lui permettre, selon son patron, d'atteindre l'objectif d'une baisse de 50% de ses émissions d'ici à 2050.

Solena serait actuellement en discussion avec Lufthansa, mais aussi Ryanair et Easyjet. Le duo low cost souhaiteraient la fabrication d'une usine de ce type en Irlande, dans les environs de Dublin.

Epée de Damoclès
Globalement, depuis deux ans, les compagnies aériennes ont adopté des comportements verts. KLM a exécuté en 2009 le premier vol de passagers au monde avec un Boeing 747 utilisant du biocarburant (lire ici), qui représentait un huitième de son plein de carburant.
Japan Airlines et Air New Zealand ont aussi effectué des vol-tests d'une heure trente avec le réacteur d'un Boeing 747 alimenté par un mélange de kérosène et de biocarburant.

Cette nouvelle attitude s'explique par un changement de taille dans la législation du secteur aérien qui interviendra dès 2012. A cette date, les émissions de gaz à effet de serre des compagnies aériennes seront intégrées au système d'échange de quotas européen. Tous les vols, domestiques et internationaux, au départ ou à l'arrivée des 27 pays membres, seront touchés par ce système, excepté les vols diplomatiques, militaires ou humanitaires.

Pour les 4000 compagnies aériennes concernées, 15% des quotas de CO2 seront mis aux enchères, le reste étant attribué gratuitement par l'Union Européenne. Cette décision se traduira par des objectifs chiffrés pour les compagnies : dès l'an prochain, elle devront diminuer de 3% leurs émissions par rapport à la moyenne des émissions annuelles du secteur entre 2004 et 2006. Ce chiffre sera porté à 5% par an de 2013 à 2020.

« Un pas dans la bonne direction »
Pour les organisations de protection de l'environnement, cette modification législative est accueillie avec soulagement. « Nous l'avions demandé il y a deux ou trois ans. Depuis 1997 et le protocole de Kyoto, l'aérien n'est pas concerné », constate Jean-Stéphane Devisse, directeur des programmes de conservation chez WWF.

Pour autant, les défenseurs de la nature sont conscients de la difficulté que rencontrent les acteurs du secteur.
« L'aérien, ce n'est pas comme le bâtiment. Les avions ne peuvent pas voler sans kérosène du jour au lendemain. C'est pour cela que nous jugeons ces objectifs réalisables. Ils constituent un pas dans la bonne direction », précise WWF. L'ONG estime toutefois que les choix actuels des compagnies ne sont pas forcément les bons.
« La première étape serait d'abord de faire en sorte de consommer moins au kilomètre plutôt que de viser le biocarburant ou les agrocarburants. Cette dernière technologie est chère et parfois tout aussi énergivore. Elle peut, de plus, favoriser des tensions sur le marché alimentaire ».

Reste la solution « logique » pour les compagnies aériennes, d'après WWF : « atteindre des taux d'occupation maximum des avions, améliorer les rotations des avions, et moderniser les flottes ». Sur ce dernier point, l'ONG constate que compagnies et avionneurs sont déjà très actifs car « ils y ont intérêt, vu la hausse du prix du pétrole sur le long terme ». Jean-Stéphane Devisse va plus loin : « il faudrait une alliance des opérateurs avion-rail TGV sur les trajets moyen courrier ». Autrement dit, imaginer une coopération totale entre la SNCF et sa concurrente Air France. L'ONG est réaliste : cette solution reste un « idéal »...


> Plus d'articles sur les défis de l'environnement pour l'aéronautique dans la catégorie "Environnement" de J.R.

Publié dans Environnement | Lien permanent

23/01/2011

ATR double ses ventes en 2010

 

ATR double ses ventes en 2010.PNG

Le constructeur de turbopropulseurs régionaux ATR publie un chiffre d'affaires de 1,35 milliards USD pour 2010, dans "un contexte économique et financier défavorable", souligne le communiqué de ce dernier.

 

La co-entreprise à parts égales entre EADS et Alenia Aeronautica (Groupe Finmeccanica) a cependant dévoilé un volume de commandes de 80 avions neufs en 2010, ainsi que 33 options, pour un montant total évalué à quelques 2,4 milliards USD.
"Je suis ravi qu'ATR ai retrouvé sa croissance en 2010 en doublant notamment ses commandes par rapport à l'année dernière", s'est réjouit Filippo Bagnato, le Président Exécutif d'ATR.

ATR a indiqué que ses performances illustraient les premiers signes de la reprise de l'activité aéronautique.

ATR se prépare ainsi pour "atteindre un nouveau palier de croissance à partir de 2012, dont l'objectif sera de livrer autour de 70 avions par an et d'atteindre un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars".


Lire aussi :
- ATR : record, mais prudence pour 2009 24-01-09
- Le succès d'ATR ne se dément pas 26-01-08
- ATR signe un contrat de plus de 90 millions de dollars avec Finncom Airlines 21-01-08
- ATR arrive sur le marché malaisien 05-12-07

L'Europe invite les aéroports à tirer les leçons des perturbations dues à la neige

L'Europe invite les aéroports à tirer les leçons des perturbations dues à la neige.PNG

Siim Kallas, vice-président de la Commission Européenne et responsable des transports, a rencontré le 19 janvier à Bruxelles les PDG de grands aéroports européens pour discuter de la manière de prévenir les problèmes auxquels ils ont dû faire face en raison de fortes chutes de neige, le mois dernier.
Les intempéries ont obligé les principaux aéroports européens à fermer, au moins en partie, ce qui a considérablement perturbé le trafic aérien sur l'ensemble du vieux continent. 35 000 vols (soit davantage que sur l'ensemble de l'année 2009) ont été annulés, obligeant plusieurs milliers de voyageurs à passer la nuit dans les aéroports. La Commission présentera des mesures spécifiques pour résoudre certains des problèmes les plus importants dans un paquet "Aéroports" qui sera publié plus tard dans l'année.

Siim Kallas a déclaré : « Si l'industrie du transport aérien peut difficilement prévoir un nuage de cendres volcaniques, nous savons par contre que nous devons affronter l'hiver chaque année et nous devrions y être prêts. L'élaboration et la mise en oeuvre de plans d'urgence incombent au secteur de l'aviation. À l'échelon européen, nous pouvons faciliter les choses en renforçant, si besoin est, le cadre réglementaire et, en particulier, en imposant aux aéroports européens de mettre en place un service minimum et de respecter des critères de qualité dans l'intérêt des passagers. Ces exigences feront partie d'une série de propositions législatives contenues dans le paquet Aéroports prévu pour cette année. » (MEMO/11/28).

Les évènements du mois passé
En décembre 2010, le trafic aérien a été sévèrement perturbé. Un grand nombre de plateformes aéroportuaires (hubs), parmi les plus importantes en Europe en termes de trafic, ont partiellement fermé pendant l'un des week-ends les plus chargés de l'année (puisqu'il correspondait au début des vacances de Noël). De nombreux vols ont été annulés et des milliers de passagers se sont retrouvés coincés dans ces aéroports dans toute l'Europe et même dans d'autres parties du monde. Il en a résulté d'énormes problèmes de manutention des bagages. Dans certains aéroports, des inquiétudes concernant une pénurie de liquide de dégivrage ont également nuit aux opérations. Au total, des dizaines de milliers de vols ont été annulés.

Au cours de la réunion, les représentants des aéroports ont donné leur avis sur les évènements et fait part de leur expérience et des facteurs et défaillances en jeu :
- Les fortes chutes de neige ont touché des plateformes aéroportuaires européennes qui fonctionnent presque à la limite de leurs capacités, et à un des moments les plus chargés de l'année.
- Bien souvent, les opérations de déneigement étaient trop lentes.
- Heathrow, l'une des plateformes où le trafic est le plus intense en Europe, a été fermée durant plusieurs jours. Cette fermeture a entraîné la fermeture d'autres aéroports en cascade, car les aéroports forment un système complexe.
- Les informations aux voyageurs ont été trop lentes pour éviter les temps d'attente aux aéroports.
- La menace d'une pénurie de liquide de dégivrage a perturbé et limité les opérations aéroportuaires.

Comment faire en sorte que cela ne se reproduise plus ?
- Il faut améliorer les plans d'urgence en cas de neige dans les aéroports.
- Nous devons garantir une meilleure coopération entre toutes les parties concernées dans les airs et au sol.
- Nous devons garantir le bon fonctionnement des plateformes aéroportuaires. En raison de l'effet de cascade, les aéroports doivent être davantage intégrés et travailler en réseau. Ils ne peuvent travailler en étant isolés les uns des autres.
- Il faut améliorer la qualité et la rapidité de diffusion de l'information aux voyageurs concernant les retards et les réacheminements.

Le secteur de l'aviation est le premier responsable des plans d'urgence. Ce que la Commission peut faire, c'est renforcer, si besoin est, le cadre réglementaire et, en particulier, garantir un service minimum et imposer le respect de critères de qualité dans les aéroports européens dans l'intérêt des passagers.


Prochaines étapes

Dans la perspective de Noël 2011, M. Kallas a demandé aux aéroports européens de lui présenter dès que possible un rapport sur l'état de la situation concernant les plans d'urgence pour l'hiver prochain.

M. Kallas présentera des mesures spécifiques pour résoudre les problèmes mentionnés ci-dessus dans le paquet Aéroports, attendu en principe avant l'été.

22/01/2011

Revue à la hausse des prévisions des résultats du secteur aérien

L'Association Internationale du Transport Aérien a revu nettement à la hausse ses prévisions de résultat du secteur aéronautique.
Un bénéfice de 8,9 milliards USD en 2010 est désormais évoqué, soit trois fois plus que sa précédente estimation en juin, grâce à une reprise plus importante et rapide que prévue. Cela constitue un redressement spectaculaire du secteur car, en 2009, les compagnies aériennes avaient subi des pertes estimées à près de 10 milliards USD.

Ce sont essentiellement les compagnies de la région Asie-Pacifique qui vont tirer parti de ce redressement, avec une forte reprise de l'activité de transport de fret. La prévision de bénéfices pour la région a ainsi été revue à 5,2 milliards USD, trois milliards de plus qu'auparavant. En revanche, les compagnies européennes devraient rester globalement déficitaires cette année, même si la prévision de pertes pour 2010 a été réduite à 1,3 milliard USD, contre 2,3 milliards précédemment estimés. Le décalage entre l'Europe et l'Asie devrait perdurer en 2011.

21/01/2011

Nouveau né dans le ciel : Northern Cyprus Airline

La compagnie aérienne chypriote est officiellement née hier jeudi, grâce à un accord entre Turkish Airlines et le gouvernement de Chypre du Nord. Elle effectuera ses premiers vols à partir du mois de mars prochain, au départ de Nicosie.

Northern Cyprus Airline sera détenue en majorité par une entreprise privée locale (60%). Le gouvernement (30%) et Turkish Airlines (10%) complètent le capital de la compagnie, estimé à 20 millions TRY (livres turques).
La nouvelle compagnie de Chypre du Nord remplacera Turkish Cypriot Airlines, déclarée en faillite en septembre 2010. Elle desservira 11 destinations ( trois de moins que la précédente compagnie) depuis l’aéroport international Ercan de Nicosie.

La République de Chypre du Nord n'est reconnue officiellement que par la Turquie, dont elle dépend économiquement.

20/01/2011

EasyJet avertit sur ses résultats

EasyJet avertit sur ses résultats.PNG

La low cost britannique EasyJet a indiqué jeudi que sa perte semestrielle pourrait doubler en raison de la hausse des prix du kérosène et des conditions climatiques après avoir accusé une charge de 31 millions GBP au premier trimestre en raison du froid et de grèves.
"Les perspectives économiques européennes restent incertaines et la hausse des prix du kérosène exercera à court terme une pression inévitable sur les marges", a déclaré sa directrice générale, Carolyn McCall.

EasyJet pourrait ainsi accuser une perte avant impôt d'environ 160 millions GBP au premier semestre, près du double des 78,7 millions GBP perdues l'année dernière.
Le titre plongeait de 13,98% à 392,288 pence à l'annonce.

EasyJet a par ailleurs indiqué que son chiffre d'affaires avait augmenté de 7,5% au premier trimestre, porté par la progression du nombre de passagers transportés, lui permettant d'atténuer les effets de la vague de froid qui a perturbé en décembre le trafic aérien.
Mais EasyJet a également annoncé une charge de 18 millions GBP liée aux intempéries et une autre de six millions pour fait de grève. Et les investisseurs ont immédiatement sanctionné le titre.

La compagnie aérienne à bas coûts a fait état d'un chiffre d'affaires de 654 millions GBP (776 millions EUR environ) sur son premier trimestre fiscal qui correspond aux trois derniers mois de 2010, tandis que le nombre de passagers transportés s'est apprécié de 8,8% à 11,9 millions.

La fermeture de plusieurs aéroports européens, due aux conditions climatiques, a gelé le trafic pendant plusieurs jours. À celà est venue s'ajouter une grève des contrôleurs aériens en Espagne.

Les diverses perturbations qui ont affecté l'activité de EasyJet ont coûté 98 millions GBP au transporteur l'année passée.


A lire aussi :
- Résultats en forte hausse pour EasyJet 16-11-10
- EasyJet garde son nom 13-10-10
- EasyJet relève sa prévision de bénéfice annuel 06-10-10
- EasyJet affiche une hausse de 9,4% de sa fréquentation en juin 08-07-10 
- easyJet : une compagnie low cost puissante 03-04-10
- Chiffre d'affaires en hausse de 10,5 % pour easyJet 21-01-10
- Le directeur général d'easyJet estime que le pire est passé pour le transport aérien 26-11-09
- easyJet compte améliorer ses bénéfices 19-11-09
- easyJet connaît une hausse de son trafic 08-10-09
- easyJet n'exclut pas la révision du plan de craoissance de sa flotte 09-02-09
-
La crise donne des ailes au low cost 27-01-09
-
Premier trimestre meilleur que prévu pour easyJet 24-01-09
- Les résultats d'easyJet entachés par le prix du pétrole 19-11-08
- Pourquoi Ryanair et easyJet devraient survivre à la flambée du prix du pétrole 08-08-08
- easyJet renforce son réseau en Belgique 11-06-08
-
Les compagnies low-cost plaident pour une réforme du trafic aérien 28-03-08
- easyJet renforce son implantation en France 25-01-08
- L' "écoJet" by easyJet 14-12-07
- easyJet achète la compagnie GB Airways pour 149 millions d'euros 25-10-07
- easyJet va investir 600 millions d'euros à Roissy et Lyon d'ici 2011 04-10-07

- easyJet s'implante à Zaventem 27-02-07

19/01/2011

American Airlines poursuit son redressement

American Airlines poursuit son redressement.PNG

AMR Corp, maison mère d'American Airlines, fait état d'une perte trimestrielle inférieure aux attentes et d'un chiffre d'affaires en hausse de plus de 10% qu'elle attribue à un meilleur contrôle des coûts salariaux et des frais relatifs aux carburants.
American Airlines est la deuxième grande compagnie aérienne américaine à publier ses résultats après Delta Airlines (lire ici), dont les bénéfices se sont révélés moindres qu'attendu.

Au quatrième trimestre, la perte nette s'est inscrite à 97 millions USD, ou 29 cents par titre, contre une perte de 344 millions USD (1,03 dollar par action) un an auparavant.
La compagnie précise que cette perte comprend une charge de 28 millions USD, sans impact sur sa trésorerie, liée à l'abaissement de l'estimation de la valeur de sa desserte colombienne, désormais plus facilement accessible à ses concurrents.
En excluant cet élément, la perte ressort à 69 millions USD (soit 21 cents par action).

Le chiffre d'affaires est quant à lui ressorti en hausse de 10,3% à 5,6 milliards de dollars.

La major précise que ses coûts salariaux ont reculé de 1,2% à 1,7 milliard USD, même si de l'avis de beaucoup d'experts, ils restent trop élevés si on les compare à ceux de ses concurrents.

AMR prévient par ailleurs que les coûts du kérosène constitueront un défi important en 2011.

L'action AMR perdait 1,9% à l'annonce.


Lire aussi :
- Accord signé entre British Airways, Iberia et American Airlines 01-10-10
- La reprise se confirme lentement dans le ciel 25-07-10
- American Airlines limite ses pertes au deuxième trimestre 22-07-10
- Feu vert pour une alliance British Airways è American Airlines 15-02-10
- AMR (American Airlines) dans le rouge au quatrième trimestre 21-01-10
- Programme et nouveautés chez American Airlines pour la saison 2009 - 2010 15-11-09
- AMR (American Airlines) dans le rouge au troisième trimestre 25-10-09

- British Airways, American Airlines et Iberia veulent joindre leurs forces 15-08-08