J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

03/08/2010

Thai Tiger Airways éclot et prévoit d'acheter 10 Airbus 320

Thai Tiger Airways, une nouvelle coentreprise entre Thai Airways International et la compagnie à bas coûts de Singapour Tiger Airways Holdings, prévoit d'acquérir 10 Airbus 320 sur la période 2011-2012.
Cinq de ces appareils seront livrés en 2011, année durant laquelle la nouvelle compagnie à bas coûts doit débuter ses activités, précise Thai Airways.
Le capital de Thai Tiger Airways sera détenu à 51% par Thai Airways et une société thaïlandaise, et à 49% par Tiger, ont expliqué les deux compagnies dans un communiqué commun confirmant la création de la coentreprise.
La nouvelle compagnie sera basée à Bangkok et exploitera des liaisons intérieures et internationales dans un rayon de cinq heures de vol, ont-elles ajouté.

EADS relève ses prévisions, porté par l'envol d'Airbus

EADS relève ses prévisions, porté par l'envol d'Airbus.JPG

EADS annonce qu'il relève plusieurs de ses objectifs 2010, conforté par les récentes performances commerciales d'Airbus, sa division phare.
Le groupe européen d'aéronautique et de défense a néanmoins fait état de résultats semestriels en baisse, conséquence notamment d'effets de change exceptionnels négatifs.
Au cours de la période janvier-juin, le résultat opérationnel ajusté (avant intérêts, impôts, écarts d'acquisition et éléments exceptionnels) d'EADS a reculé de 54% à 406 millions EUR. Le résultat net diminue de 51% à 185 millions EUR tandis que le chiffre d'affaires progresse de 1% à 20,3 milliards EUR.
L'évolution des taux de change a pesé sur le résultat opérationnel ajusté à hauteur de 550 millions EUR.
Sur le seul deuxième trimestre, le résultat opérationnel ajusté baisse de 51% à 323 millions EUR, le résultat net plonge de 61% à 82 millions EUR et le chiffre d'affaires recule de 3% à 11,35 milliards EUR.
Pour cette période, les 14 analystes interrogés par Inquiry Financial Europe AB anticipaient un résultat opérationnel ajusté de 285 millions EUR, un résultat net de 146 millions EUR et un chiffre d'affaires de 11,25 milliards EUR.
Compte tenu du niveau élevé de commandes placées au salon aéronautique de Farnborough en juillet, Airbus estime désormais qu'il pourrait finir l'exercice avec plus de 400 commandes brutes alors qu'il visait 300 à 400 commandes en début d'exercice.
Les livraisons devraient de leur côté porter sur quelque 500 appareils (498 en 2009) et le constructeur prévoit de faire passer la cadence de production de ses avions monocouloirs, de 34 unités par mois actuellement à 40 unités par mois à partir du premier trimestre 2012.
Pénalisé par un environnement plus difficile, le fabricant d'hélicoptères Eurocopter devrait pour sa part enregistrer un niveau de livraisons légèrement inférieur à celui de 2009.
EADS prévoit désormais d'afficher un chiffre d'affaires supérieur à 44 milliards EUR en 2010 sur la base d'un euro à 1,35 USD mais maintient son objectif de résultat opérationnel ajusté à environ un milliard EUR.
Lors de la présentation de ses résultats du premier trimestre, l'entreprise avait déclaré s'attendre à dégager un chiffre d'affaires "globalement stable" (il avait totalisé 42,82 milliards EUR en 2009) sur la base d'un euro à 1,40 USD.


Lire aussi :
- EADS sort du rouge 14-05-08
- Résultats mitigés pour EADS 12-03-08
- EADS ne table pas sur une marge d'exploitation à deux chiffres avant 2015 27-12-07
- EADS confirme la nouvelle organisation de sa direction 16-07-07

02/08/2010

British Airways creuse sa perte au premier trimestre

 

British Airways creuse sa perte au premier trimestre.JPG

British Airways a vu sa perte se creuser au premier trimestre 2010-2011, sous le double effet du nuage de cendres volcaniques et d'un mouvement de grève, ce qui n'a pas empêché la compagnie aérienne britannique de réaffirmer sa prévision d'un bénéfice imposable annuel à l'équilibre.

Le titre du groupe, qui a vu sa valorisation fondre d'un milliard GBP sur les deux dernières années, avait plutôt bonne mine. La perte imposable s'est aggravée de 10,8% sur la période avril-juin, à 164 millions GBP (196 millions EUR environ) tandis que le chiffre d'affaires a baissé de 2,3% à 1,93 milliard EUR.

Cela dit, le rendement de British Airways a bondi de 12,7% en raison d'une baisse des coûts (une mesure du chiffre d'affaires généré par passager et par mile voyagé).
"Bien que certains experts économiques mettent en avant le risque d'un retour de la récession, la reprise économique solide se poursuit et, dans ce contexte, nous réaffirmons notre objectif d'être à l'équilibre avant impôts sur l'ensemble de l'exercice", a déclaré Willie Walsh, directeur général de British Airways.

Mardi, Air France KLM avait également confirmé viser un retour à l'équillibre opérationnel sur l'ensemble de l'exercice 2010-2011, tout en se disant prudent sur l'évolution de la conjoncture au second semestre.

Comme toutes les compagnies aériennes européennes, British Airways a été fortement affectée en avril par l'apparition d'un nuage de cendres dans le ciel européen provoqué par l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll. Le trafic aérien avait été interrompu plusieurs jours d'affilée en raison de ce phénomène.

British Airways a évalué à 100 millions le coût des cendres volcaniques sur son activité.

La compagnie aérienne a en outre également connu une série de grèves durant  le premier trimestre 2010-2011, qui lui ont coûté quelque 150 millions GBP.

British Airways, qui vient de recevoir l'aval de la Commission Européenne pour fusionner avec Iberia, a dit que ses revenus passagers avaient baissé de 3,4% sur cette période. Sans le volcan et les grèves, ils auraient progressé de 11%.


Lire aussi :
- British Airways accuse une perte annuelle record de 531 millions GBP 21-05-10
- Nouveaux jours de grève décidés chez British Airways 10-05-10
- La grève chez British Airways pourrait coûter 22 millions d'euros par jour à la compagnie 15-03-10

- Bénéfice inattendu pour British Airways 05-02-10
- Fusion entre Iberia et British Airways 14-11-09

- British Airways a perdu £292 millions au premier semestre 08-11-09
- British Airways craint une baisse de 11% de son chiffre d'affaires cette année 20-10-09
- British Airways annonce la suppression de 1700 postes au Royaume-Uni 08-10-09
- British Airways attend une perte opérationnelle de 135 millions d'euros 04-04-09
- British Airways révise ses prévisions 27-01-09
- Bonne performance de British Airways au premier semestre 15-11-08
- British Airways, American Airlines et Iberia veulent joindre leurs forces 15-08-08

- Les surcharges carburant commencent à peser sur le trafic chez British Airways 10-07-08
- British Airways bat des records 19-05-08
- British Airways condamnée à près de 400 millions d'euros (...) 21-02-08
- British Airways commande 12 Airbus A380 et 24 Boeing 787 27-09-07

L'aviation d'affaires attend encore l'heure du véritable redécollage

L'aviation d'affaires attend encore l'heure du véritable redécollage.JPG

La publication des résultats semestriels de Dassault Aviation semble indiquer que le pire est passé. Mais le rebond tarde encore à se matérialiser, indique Charles Edelstenne, le PDG de l'avionneur français. GAMA, association qui regroupe une soixantaine d'acteurs de l'aviation d'affaires, souligne un léger mieux.

Une semaine après l'avalanche de commandes annoncées lors du Salon de Farnborough, la publication des résultats semestriels de Dassault Aviation éclaire la réalité du marché de l'aéronautique sous un jour un peu moins positif. Le trafic passagers grand public repart (surtout en Asie et en Amérique latine) et les ventes d'Airbus et de Boeing semblent en profiter à plein. Premiers à entrer dans la crise, les constructeurs de petits avions, d'affaires notamment, sont à l'inverse comme Saint-Thomas : malgré quelques signes d'éclaircie avant-coureurs, ils attendent encore pour tirer un trait sur la crise.
« Nous pensons avoir touché le fond »
, a déclaré Charles Edel-stenne, le PDG de Dassault Aviation. « Mais il faudra encore attendre quelques mois avant que la demande décolle à nouveau. » C'est que, vu de Saint-Cloud, au siège de l'avionneur, l'évolution du carnet de commandes incite encore à la prudence. Fin juin, le compteur des ventes de Falcon s'est arrêté sur… 2. C'est évidemment beaucoup mieux que les - 55 de 2009 à pareille époque, quand la société a subi une vague d'annulations sans précédent. Mais c'est encore bien trop faible pour crier victoire. « Je ne pense pas que l'économie reprenne très vite, car le marché est encore traversé par des tendances contradictoires », a ajouté Charles Edelstenne.

Mesure fiscale favorable
Un des indicateurs clefs de la profession, baromètre de l'activité, reste le marché de l'occasion. S'ils veulent acheter un avion d'affaires neuf, sociétés ou particuliers cherchent d'abord à céder leur appareil actuel. Des signes de frémissement sont palpables, mais les prix à la reprise restent encore bas. Ce qui n'incite pas à troquer son ancien modèle pour un plus neuf. Autre souci, les pays émergents, malgré des croissances insolentes comme en Chine, n'assurent pas encore de débouchés suffisants pour compenser l'atonie de la demande en Europe ou aux Etats-Unis.

Si l'enthousiasme n'est pas encore de mise, la « General Aviation Manufacturer Association » (GAMA), qui regroupe une soixantaine de constructeurs d'avions d'affaires, a noté un léger mieux. Sur le premier trimestre, les ventes d'avions d'affaires dans le monde n'ont reculé « que » de 15%, pour atteindre 390 unités, dont 164 avions d'affaires proprement dits. Fin mars l'an dernier, au plus fort de la crise, le recul était beaucoup plus important. En valeur, les facturations ont même augmenté d'un peu plus de 7%, à 4,64 milliards USD. Mais on reste encore à moins de 12% par rapport aux trois premiers mois de 2008, relativise GAMA. L'association porte aussi ses espoirs dans la reconduction cette année d'une mesure fiscale aux Etats-Unis très favorable aux ventes de « business jets ».

Dans ce contexte de sortie de crise qui tarde à se matérialiser, Dassault n'aura néanmoins pas trop souffert. L'avionneur français a bien supprimé 400 postes sur son site d'aménagement américain de Little Rock (Arkansas), mais c'est sans comparaison avec les restructurations massives engagées par ses concurrents, comme le canadien Bombardier. En France, toutes les mesures de chômage technique sont désormais terminées. Enfin, quasiment tous les avions construits dont les clients ne voulaient plus ont trouvé preneur.

Bénéfice trimestriel en repli pour Boeing

Bénéfice trimestriel en repli pour Boeing.JPG

Boeing a publié un bénéfice net trimestriel supérieur aux attentes mais en baisse par rapport à l'an dernier en raison de la diminution des livraisons d'avions.

Le constructeur américain, numéro deux mondial du secteur derrière Airbus (position très changeante), a par ailleurs confirmé ses prévisions de résultats pour 2010 et redit qu'il s'attendait à une amélioration en 2011.
Il a aussi réaffirmé qu'il comptait livrer avant la fin de cette année le premier exemplaire de son nouveau modèle, le 787 "Dreamliner", tout en prévenant que des difficultés rencontrées par le programme d'essais de l'appareil pourraient le conduire à reporter cette première livraison.
"Avec la reprise de nos marchés commerciaux et la clarification des priorités de notre gouvernement, nous restons bien placés pour dégager de la croissance en 2011 et après", a déclaré le directeur général du groupe, Jim McNerney.

Boeing et Airbus tentent de reprendre pied après une année 2009 très difficile, marquée par une baisse de la demande pour le trafic aérien. L'américain a également été pénalisé par les coupes effectuées dans les dépenses militaires.

Cycle haussier
La reprise de l'économie et l'amélioration des perspectives des compagnies aériennes devraient toutefois bénéficier au secteur aéronautique cette année.
Boeing a livré 114 appareils au deuxième trimestre contre 125 un an auparavant, un chiffre inférieur aux prévisions de certains analystes.
Le groupe a réalisé sur la période avril-juin un bénéfice net de 787 millions USD (605 millions EUR environ), soit 1,06 dollar par action, contre 998 millions (1,41 dollar/action) un an plus tôt.
Les analystes financiers anticipaient un bénéfice par action de 1,01 USD.
Le chiffre d'affaires trimestriel a quant à lui reculé de 9% sur un an, à 15,6 milliards USD.
Les ventes de la division d'aviation civile ont baissé de 12% à 7,4 milliards, les livraisons d'avions ayant diminué de 9%. Boeing Commercial Airplanes a enregistré 88 commandes sur le trimestre et 20 annulations.
Le carnet de commandes civil ressort à 3304 appareils fin juin, pour une valeur de 252 milliards USD.
"Cela marque selon moi (...) la première année d'un cycle haussier de plusieurs années", a commenté Alex Hamilton, analyste. "Cela souligne que la reprise est en cours."

Le chiffre d'affaires des activités de défense a parallèlement diminué de 8% à 8 milliards USD.
Boeing a dit attendre un chiffre d'affaires 2011 en hausse par rapport à 2010, soutenu par les livraisons attendues des appareils 787 et 747-8.
Il table sur un bénéfice annuel compris entre 3,50 et 3,80 dollars par action et il prévoit toujours de livrer entre 460 et 465 avions commerciaux cette année. Cette fourchette comprend les premières livraisons des 787 et 747-8.