J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

13/10/2010

Un groupe de compagnies pour un plafonnement des crédits export

Un groupe de compagnies pour un plafonnement des crédits export.jpg

Un groupe de grandes compagnies aériennes internationales a demandé à l'Europe et aux Etats-Unis de plafonner les crédits de financement aux exportations à 20% du prix des avions de ligne.
Cette requête, signée par 24 compagnies aériennes, constitue le dernier volet en date du conflit sur les milliards de dollars d'aides directes ou indirectes dont bénéficient les grands constructeurs aéronautiques. Elle intervient avant la réunion, le 20 octobre, de l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) au cours de laquelle les Etats discuteront des crédits de financement aux exportations pour Boeing et Airbus.
"Le crédit aux exportations est un outil particulier qui peut avoir de nombreux effets défavorables sur le marché", soulignent les compagnies concernées dans une lettre adressée aux gouvernements.

Les compagnies aériennes implantées dans les pays où Airbus et Boeing produisent leurs appareils s'estiment pénalisées par le mécanisme des crédits à l'exportation, qui réduit les coûts d'achats de concurrents comme Emirates. Cette dernière rejette ces accusations.
Les crédits de financement aux exportations sont de plus en plus utilisés depuis la crise financière qui a entraîné une baisse du financement privé. Selon Airbus, ce type de financement peut représenter jusqu'à un tiers de la valeur d'un avion.

La requête, adressée aux gouvernements, propose que les compagnies aériennes et les sociétés de location d'avion ne puissent plus financer que 20% de leurs achats de nouveaux appareils par des crédits aux exportations.
En outre, les compagnies aériennes signataires de cette requête estiment que les modalités des crédits à l'exportation devraient être moins accommodantes que celles consenties par les banques commerciales, afin d'éviter d'accorder un avantage déloyal à certaines compagnies, tandis que les ratios d'endettement devraient être réduits.
Les 24 compagnies aimeraient également que soient pris en compte les risques pays et politiques qui limitent l'accès des compagnies à certains marchés.
"L'utilisation des crédits publics aux exportations pour permettre de vendre des avions à des emprunteurs solvables en grande partie à cause de conditions de marchés relativement défavorables constitue une distorsion commerciale", soulignent les compagnies.

Tim Clark, président d'Emirates, s'est défendu mardi d'avoir recours aux crédits aux exportations et a nié que sa compagnie ait bénéficié de subventions.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.