J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

04/12/2010

TUI Travel affiche de bons résultats annuels

 

TUI Travel affiche de bons résultats annuels.jpg

TUI Travel, premier voyagiste européen, a fait état d'une progression de 11% de son profit opérationnel annuel, à la faveur de synergies et du retournement positif de certaines activités.

Le groupe, issu du rapprochement en 2007 entre la filiale voyages de l'allemand TUI AG et le britannique First Choice, a dégagé un bénéfice d'exploitation sous-jacent de 447 millions GBP (531 millions EUR environ) pour son exercice 2009 - 2010 clos fin septembre.
Les analystes tablaient en moyenne sur un profit opérationnel compris entre 428 et 447 millions GBP.

Le directeur général Peter Long a indiqué que le groupe avait constaté une amélioration soutenue de la demande depuis juillet et que l'activité commerciale pour l'hiver 2010 - 2011 et pour l'été 2011 était satisfaisante, mais il est resté prudent concernant les perspectives pour l'année prochaine.
"Bien que les réservations actuelles soient bonnes, portées par la demande pour nos offres diversifiées, nous restons prudents pour 2011 compte tenu de l'incertitude économique persistante et du stade relativement peu avancé du cycle de réservations", a-t-il dit.

Le groupe a précisé qu'il continuerait à passer en revue sa base de coûts afin de maintenir sa compétitivité
TUI Travel a expliqué que l'amélioration de 75 millions GBP reflétait les économies issues de la fusion réalisées cette année, les pertes réduites au Canada où il a développé une coentreprise avec Sunwing en juin et le bénéfice de 20 millions EUR issu de son partenarait avec Air Berlin en Allemagne.

Ces éléments ont permis de compenser la faiblesse de l'activité commerciale au Royaume-Uni où les réservations ont été notamment affectées par les perturbations dues au nuage de cendres volcaniques.
Elles ont également été pénalisées par le recul de la confiance des consommateurs après les mesures d'austérité décidées par le gouvernement britannique et la Coupe du monde de football, qui a dissuadé de nombreuses personnes de voyager, et la météo favorable qui ont incité les britanniques à rester chez eux.


Lire aussi :
- TUI Travel ajuste sa prévision de résultats 11-08-10
- TUI confiant pour l'exercice 2009 - 2010 malgré un mauvais premier trimestre 17-02-10
- TUI vise un retour à la croissance pour l'exercice 2010 - 2011 16-12-09
- TUI Travel estime pouvoir atteindre ses objectifs pour 2009 - 2010 01-12-09
- TUI Travel lève 440 millions de livres pour refinancer un prêt 05-10-09

 

02/12/2010

La remotorisation de l'A320 est lancée, Boeing minimise

 

La remotorisation de l'A320 est lancée, Boeing minimise.PNG

Airbus compte rééquiper ses moyens courriers monocouloirs 320 à partir de 2016 avec des moteurs permettant d'économiser 15% de kérosène et de mieux résister à ses concurrents. Le constructeur précise qu'il investirait un peu plus d'un milliard EUR dans le projet "A320neo" qui doit permettre en particulier de réduire les émissions de CO2 et le bruit.

La nouvelle version du 320, un réel succès commercial pour Airbus, ressemblera presque trait pour trait au modèle original mais sera équipée de moteurs plus puissants et moins gourmands construits soit par Pratt & Whitney soit par CFM International (coentreprise entre General Electric et Safran).

Cette décision attendue de longue date vise à contrer l'offensive du canadien Bombardier ou encore des constructeurs russes et chinois qui veulent remettre en cause la suprématie d'Airbus et de son rival américain Boeing sur un marché de l'avion de ligne estimé à 1700 milliards USD sur 20 ans.
Elle est également stratégique pour les motoristes qui rivalisent pour dominer dans leur domaine une industrie aéronautique qui sort à peine de la récession.
Les nouveaux moteurs seront proposés en option sur le 320 et les dérivés 319 et 321. La version de base du monocouloir restera ainsi commercialisée.

Airbus estime qu'il y a de la place pour quelque 4000 modèles 320neo sur le marché dans les 15 ans qui viennent.
Le constructeur a repoussé cette décision des mois durant, afin de s'assurer qu'elle ne mobiliserait pas des ressources dégagés pour son prochain nouveau modèle, le 350.
"Ce n'est pas vraiment un investissement gigantesque pour Airbus ; on dépensera un peu plus d'un milliard EUR dans ce programme ; il ne s'agit pas de reconcevoir du tout au tout le 320", déclare le directeur commercial d'Airbus, John Leahy.


Delta se dit encouragé
Delta déclare être encouragé par l'annonce du lancement de la nouvelle version remotorisée, et qu'elle va étudier la proposition pour déterminer si elle a sa place dans sa flotte.

Air Asia salue le nouveau modèle du 320
Le directeur général d'AirAsia a salué le lancement de la version remotorisée du 320, baptisé A320 Neo, et a annoncé des discussions avec Airbus en vue d'une possible commande de 320 Neo.
"Il y a seulement deux semaines j'essayais de les persuader de mettre une nouveau moteur sur le marché, et je suis ravi qu'ils aient lancé l'A320 Neo", a fait savoir Tony Fernandes.

La compagnie, première en Asie de par sa flotte, possède 100 appareils, pour la plupart des Airbus, et est en attente de 100 autres appareils en commandes.
Interrogé sur d'éventuelles commandes de ce nouveau modèle, Tony Fernandes a répondu :
"Nous allons certainement discuter de cela avec eux."

D'éventuelles commandes pourraient remplacer les 320 que la compagnie possède déjà, explique-t-il, soulignant qu'une croissance de la flotte est également envisageable. Il n'a pas précisé quand AirAsia pourrait avoir besoin d'augmenter sa flotte.
Le mois dernier, Tony Fernandes avait évoqué de possibles achats aurprès de Bombardier et d'Embraer.

Boeing plus réservé
Airbus n'a pas précisé si cette nouvelle version disposait déjà d'un client de lancement, mais un porte-parole a mentionné l'intérêt de Lufthansa, qui étudiera le dossier plus en détail, et d'AirAsia , le premier client asiatique d'Airbus. Aucune des deux compagnies aériennes n'a pris d'engagement sur un nombre d'appareils.
Il est possible que le 320neo suscite des réserves de la part des sociétés de leasing aéronautique, certaines craignant une réduction de la valeur d'appareils plus anciens ou des plus de 2200 avions déjà vendus et en attente d'être livrés.

L'aviation se remettant à peine de la récession, les constructeurs sont invités à proposer des modèles plus économes en carburant. Airbus et Boeing tentent par ailleurs de défendre leur position dominante face aux nouveaux venus.

Bombardier propose ainsi ses modèles CSeries, de 110 à 145 passagers, équipés de moteurs Pratt & Whitney. La Chine a annoncé en novembre avoir des clients pour un nouvel appareil qu'elle espère livrer à partir de 2016.

Pour résister à ses rivaux sans investir massivement dans un premier temps, Airbus compte prolonger la durée de vie de son 320 (lancé il y a 20 ans) jusqu'en 2025, date à laquelle il envisage de lancer un nouvel appareil.

Boeing est jusqu'à présent plus prudent sur la question du remplacement de son 737, l'avion le plus vendu dans le monde. Il estime toutefois que les nouvelles technologies utilisables pour ce futur avion pourraient être disponible plus tôt qu'Airbus ne l'imagine.

 

Boeing minimise l'annonce de remotorisation de l'Airbus 320
L'annonce faite par Airbus sur la remotorisation de son modème 320 ne vise qu'à combler un retard sur le Boeing 737, a estimé un porte-parole de Boeing, réagissant aux déclarations de son concurrent européen.

Le constructeur américain a ajouté que la réflexion se poursuivait sur une possible remotorisation du 737, voire du développement d'un nouvel appareil, option qui prendrait plusieurs années.
"Nous continuons à apporter des améliorations continues au 737 Next Generation", a déclaré un porte-parole, contacté par courriel. Le 737 Next Generation est la version du moyen-courrier lancée en 1998.
"Le 737NG est nettement plus économe en carburant que le 320", a assuré le porte-parole. Airbus soutient au contraire que son avion est plus économe à versions comparables.
"En plus de nos efforts permanents d'amélioration, nous nous réservons la possibilité de sélectionner deux autres options en fonction des désirs de nos clients : une nouvelle motorisation ou un nouvel avion."

Dans la matinée, EADS (maison mère d'Airbus) a annoncé le lancement d'une version remotorisée de l'Airbus 320, concurrent direct du Boeing 737 sur le créneau des moyens-courriers, de plus en plus disputé entre les constructeurs.


Lire aussi :
- Airbus cherche un partenaire pour relancer la remotorisation de l'A320 26-10-10
- Remotorisation de la famille A320 01-10-10
- Pratt & Whitney compte sur un possible programme de remotorisation en 2010 15-12-09

 

01/12/2010

SpiceJet sur la sellette

SpiceJet sur la sellette.PNG

Les low cost sont imaginatives pour pour améliorer leurs résultats et augmenter leurs revenus, mais la compagnie indienne SpiceJet a été prise la main dans le sac après avoir ordonné à des enfants âgés de s’asseoir sur les genoux de leurs parents afin de pouvoir vendre plus de sièges. On ne sait pas depuis quand cette pratique est d'application chez SpiceJet. La compagnie a reçu l’ordre des autorités de licencier tout le personnel qui s’était rendu coupable d’ordonner aux parents de prendre leurs enfants sur leurs genoux, alors qu’ils n’étaient plus des nourrissons. L’affaire a éclaté au grand jour lorsque des passagers se sont plaints du nombre anormalement élevé de passagers à bord, lors d’un vol entre Mumbai et Delhi. SpiceJet a promis que le problème était réglé, fait tomber quelques têtes et juré que ça ne se reproduirait plus.

Habituellement, la pratique courante suivie dans le transport aérien permet aux enfants en bas âge (âgés de moins de deux ans) de voyager avec leurs parents, sur le même siège. Pour les enfants plus âgés, un siège est obligatoire, à cause, d’une part, de l’équipement de sécurité fixe (masques à oxygène, gilets de sauvetage) limité à bord, mais aussi à cause des turbulences (il est plus facile de retenir dans ses bras un nourrisson qu’un enfant de 15 kilos...).

Lufthansa teste du biocarburant pendant six mois sur un Airbus 321

Lufthansa teste du biocarburant pendant six mois sur un Airbus 321.PNG

Lufthansa avance d'un pas dans l'utilisation des biocarburants dans le transport aérien. Alors que de nombreux vols d'essais ponctuels se multiplient à travers le monde, la major allemande a décidé le 29 novembre de tester les performances des biocarburants sur une durée de six mois à partir d’avril 2011, et ce en conditions opérationnelles.

La compagnie va dédier un appareil à ces essais, un Airbus 321, qui ne sera affecté qu’à la rotation Hambourg – Francfort. L’un de ses moteurs sera alimenté par un mélange composé de 50% de biocarburant et de 50% de kérosène classique. L’autre restera alimenté entièrement par du kérosène classique.
Le biocarburant, produit et fourni par la société finnoise Neste Oil, est du BTL (Biomass To Liquid), fabriqué à partir d’huiles végétales et de graisses animales. Sa certification est prévue en mars 2011.

C’est la première fois que des essais à moyen terme vont être effectués en conditions commerciales. L'objectif est d’étudier l’impact de l’utilisation de ce biocarburant sur la maintenance et la vie des moteurs.
Lufthansa est actuellement en train de préparer ce test. Il va en effet changer l’organisation de ses opérations puisque le 321 ne pourra être ravitaillé avec ce biocarburant qu’à Hambourg, alors qu’habituellement, l'appareil n'est pas affecté à une seule route, mais bien à une chaîne de rotations entre plusieurs destinations différentes.

La major estime que ce test lui coûtera environ 6,6 millions EUR à terme. Il devrait cependant réduire de 1500 tonnes les émissions de CO
2 sur six mois.

Publié dans Environnement | Lien permanent