J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

23/08/2010

Un virus informatique en partie à l'origine du crash du vol Spanair JK5022 ?

Un virus informatique en partie à l'origine du crash du vol Spanair JK5022.JPG
Un virus de type cheval de Troie serait probablement en partie responsable du crash du vol Spanair JK5022 qui avait fait 154 victimes à l'été 2008.

Le 20 août 2008, l'avion MD-82 de l'espagnole Spanair, qui assurait la liaison entre Madrid et les îles Canaries, prenait feu après un décollage avorté. Sur les 172 passagers, seuls 18 s'en étaient sortis vivants. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'accident avait été causé par un moteur en feu et l'impossibilité de prendre de l'altitude, cela après un premier décollage abandonné.

Le problème majeur qui a causé le crash était la position incorrecte des flaps (volets) avant le décollage. Les pilotes n'avaient pas vérifié ce paramètre mais le problème semble être que l'alarme , mal configurée, ne se soit pas déclenchée non plus. Aujourd'hui des documents internes de Spanair révèleraient que l'ordinateur central de la compagnie aérienne n'avait pas détecté le problème d'alarme sur l'avion à cause d'un virus informatique de type cheval de Troie.

Cet ordinateur central enregistre tous les messages d'alarme et de problèmes techniques en provenance des avions et en théorie si trois erreurs successives surviennent pour un même paramètre, l'avion est immobilisé. Or, il s'avère que le MD-82 du vol Spanair 5022 avait été touché par trois problèmes techniques dans les jours précédant le crash sans qu'ils soient (en tout cas tous) enregistrés par l'ordinateur central.
Ce système central aurait été infecté par un virus au moment du crash et était hors service, ce qui l'aurait empêché de recueillir les messages d'erreur et donc d'immobiliser l'appareil. Le juge espagnol en charge de l'enquête a demandé à Spanair de fournir toutes les données de cet ordinateur avant et après le crash.

S'il s'avère que le système de la compagnie était effectivement infecté par un virus, il s'agirait là d'un premier cas de l'histoire où un virus informatique serait responsable d'une catastrophe de cette ampleur. Cela remet aussi en question l'automatisation de ces procédures, qui en cas de panne, devraient être suppléées par une surveillance humaine et visuelle. Dans le cas présent, s'il s'avère qu'en effet le virus avait paralysé le système de contrôle de Spanair, un contrôle humain aurait dû prendre le relais.
A noter que cette thèse ne remet pas en cause la principale raison du crash, à savoir une erreur de pilotage.


Lire aussi :
- Crash Spanair : plainte en Espagne contre Boeing 25-10-09
- Spanair : le juge d'instruction poursuit les techniciens 16-10-08
- Rapport préliminaire de l'accident du MD-82 de Spanair 10-10-08
- Crash de Madrid : les enquêteurs pensent à un problème de moteur 25-08-08
- Spanair assure avoir respecté toutes les règles 21-08-08

Rapport préliminaire de la CIAIAC (en espagnol) datant d'octobre 2008 : Informe preliminar A-32/2008

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.