J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

18/03/2011

Le secteur aérien japonnais subira un ralentissement majeur

Le secteur aérien japonnais subira un ralentissement majeur.PNGLa catastrophe qui frappe le Japon va provoquer un "ralentissement majeur" pour le transport aérien qui ne se remettra pas avant le second semestre, a déclaré l'IATA.
L'association internationale estime qu'il est trop tôt pour chiffrer l'impact à long terme du séisme, du tsunami et de la crise nucléaire qui ont touché le pays.

Mais le marché japonais du transport aérien, évalué à 44,4 milliards EUR, représente 6,5% du trafic mondial et 10% du chiffre d'affaires du secteur et il est peu probable que la situation s'améliore "jusqu'à ce que les effets d'un rebond lié à la reconstruction ne se fasse sentir au cours du second semestre de l'année".

Selon l'IATA, le marché le plus exposé à la catastrophe japonaise est la Chine, où les vols depuis ou vers le Japon représentent 23% du chiffre d'affaires dans les liaisons internationales.
Viennent ensuite Taiwan et la Corée du Sud avec 20% du chiffre d'affaires, devant la Thailande (15%) et les États-Unis (12%).
La France est le marché européen le plus exposé avec 7% de son revenu international lié à la troisième économie mondiale, devant l'Allemagne (6%).

Par ailleurs, le Japon assure 3 à 4% de la production mondiale de kérozène, dont une partie est exportée vers l'Asie. "Une partie de cette capacité de raffinage a été perdue à cause des dégâts causés par le séisme", souligne l'association. "Cette restriction d'approvisionnement pourrait renchérir les prix du kérozène.".
Prix déjà sous pression suite à la crise en Libye.

Lufthansa a annoncé que l'envolée des cours du carburant pourrait affecter ses résultats, tout en ajoutant que la reprise économique devrait toutefois soutenir le chiffre d'affaires et le bénéfice d'exploitation cette année et en 2012.


Le transport aérien, en général, n'est pas affecté par la crise au Japon
Les fuites radioactives s'échappant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi n'ont pas atteint les couches supérieures de l'atmosphère, et n'entraînent donc pas de danger pour le transport aérien, a indiqué un expert de l'Onu.
"Toutes nos informations indiquent que les émanations sont limitées à des couches très basses de l'atmosphère", a déclaré Herbert Puempel, de l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM), rattachée à l'ONU.
"Dans la situation actuelle, il n'y a donc aucune raison d'avoir peur pour le transport aérien international", a-t-il ajouté, précisant qu'il ne voyait pas davantage de raisons pour faire subir aux passagers en provenance du Japon des examens de radioactivité.

Jeudi, plusieurs compagnies aériennes ont commencé à inspecter appareils, équipages et passagers à la recherche d'une possible présence radioactive.

Herbert Puempel a par ailleurs noté que les températures glaciales qui règnent sur le Japon depuis la catastrophe du 11 mars allaient progressivement remonter.
Le froid a considérablement accentué la détresse des survivants du tremblement de terre et du tsunami.
"Cet épisode hivernal touche à sa fin. Espérons que cela allégera un peu la pression", a dit l'expert de l'OMM.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Commentaires

Très bon article

Écrit par : navette cdg | 18/08/2013

Les commentaires sont fermés.