J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

29/08/2010

Iberia réduit plus que prévu ses pertes au premier semestre

 

Iberia réduit plus que prévu ses pertes au premier semestre.jpg
Iberia fait état d'une perte opérationnelle plus faible qu'attendu, une demande en hausse pour le transport passager et le fret aérien ayant compensé l'impact négatif du nuage de cendres d'avril.

Iberia, qui prévoit de fusionner avec British Airways d'ici la fin de l'année (lire article), a déclaré qu'elle avait perdu 72 millions EUR au premier semestre, contre un consensus à 88 millions EUR.
Mise à part la reprise du trafic aérien, l'amélioration significative des rendements serait à l'origine du soutien de ces résultats positifs.
Les rendements d'Iberia, c'est à dire le chiffre d'affaires généré par passager sur chaque mile parcouru, a cru de 7,8% au premier semestre.

Iberia estime à environ 20 millions eur les pertes générées par l'interruption du trafic aérien causé par le nuage de cendres d'avril. Mais les analystes estiment que l'impact réel n'est pas forcément si néfaste.
"Ils ont pu aussi vendre des billets plus chers pendant cette période", explique un analyste.

Sur le seul deuxième trimestre, Iberia a dégagé un bénéfice net, mettant ainsi fin à six trimestres consécutifs de pertes.

Le chiffre d'affaires de l'espagnole a cru de 2,8% à 2,23 milliards EUR sur les six premiers mois de l'année, soutenu par une reprise de la demande pour les classes affaires et le fret aérien, tandis que les pertes nettes se sont réduites à 21 millions EUR, la compagnie continuant à appliquer un contrôle strict de ses coûts.

La prévision des analystes donnait un chiffre d'affaires de 2,196 milliards EUR et une perte nette de 41 millions EUR.

 

 

A propos d'Iberia :
- Iberia signe sa fusion avec British Airways 30-06-10
- Iberia affiche une perte nette inférieure aux attentes au premier trimestre 17-05-10
- Perte d'exploitation record d'Iberia en 2009 26-02-10

- Fusion entre Iberia et British Airways 14-11-09
- Iberia creuse sa perte au troisème trimestre 14-11-09
- Les bénéfices d'Iberia chutent de 90% 02-03-09

 

Les Etats-Unis donnent leur feu vert à la fusion United-Continental

Washington a donné son feu vert à la fusion entre United Airlines et Continental Airlines, et les deux compagnies ont indiqué vouloir sceller d'ici le premier octobre leur rapprochement, rapprochement qui doit donner naissance au premier transporteur aérien mondial.

Le ministère américain de la justice a indiqué que les deux compagnies américaines avaient répondu à ses objections à leur fusion en abandonnant un certain nombre de créneaux d'atterrissage et de décollage à l'aéroport international de Newark (près de New York).
Le ministère, qui est chargé de veiller au respect de la concurrence, a ajouté avoir refermé en conséquence son enquête sur la fusion entre les deux entreprises, ce qui donne à celles-ci le champ libre.

Dans un communiqué commun publié peu après la décision du ministère, United et Continental, qui avaient obtenu le feu vert des autorités de la concurrence européenne fin juillet (lire article), ont annoncé qu'elles comptaient mener à bien leur rapprochement pour le premier octobre.

United Airlines, troisième compagnie américaine, et Continental Airlines quatrième, avaient annoncé en mai leur intention de fusionner sous le seul nom de United. Ensemble, elles desserviront 370 destinations dans 59 pays, avec un chiffre d'affaires cumulé de 29 milliards USD, une flotte de près de 700 appareils et environ 87000 salariés dans le monde.

Site à propos de la fusion : www.unitedcontinentalmerger.com


Lire aussi :

- L'Union Européenne autorise la création du numéro un mondial du transport aérien 13-08-10
- Fusion officielle de Continental et United 03-05-10
- Continental Airlines préfère rester seule 28-04-08
- Continental et United Airlines vers une fusion ? 27-04-08

- Fusion entre United et Continental ? 23-04-10  

25/08/2010

La reprise du transport aérien commence à ralentir

 

La reprise du transport aérien commence à ralentir.JPG
Le trafic mondial de fret aérien a augmenté en juillet, mais à un rythme ralenti par rapport au mois précédent, montrent les chiffres de l'IATA, qui confirment la tendance à l'atténuation de la reprise mondiale.

La croissance du trafic international de fret ressort à 22,7% en juillet par rapport au même mois de l'an dernier, et celle du trafic passagers a été de 9,2%.
"La reprise de la demande a été plus rapide qu'anticipé. Mais si l'on regarde vers la fin de l'année le rythme de la reprise va probablement ralentir", a déclaré Giovanni Bisgnani, le directeur général de l'IATA.

Évoquant la fragilité de la confiance des consommateurs, notamment en Amérique du Nord et en Europe, il ajoute : "Cela affecte les marchés des loisirs et le trafic de fret. Après le coup de fouet donné à la demande cargo par la reconstitution des stocks, la poursuite de la croissance dépendra pour une bonne partie des dépenses de consommation, qui restent faibles."
(L'IATA regroupe 240 compagnies aériennes représentant 94% de l'ensemble du trafic international mondial. Ses statistiques ne prennent pas en compte les liaisons intérieures).


Lire aussi :
- Perspectives du transport aérien d'ici à 2027 01-08-09

- Recul de 2,4% du trafic aérien international en avril 27-05-10
- La reprise du transport aérien s'est accélérée en mars 28-04-10
- Nouvelle hausse du trafic aérien en février 30-03-10

- La crise du transpoert aérien encore pendant 4 ou 5 an ? 30-03-10
- Reprise du transport aérien plus forte que prévue en 2010 11-03-10
- Forte hausse du fret aérien en décembre 27-01-10
- Pas encore de reprise de la demande en première classe et classe affaires 18-01-10
- Airbus et Boeing face à la crise, encore et toujours 05-10-09
- Transport aérien : une crise historique 26-09-09
- Pas encore de reprise en vue pour l'industrie aéronautique européenne, selon Fitch 24-09-09
- Le trafic aérien restera très déficitaire en 2010 16-09-09
- La baisse du trafic aérien mondial s'atténue 11-09-09
- La reprise a commencé dans le trafic aérien, signale l'IATA 30-08-09
- Nouveau recul du trafic aérien international en juin 02-08-09
- Airbus table sur une sortie de crise dès l'année prochaine 13-04-09
- Nouveau plongeon de l'activité passagers en mars 08-04-09
- Eurocontrol publie ses prévisions de trafic aérien pour l'Europe 25-03-09
- Le transport aérien ne redécolle pas 03-03-09
- Le trafic Premium ne sauvera pas le transport aérien 01-03-09
- La chute du trafic des compagnies européennes ne fait que commencer 21-02-09
- L'étau de la crise se resserre sur le transport aérien 22-01-09
- Le trafic aérien subit un ralentissement général 03-01-09
- L'aéronautique face à la crise 03-11-08
- L'aviation civile en pleine tempête 02-09-08
- Le modèle low-cost a fait son temps, l'aviation de demain approche 19-08-08
- Le trafic aérien international résiste au ralentissement mondial 04-07-08
- Le prix des billets d'avion va continuer de s'envoler 19-06-08
- Le prix du pétrole devient une menace importante 26-05-08
- Le trafic aérien international continue de ralentir 03-05-08
- L'industrie aéronautique européenne menacée par le dollar faible 23-04-08
- Le transport aérien français dopé par les low-cost 27-02-08
- La pollution, un enjeu majeur pour l'industrie aéronautique 27-01-08
- Thales exclu une crise dans l'aéronautique 23-01-08
- Hausse de 9,3% du trafic aérien mondial 05-01-08
- 2,2 milliards de passagers aériens en 2007 23-12-07
- Big bang dans le transport aérien 02-10-07
- Le transport aérien en état de crise au Brésil 27-07-07
- Croissance du transport aérien s'accélère au premier trimestre 30-04-07
- La croissance du trafic aérien international a baissé en 2006 31-01-07

 

Lufthansa se dit optimiste après un été porteur

 

Lufthansa se dit optimiste après un été porteur.JPG
L'activité de Lufthansa s'est fortement développée ces derniers mois, l'ensemble des compagnies du groupe allemand ayant atteint ou dépassé les attentes.

L'IATA a parallèlement publié des chiffres montrant une croissance de 22,7% du trafic international de fret en juillet par rapport au même mois de l'an dernier et de 9,2% pour le trafic passagers.
"Si cela continue durant les mois qui viennent, on peut être certain de remplir nos objectifs", a déclaré Stefan Lauer, membre du directoire du groupe allemand.
"Nous observons des coefficients d'occupation dans notre trafic continental depuis Francfort comme nous n'en avons jamais vus auparavant", a-t-il dit, en ajoutant que le trafic intercontinental évoluait lui aussi de manière satisfaisante.

La major allemande, qui espère satisfaire les attentes du marché en matière de résultat d'exploitation cette année grâce au redressement de ses activités de fret et à l'international au premier semestre, a également bénéficié de l'accélération de la reprise économique allemande.
Parmi les dernières acquisitions du groupe, les compagnies Austrian Airlines et BMI devraient être déficitaires cette année, mais Lufthansa espère que cette situation sera compensée par la reprise de la demande sur le reste de ses activités.

Stefan Lauer a en outre dit s'attendre à une consolidation du secteur aérien mondial d'ici quelques années, un mouvement dont Lufthansa a été l'un des acteurs majeurs en Europe ces dernières années.
"Nous ne sommes pas encore arrivés au bout (de la consolidation du secteur)", a-t-il indiqué.


Lire aussi :
- Lufthansa optimiste 29-06-10
- Hausse spectaculaire du trafic chez Lufthansa 12-06-10
- Lufthansa vise un profit d'exploitation en hausse en 2010 11-03-10

 

24/08/2010

Aer Lingus renoue avec les bénéfices

Aer Lingus renoue avec les bénéfices.JPG
Aer Lingus est redevenue bénéficiaire au deuxième trimestre, malgré l'impact des perturbations du ciel européen, et s'est engagée à défendre son indépendance en continuant à réduire ses coûts jusqu'à l'année prochaine.
L'irlandaise, sur laquelle a longtemps pesé la menace d'un rachat par Ryanair, a dégagé un bénéfice avant-impôts de 15,4 millions EUR au deuxième trimestre, après avoir supprimé des liaisons non rentables avec les Etats-Unis et en réduisant ses effectifs et sa facture de kérosène. L'année dernière, ce deuxième trimestre s'était soldé par une perte de 13,8 millions EUR.

Après deux exercices déficitaires en 2008 et 2009, Aer Lingus a confirmé sa prévision pour 2010, au minimum à l'équilibre, hors éléments exceptionnels, même s'il estime qu'il est encore trop tôt pour émettre des prévisions pour 2011 dans un contexte économique aussi incertain.
"Il n'y a auncune raison pour que nous ne puissions pas préserver notre indépendance" a en outre déclaré à la presse Andrew Macfarlane, directeur financier de la société.

Au premier semestre, Aer Lingus a enregistré une perte d'exploitation de 24 millions EUR en raison du coût des interdictions de vols causées par le nuage de cendres volcaniques. Ce montant est inférieur aux 93 millions EUR de pertes enregistrées l'année précédente.

Le groupe, qui veut réduire ses coûts de 97 millions EUR d'ici l'année prochaine, se dit prêt à rejoindre une des grandes alliances mondiales dans le secteur (OneWorld, Star Alliance, Skyteam, ...).


Lire aussi :
- Aer Lingus ne survivra pas sans une réduction de ses coûts 20-10-09
- Lourdes pertes pour Aer Lingus, Ryanair accuse la direction 29-08-09
- (insolite) Aer Lingus vend par erreur des billets à 3550 euros pour 5 euros 17-04-08
- Aer Lingus commande quatre Aribus A320 29-02-08
- Ryanair saisit la CEJ pour pouvoir fusionner avec Aer Lingus 11-09-07

- Bruxelles met son veto à la fusion entre Ryanair et Aer Lingus 27-06-07
- Aer Lingus prépare son expansion 20-03-07

L'Asie devient le premier marché aérien et dépasse l'Amérique

L'Asie devient le premier marché aérien et dépasse l'Amérique.JPG
Selon les données collectées par OAG, l'offre de sièges des compagnies aériennes d'Asie-Pacifique a dépassé celle de l'Europe et d'Amérique du Nord, qui émerge à peine d'une longue récession.

> Offre mondiale de sièges en août 2010


En août, pour la première fois depuis 2007, l'offre de sièges d'avion en Amérique du Nord a progressé. De 1%. Mais, après trois années de récession, le ciel nord-américain a perdu son titre de premier marché aérien au monde et figure désormais au troisième rang mondial, derrière l'Asie et l'Europe. C'est ce qui ressort de l'étude réalisée par la société américaine OAG, qui compile depuis trente ans les programmes des compagnies aériennes. Avec un total de 109,6 millions de sièges commercialisés en août, l'Asie-Pacifique est en effet passée devant l'Amérique du Nord et ses 99 millions de sièges et également devant l'Europe (105,5 millions de sièges).

Depuis 2008 et l'envolée des prix du carburant, les compagnies nord-américaines et, dans une moindre mesure, les européennes, n'ont eu de cesse de tailler dans leurs programmes, afin de réduire leurs pertes, tandis que l'offre aérienne en Asie - Pacifique poursuivait sa croissance à deux chiffres. Comparée à août 2009, l'offre de sièges sur le marché asiatique a encore augmenté de 10% ce mois-ci et de 74% comparée à août 2001, tirée notamment pas la croissance chinoise, en hausse de 175% depuis 2001. Sur la même période 2001 - 2010, le réseau domestique américain, qui représente encore les trois quarts de l'offre des compagnies nord-américaines, a perdu 17% de ses capacités. L'Europe a, en revanche, continué de progresser, et ce grâce au dynamisme des compagnies à bas coûts (low cost), avec une offre en hausse de 7% ce mois-ci, tant sur les lignes intérieures (78,9 millions de sièges) que sur l'international (26,6 millions de sièges). Mais la récession de 2009 l'a néanmoins reléguée derrière l'Asie.


Croissance soutenue en Afrique

Loin derrière, l'Amérique du Sud arrive en quatrième position, avec 32,5 millions de sièges. Mais elle peut se flatter d'avoir la plus forte croissance, avec une offre en hausse de 16% sur ses liaisons intérieures. Dans son sillage, mais moins peuplé, le Proche-Orient affiche 19,3 millions de sièges et la palme de la plus forte croissance à l'international (9%). Le reflet de la stratégie des compagnies du Golfe, basée sur le développement des correspondances intercontinentales. En queue de peloton, l'Afrique reste le parent pauvre du secteur, avec seulement 15,2 millions de sièges, dont 6,7 sur les lignes intérieures. Mais elle affiche une croissance soutenue de 12% à l'international et 9% en domestique.


Lire aussi :
- Bons résultats pour les compagnies américaines au deuxième trimestre 16-06-10
- L'aviation civile en pleine tempête 02-09-08
- Le prix du pétrole devient une menace importante 26-05-08
- Les compagnies américaines ne sont plus protégées contre le pétrole cher 24-04-08
Plus : via moteur de recherche J.R.

23/08/2010

Un virus informatique en partie à l'origine du crash du vol Spanair JK5022 ?

Un virus informatique en partie à l'origine du crash du vol Spanair JK5022.JPG
Un virus de type cheval de Troie serait probablement en partie responsable du crash du vol Spanair JK5022 qui avait fait 154 victimes à l'été 2008.

Le 20 août 2008, l'avion MD-82 de l'espagnole Spanair, qui assurait la liaison entre Madrid et les îles Canaries, prenait feu après un décollage avorté. Sur les 172 passagers, seuls 18 s'en étaient sortis vivants. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'accident avait été causé par un moteur en feu et l'impossibilité de prendre de l'altitude, cela après un premier décollage abandonné.

Le problème majeur qui a causé le crash était la position incorrecte des flaps (volets) avant le décollage. Les pilotes n'avaient pas vérifié ce paramètre mais le problème semble être que l'alarme , mal configurée, ne se soit pas déclenchée non plus. Aujourd'hui des documents internes de Spanair révèleraient que l'ordinateur central de la compagnie aérienne n'avait pas détecté le problème d'alarme sur l'avion à cause d'un virus informatique de type cheval de Troie.

Cet ordinateur central enregistre tous les messages d'alarme et de problèmes techniques en provenance des avions et en théorie si trois erreurs successives surviennent pour un même paramètre, l'avion est immobilisé. Or, il s'avère que le MD-82 du vol Spanair 5022 avait été touché par trois problèmes techniques dans les jours précédant le crash sans qu'ils soient (en tout cas tous) enregistrés par l'ordinateur central.
Ce système central aurait été infecté par un virus au moment du crash et était hors service, ce qui l'aurait empêché de recueillir les messages d'erreur et donc d'immobiliser l'appareil. Le juge espagnol en charge de l'enquête a demandé à Spanair de fournir toutes les données de cet ordinateur avant et après le crash.

S'il s'avère que le système de la compagnie était effectivement infecté par un virus, il s'agirait là d'un premier cas de l'histoire où un virus informatique serait responsable d'une catastrophe de cette ampleur. Cela remet aussi en question l'automatisation de ces procédures, qui en cas de panne, devraient être suppléées par une surveillance humaine et visuelle. Dans le cas présent, s'il s'avère qu'en effet le virus avait paralysé le système de contrôle de Spanair, un contrôle humain aurait dû prendre le relais.
A noter que cette thèse ne remet pas en cause la principale raison du crash, à savoir une erreur de pilotage.


Lire aussi :
- Crash Spanair : plainte en Espagne contre Boeing 25-10-09
- Spanair : le juge d'instruction poursuit les techniciens 16-10-08
- Rapport préliminaire de l'accident du MD-82 de Spanair 10-10-08
- Crash de Madrid : les enquêteurs pensent à un problème de moteur 25-08-08
- Spanair assure avoir respecté toutes les règles 21-08-08

Rapport préliminaire de la CIAIAC (en espagnol) datant d'octobre 2008 : Informe preliminar A-32/2008

22/08/2010

Les compagnies aériennes européennes trop optimistes

Les compagnies aériennes européennes trop optimistes.JPG
En plus des problèmes économiques qu'elles traversent, les compagnies aériennes européennes pourraient saboter leur propre reprise. La plupart des transporteurs traditionnels du Vieux Continent ont augmenté leur capacité en termes de passagers sur un marché encore fragile, avec des coûts de carburant élevés. C'est une quasi-certitude : cet accroissement réduira le prix des billets, alors qu'ils étaient à nouveau en hausse. Il faudrait recommander la plus grande prudence à cette industrie fortement cyclique (mais un tel comportement de sa part est improbable).

L'optimisme des compagnies aériennes peut sembler fondé. En effet, le trafic reprend et les voyageurs d'affaires remplissent l'avant des avions (hausse de 12% au cours du premier semestre par rapport à la même période de 2009 pour les classes premium, selon l'IATA).

Plus important encore, le prix des billets est en hausse. British Airways et Lufthansa ont enregistré une forte croissance au deuxième trimestre. Et une nouvelle reprise est tout à fait envisageable (les rendements du secteur se situent encore dans une fourchette comprise entre 10% et 15%) selon les estimations, ce qui est en dessous des niveaux observés avant la récession.

Cependant, les signaux d'alerte ne manquent pas. En Europe, l'augmentation de la capacité de transport programmée pour le dernier trimestre 2010 est déjà plus élevée que les prévisions de trafic. Ainsi, SAS a récemment averti qu'elle était en surcapacité sur certains marchés. British Airways a également annoncé un ralentissement de la croissance cet hiver face à une concurrence qui augmentera ses capacités de transport.

En effet, les vols programmés par les compagnies européennes suggèrent des capacités long-courriers en augmentation de 8% à 9% pour cette période. Lufthansa et Alitalia semblent particulièrement ambitieuses. La compagnie allemande va accroître sa capacité long-courrier de 11% au quatrième trimestre de 2010 (selon UBS), c'est-à-dire au-dessus de la moyenne européenne.


Cercle vicieux

Les compagnies à bas coûts, low cost, comme Ryanair ou easyJet, procèdent elles aussi à une expansion agressive, mais cela n'a rien de nouveau. Et avec son solide bilan comptable, Ryanair peut se permettre une telle prise de risque. Ce que les transporteurs traditionnels, en revanche, ne peuvent s'autoriser, notamment à cause de la hausse des coûts du carburant.

Les compagnies européennes n'ont pas réduit assez rapidement leur capacité de transport une fois le creux d'activité atteint, et le risque est maintenant de vouloir redémarrer trop tôt. La prudence est de mise, alors que pour certains, la tentation d'accroître les parts de marché est trop forte. Le cercle vicieux ne semble pas prêt de prendre fin.


Lire aussi :
- La course des compagnies aériennes à la taille des joint-ventures 08-08-10

Mexicana rachetée par des investisseurs mexicains

Mexicana rachetée par des investisseurs mexicains.JPG
Un consortium d'investisseurs mexicains a repris 95% du capital du groupe de la compagnie aérienne Mexicana, actuellement placée sous administration judiciaire, les 5% restants demeurant propriété du syndicat national des pilotes, a-t-on appris samedi des nouveaux actionnaires.

Le groupe Tenedora K a été constitué spécialement pour "capitaliser" et "sauver" Nuevo Grupo Aeronautico, la holding contrôlant non seulement Mexicana, mais les deux compagnies "annexes" Mexicana Click et Mexicana Link, a indiqué le consortium.

Le montant de la transaction n'a pas été précisé, mais le principal actionnaire de la holding, le groupe hôtelier mexicain Posadas, avait annoncé vendredi la vente de sa participation de 30,4% au capital "pour une valeur symbolique".
Tenedora K compte notamment la participation des groupes mexicains Omega (infrastructues, construction) et Arizan (assurances), a précisé le groupe d'investisseurs.

Mexicana, une des deux plus importantes compagnies aériennes du Mexique avec Aeromexico, qui transportait 22000 passagers par jour sur 220 vols, avait obtenu début août d'un juge mexicain la protection contre la faillite, une forme juridique protégeant contre d'éventuelles actions en justice des créanciers et permettant de continuer à fonctionner.

Mexicana Click et Mexicana Link n'étaient pas concernées par cette procédure, et Mexicana avait suspendu depuis nombre de ses vols, dont ceux vers Londres, Madrid et Montréal.


Lire aussi :
- Mexicana s'étouffe 07-08-10

Le futur festival aéronautique de Blagnac se dévoile

Le futur festival aéronautique de Blagnac se dévoile.JPG
Pourquoi créer une nouvelle association, "des étoiles et des ailes", alors même qu'il en existe déjà une multitude dans le domaine ? La réponse de Catherine Gay, présidente de cette nouvelle structure, par ailleurs directrice stratégie et développement à l'aéroport de Toulouse Blagnac, jaillit comme une fusée à plusieurs étages. Elle justifie la nécessité d'un festival aéronautique du film et du livre.

Préfigurer Aeroscopia, futur musée de l'aéronautique
"En premier lieu grâce à la complicité de Bernard Keller (le maire de Blagnac), et pour trois raisons : tout d'abord le Grand Toulouse a vraiment besoin d'un tel festival du fait de l'activité économique majeure sur son territoire, et se doit légitimement de l'accueillir ; en deuxième lieu, un tel événement n'existe pas ; et enfin, ce festival doit préfigurer Aeroscopia, le musée de l'aéronautique qui va être construit à Blagnac".

Confirmant le diagnostic selon lequel il manquait la dimension culturelle liée aux deux domaines que sont l'aéronautique et le spatial, elle voit plus loin.
'Le terme d'image ne doit pas être restrictif, et l'on doit y voir, derrière, l'art sous toutes ses formes, tant le cinéma que la photo, voire la sculpture". Tout comme il lui paraît naturel d'englober le livre, "car il n'y avait qu'un mini-salon en décembre à l'ENAC, et ils ont logiquement adhéré à notre initiative pour l'élargir". Et faire atteindre à l'événement "une dimension européenne, sortant ainsi du cadre franco-français".
La présidente se réjouit de la mise à disposition de sites remarquables, Odyssud, le Rex et l'aéroport, et le concours de parrains prestigieux comme Michel Drucker, de partenaires de poids (Airbus, EADS, ATR), d'un jury de personnalités du septième art, et d'une cinquantaine d'auteurs. Catherine Gay attire également l'attention sur les conférences de spécialistes comme Michel Polacco, et surtout des compétences réunies dans le bureau de son association.


Plus d'infos : desetoilesetdesailes.com