J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

22/10/2010

Lancement d'un réseau européen de police aéronautique, Airpol

Lancement d'un réseau européen de police aéronautique, Airpol.jpg

Les 20 et 21 octobre 2010, 21 délégations étrangères se sont rassemblées à Bruxelles afin de lancer officiellement Airpol, un réseau européen de police aéronautique et de services de sécurité frontalière. Airpol est une initiative de la police fédérale belge dans le cadre de son actuelle présidence du Conseil de l’Union Européenne.

L’objectif d’Airpol est d’augmenter la sécurité générale des aéroports européens ainsi que de l’aéronautique civile grâce à une collaboration plus intensive et plus structurelle.

 

Les services de police de la route européens disposent de leur réseau Tispol, les services de police des chemins de fer ont Railpol et les services de police et d’inspection des voies navigables en Europe utilisent le réseau Aquapol. Ces partenariats existants ont, les dernières années, prouvé à plusieurs reprises leur efficacité et plus-value.

Mais, jusqu’à présent, la police aéronautique et les services de contrôles des frontières en Europe ne disposaient pas encore d’un tel réseau. C’est pour cette raison que la police fédérale belge prend dans le cadre de la Présidence de l’Union Européenne l’initiative de créer Airpol par analogie avec les réseaux existants.

 

Le trafic aérien a, par excellence, un fort caractère international et tous les pays européens sont confrontés aux mêmes défis et besoins au niveau de la sécurité dans ce secteur. Afin de pouvoir constater ces besoins, il est de plus en plus nécessaire de collaborer de manière extrême au niveau international dans ainsi qu’autour des aéroports.

 

Airpol concentrera ses activités autour de trois domaines :

- Fonction de police dans les aéroports : toutes les missions de police de première ligne dans et autour des aéroports telles que la criminalité au sein des aéroports, la maîtrise des risques, le contre-terrorisme, la protection des VIP,…

- Sécurité aéronautique : toutes les actions et mesures nécessaires afin de sécuriser l’aéronautique civile comme des air marshals, les rebellions de passagers, des contrôles d’accès et de sécurité,…

- Sécurité des frontières aériennes : tous les aspects des contrôles frontaliers en étroite collaboration avec Frontex (Agence européenne pour la gestion de la collaboration opérationnelle aux frontières extérieures) et ce, sans chevauchement de leurs propres tâches.


L’innovation du réseau Airpol consiste à tendre vers une approche intégrée en rassemblant les expériences communes et en veillant à une synergie dans les trois domaines cités ci-dessus. Grâce à un échange constant d’informations, les membres d’Airpol pourront apprendre des expériences de chacun et ce, par exemple, lors de l’accompagnement d’un grand nombre de VIP pendant un sommet européen, d’un accident d’avion ou d’une menace terroriste.

 

Le réseau Airpol pourra contribuer au renforcement des actions au niveau européen ainsi qu’à une coordination optimale lors des actions au niveau national et international (européen). Cela est essentiel pour la protection contre la criminalité transfrontalière.

Le but final du projet Airpol est la création d’un organe permanent et multidisciplinaire composé de services de police, de maintien de l’ordre et de contrôles frontaliers qui seraient actifs au sein des aéroports européens. Cet organe organisera régulièrement des rencontres, effectuera de vastes opérations transfrontalières et créera un secrétariat permanent ainsi qu’un site internet interne. Airpol exercera également une fonction de conseil auprès des autorités européennes. Toutes ces initiatives contribueront sans aucun doute à la sécurité dans et autour des aéroports européens ainsi que dans l’aéronautique civile en général. 

Hamburg International fait faillite

Hamburg International fait faillite.jpg

Nouvelle victime dans le ciel européen. La compagnie charter allemande Hamburg International s’est déclarée en faillite le 19 octobre et a cessé toutes ses opérations le lendemain, à la suite du retrait de son AOC (Air Operator's Certificate ; certificat de transporteur aérien) par les autorités allemandes.
Elle espérait atteindre le million de passagers cette année...

Hamburg International était à la recherche d’investisseurs. Aucune solution n'ayant été trouvée assez rapidement, elle a dû cesser ses opérations. La compagnie employait 320 personnes au total, pour une flotte de neuf appareils (8 Airbus 319 et un Boeing 737-700). Tous les appareils sont désormais cloués au sol.

Créée en 1998,
Hamburg International opérait essentiellement des vols charters pour les tour-opérateurs, notament TUI ou Thomas Cook, mais vendait également en direct une partie de ses places. Ses destinations concernaient principalement la méditerranée et les Canaries.


Lire aussi :
- Hamburg International acquiert deux A319 de plus 29-01-08

United et Continental confirment leur rentabilité

United et Continental confirment leur rentabilité.jpg

Les compagnies aériennes américaines United et Continental, qui viennent de fusionner pour former le numéro un mondial du transport aérien mais n'ont pas encore consolidé leurs résultats, ont publié toutes deux un bénéfice pour le troisième trimestre.

Dans un communiqué commun signé United Continental Holdings, nom de la nouvelle entité, elles confirment donc leur rentabilité retrouvée alors qu'elles étaient déjà dans le vert au deuxième trimestre (lire article), après une grave crise du secteur aérien en 2009 et 2008.

United Airlines a enregistré un bénéfice net de 387 millions USD au troisième trimestre, soit 1,75 USD par action, contre une perte de 57 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a progressé de 21,7% à 5,394 milliards USD.

Continental Airlines a de son côté dégagé un bénéfice net de 354 millions USD, contre une perte de 18 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a progressé de 19,2% à 3,953 milliards USD sur le trimestre achevé fin septembre.

La formation de United Continental Holding, issue de la fusion des compagnies, a été finalisée le premier octobre, et les deux compagnies prévoient de publier pour la première fois des résultats consolidés au quatrième trimestre.
Les deux compagnies "ont terminé le troisième trimestre avec 9,1 milliards USD de liquidités", précise le communiqué.
"Les équipes ont fait un très bon travail pour contenir les coûts tout en générant des résultats opérationnels solides", a commenté le directeur financier de United, Zane Rowe.


Lire aussi :
- Fusion de Continental et United achevée 02-10-10

Les mouvements sociaux français coûtent cher aux compagnies françaises

Les mouvements sociaux français coûtent cher aux compagnies françaises.jpg

Les mouvements sociaux qui perturbent le trafic aérien depuis juin ont coûté plus cher aux compagnies françaises que la crise du volcan islandais (lire ici), a estimé Lionel Guérin, président de la Fédération Nationale de l'Aviation Marchande (FNAM).
"Maintenant, les coûts induits sont supérieurs à ceux du volcan", a déclaré M. Guérin, qui est également PDG d'Airlinair et de Transavia France. L'éruption du volcan Eyjafjöll en Islande en avril, et la paralysie du trafic aérien qu'avait entraîné ensuite la formation d'un nuage de cendres, avaient coûté 188 millions aux compagnies aériennes françaises (lire ici).
"Le contexte de l'aérien depuis le volcan est difficile parce qu'on a eu affaire à plusieurs grèves nationales mais aussi des mouvements sociaux des contrôleurs aériens", a expliqué M. Guérin.
Aux annulations de vols les jours de grève nationale s'ajoutent ainsi d'autres problèmes liés au contrôle aérien depuis juin, selon lui : retards multipliés par trois, déroutements de vols d'Orly (qui ferme la nuit) vers Roissy, trajets plus longs.
Les précautions pour prévenir une pénurie de carburant ont aussi coûté de l'argent aux compagnies.

Si aucune d'entre elles n'a annulé de vol par manque de kérosène, les transporteurs se sont en revanche organisés pour limiter leurs prises de carburant en France. Mais cette technique de "double emport", qui consiste à faire un plein complet à l'étranger, leur coûte aussi plus cher. Air France a estimé que chaque jour de grève nationale lui coûtait environ 5 millions EUR.

Fortes amendes probables pour le fret aérien

Air France KLM, British Airways et SAS figurent parmi plusieurs compagnies aériennes qui risquent une amende de la part de la Commission Européenne en novembre pour entente sur les tarifs du fret marchandises.

La Commission Européenne a accusé ces transporteurs en décembre 2007 d'avoir organisé un cartel, à la suite de perquisitions de part et d'autre de l'Atlantique auxquelles le département de la Justice des Etats-Unis avait également participé.

Une porte-parole d'Air France-KLM a dit que la compagnie aérienne ne faisait pas de commentaires à ce stade.

La Commission Européenne n'avait pas donné les noms des entreprises objet de l'enquête mais British Airways, Lufthansa, SAS, Air France KLM, Japan Airlines, Cathay Pacific, All Nippon Airways, Air Canada et  Alitalia avaient toutes confirmé être concernées.
"Une décision de la Commission est attendue le 9 novembre", a dit l'une des sources ayant une connaissance directe du dossier. Le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia devrait annoncer les amendes le même jour.  Une autre source a dit que les amendes seraient importantes.


Lire aussi :
- Amende de 350 millions de dollars pour Air France KLM pour entente illicite 30-06-08

20/10/2010

US Airways : bénéfice record et hausse du chiffre d'affaires au troisième trimestre

 

US Airways, bénéfice record et hausse du chiffre d'affaires au troisième trimestre.jpg

US Airways annonce un bénéfice record au titre du troisième trimestre, grâce à un chiffre d'affaires soutenus par une fréquentation en hausse.
Le bénéfice net est ressorti à 240 millions USD, soit 1,22 USD par titre, contre une perte de 80 millions (60 cents par action) un an auparavant.

Hors exceptionnels, le bénéfice s'établit à 243 millions USD (1,23 dollars par action).

Le chiffre d'affaires total de la compagnie a augmenté de 16,9%, bénéficiant notamment d'un meilleur taux de remplissage des appareils et d'un bénéfice par billet vendu plus élevé.

Le directeur exécutif de US Airways, Doug Parker, a annoncé que son groupe continuerait à gérer de façon agressive les coûts liés au carburant et à poursuivre une politique de discipline sur la capacité des appareils.

 

Lire aussi : US Airways adapte ses services à la conjoncture 17-06-08

 

Boeing renoue avec les bénéfices au troisième trimestre

Boeing a dégagé un bénéfice trimestriel meilleur qu'attendu et a relevé ses prévisions de résultats annuels, soutenu par le redressement du marché des avions commerciaux.

Le géant mondial d'aéronautique, de défense et d'espace a dégagé un bénéfice net de 837 millions USD (604 millions EUR environ), ou 1,12 dollar par action, contre une perte de 1,56 milliard USD (2,23 USD par titre) un an plus tôt. Les analystes anticipaient un bénéfice par action de 1,06 dollar.

Le groupe a également relevé sa prévision de bénéfice par action pour l'ensemble de l'exercice 2010 entre 3,80 et 4 USD, reflétant ainsi la solidité de son activité dans les avions commerciaux, contre une précédente fourchette allant de 3,50 à 3,80 USD.
Boeing a réduit sa prévision de chiffre d'affaires qui devrait être compris entre 64,5 et 65,5 milliards USD.

Le carnet de commandes du groupe a augmenté à 321 milliards USD durant la période de juillet à septembre.
Le chiffre d'affaires de la division avions commerciaux a progressé de 11%, à 8,7 milliards USD, soutenu par un nombre plus élevé de livraisons et une augmentation de son volume de services.
Cette division a enregistré 257 commandes au cours du trimestre et 36 annulations. Le carnet de commandes pèse pas moins de 3401 appareils commerciaux valorisés au total à 255 milliards USD.

Le chiffre d'affaires de la division Défense, en revanche, a baissé de 6%, à 8,2 milliards USD à cause d'une baisse des volumes.
Boeing maintient sa prévision de livraison du premier 787 au premier trimestre 2011.

En septembre, le constructeur américain disait reporter la livraison de son avion-cargo 747-8, du dernier trimestre 2010 au milieu de l'année prochaine.


Lire aussi : Boeing : 124 livraisons au troisième trimestre 09-10-10