J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

22/08/2010

Les compagnies aériennes européennes trop optimistes

Les compagnies aériennes européennes trop optimistes.JPG
En plus des problèmes économiques qu'elles traversent, les compagnies aériennes européennes pourraient saboter leur propre reprise. La plupart des transporteurs traditionnels du Vieux Continent ont augmenté leur capacité en termes de passagers sur un marché encore fragile, avec des coûts de carburant élevés. C'est une quasi-certitude : cet accroissement réduira le prix des billets, alors qu'ils étaient à nouveau en hausse. Il faudrait recommander la plus grande prudence à cette industrie fortement cyclique (mais un tel comportement de sa part est improbable).

L'optimisme des compagnies aériennes peut sembler fondé. En effet, le trafic reprend et les voyageurs d'affaires remplissent l'avant des avions (hausse de 12% au cours du premier semestre par rapport à la même période de 2009 pour les classes premium, selon l'IATA).

Plus important encore, le prix des billets est en hausse. British Airways et Lufthansa ont enregistré une forte croissance au deuxième trimestre. Et une nouvelle reprise est tout à fait envisageable (les rendements du secteur se situent encore dans une fourchette comprise entre 10% et 15%) selon les estimations, ce qui est en dessous des niveaux observés avant la récession.

Cependant, les signaux d'alerte ne manquent pas. En Europe, l'augmentation de la capacité de transport programmée pour le dernier trimestre 2010 est déjà plus élevée que les prévisions de trafic. Ainsi, SAS a récemment averti qu'elle était en surcapacité sur certains marchés. British Airways a également annoncé un ralentissement de la croissance cet hiver face à une concurrence qui augmentera ses capacités de transport.

En effet, les vols programmés par les compagnies européennes suggèrent des capacités long-courriers en augmentation de 8% à 9% pour cette période. Lufthansa et Alitalia semblent particulièrement ambitieuses. La compagnie allemande va accroître sa capacité long-courrier de 11% au quatrième trimestre de 2010 (selon UBS), c'est-à-dire au-dessus de la moyenne européenne.


Cercle vicieux

Les compagnies à bas coûts, low cost, comme Ryanair ou easyJet, procèdent elles aussi à une expansion agressive, mais cela n'a rien de nouveau. Et avec son solide bilan comptable, Ryanair peut se permettre une telle prise de risque. Ce que les transporteurs traditionnels, en revanche, ne peuvent s'autoriser, notamment à cause de la hausse des coûts du carburant.

Les compagnies européennes n'ont pas réduit assez rapidement leur capacité de transport une fois le creux d'activité atteint, et le risque est maintenant de vouloir redémarrer trop tôt. La prudence est de mise, alors que pour certains, la tentation d'accroître les parts de marché est trop forte. Le cercle vicieux ne semble pas prêt de prendre fin.


Lire aussi :
- La course des compagnies aériennes à la taille des joint-ventures 08-08-10

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.