J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

22/02/2011

IAG sélectionne ses cibles potentielles

IAG sélectionne ses cibles potentielles.JPG

International Airlines Group (IAG), né de la fusion de British Airways et d'Iberia, cherchera des acquisitions de compagnies aériennes européennes de taille modeste avant de s'engager dans de grosses opérations.

Selon Willie Walsh, directeur général d'IAG, British Airways et Iberia ont établi une liste de douze cibles potentielles. IAG se veut le fer de lance de la consolidation mondiale dans le transport aérien, un secteur qui voit nombre de compagnies devenir des cibles potentielles.

Air France KLM et Delta Air Lines examineraient conjointement une offre sur Virgin Atlantic (lire ici). Elles espèreraient convaincre Richard Branson (fondateur de Virgin), de les rejoindre au sein de l'alliance Skyteam.
Air France KLM a fait savoir qu'elle ne commentait pas ces rumeurs et Delta s'est refusé à tout commentaire.

IAG réfléchit à un développement par l'intégration de transporteurs d'Asie et d'Amérique latine à son réseau, mais les grandes manoeuvres devraient commencer en Europe.
"La première compagnie à rejoindre IAG sera très probablement européenne, simplement pour des raisons de réglementation", a indiqué une source proche du dossier.
Le secteur aérien est l'un des plus réglementés en ce qui concerne la limitation des participations détenues par des investisseurs étrangers.

Les législations de l'Union Européenne, des Etats-Unis et de l'Australie compliquent les fusions entre compagnies locales et étrangères, ce qui rend plus facile les rapprochements entre compagnies de l'Union Européenne.

Les États hongrois, polonais, tchèque, scandinaves et portugais ont déjà fait savoir qu'ils souhaient céder leurs participations dans leurs compagnies aériennes nationales, et des analystes perçoivent Air Portugal (TAP) comme la meilleure affaire pour IAG compte tenu de l'attractivité de son réseau de vols long-courriers.
"Air Portugal est leader en capacité pour les liaisons de l'Europe vers le Brésil, qui est un marché en forte croissance", note un analyste.
"Il dispose également d'un portefeuille de dessertes en Afrique vers les anciennes colonies portugaises, qui sont désormais des marchés haut de gamme pour les voyages, l'Angola notamment."

Une éventuelle fusion entre la première compagnie brésilienne, TAM Linhas Aereas, et la chilienne LAN, donnerait naissance au premier groupe aérien d'Amérique latine si les autorités donnent leur feu vert (lire ici), ce qui accélérerait la nécessité pour IAG de gagner des parts de marché dans cette région à forte croissance.
"Dans tous les cas, le réseau brésilien de TAP serait très utile dans le portefeuille d'IAG", ajoute l'analyste.

Développement vers l'Asie ?
Si IAG était contraint d'attendre pour obtenir ces dessertes brésiliennes lucratives, des analystes estiment qu'il pourrait se tourner vers une compagnie desservant le monde entier, comme la finlandaise Finnair avec laquelle il est déjà en partenariat.

IAG se place en cinquième position pour les voyages reliant l'Europe à l'Asie avec une part de marché d'environ 5%, et pourrait s'intéresser aux liaisons long-courriers de Finnair vers l'Asie, qui représentent quasiment deux tiers du chiffre d'affaires de la compagnie finlandaise.
Les liaisons vers la région Asie devraient dépasser bientôt celles vers l'Atlantique Nord en termes de sièges/kilomètre.
En Europe, son partenaire Finnair a un avantage géographique naturel pour desservir le marché de l'Asie du Nord compte tenu des couloirs aériens, mais il manque d'un vaste marché point à point (sans escale).

La capitalisation de Finnair s'élève à quelque 575 millions EUR.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.