J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

08/08/2010

La routine

La routine.JPG

Ca fait plus de deux ans que je travaille pour Delta, basé à Salt Lake City. Je commence à bien connaitre le MD90, sur lequel je vole, le réseau de ma compagnie que je sillonne, et enfin ses procédures : la réglementation, le manuel d'exploitation, et le contrat entre la compagnie et ALPA, le syndicat des PL américains. J'ai mes Captains préférés, et ceux avec qui les vols paraissent beaucoup plus longs.

J'enfile l'uniforme que j'ai soigneusement repassé. D'une main je prends mon badge "CREW," de l'autre mon téléphone portable, et mon portefeuille où se trouvent mes licences de pilote de ligne et mon certificat médical First Class. Mes bottes de vol sont des santiags en cuir noir, j'ai ma Breitling Navitimer au poignet, ma bague, et mon stylo. A 35 ans, j'ai encore 30 ans de carrière avec la plus grande compagnie du monde. C'est la routine. Une routine que j'aime, après m'être battu pendant une décennie, la pire décennie du secteur du transport aérien.

Une routine qui ne va pas durer. Je viens d'être muté sur Minneapolis, un hub de la compagnie Northwest qui, elle, a été rachetée par Delta. En plaçant les MD90 dans le Midwest des Etats Unis, cet appareil peut atteindre la Cote Est et Ouest. American Airlines fait pareil, car elle base ses MD82 au centre du pays, à Chicago et Dallas. Des Airbus 320 vont venir de Minneapolis et être bases à Salt Lake. Avec un peu plus d'ancienneté, j'aurai également l'opportunité d'être basé à nouveau à SLC, sur un appareil différent.

Ma mutation aura lieu le premier mai. Comme mon but est de revenir sur Salt Lake, j'ai décidé de garder ma maison dans l'Utah et de ne pas déraciner ma famille une fois de plus. Je ferai des mises en place en début de rotation, comme je l'avais fait avant, depuis Chicago sur New York. A peu près la moitié des pilotes de ligne aux USA prennent l'avion pour se rendre au travail. Chez Delta, on a le droit de réserver le jumpseat, donc on sait d'avance s'il y aura un siège supplémentaire à notre disposition. Le vol de SLC à MSP prendra deux heures et demie, que je ferai avant une rotation de quatre jours. Certains passent plus de temps sur la route en une semaine.

On dirait que l'économie commence à repartir. Et je conseillerais à n'importe quel jeune de se lancer maintenant. Si tu attends que le secteur aérien atteigne son zénith pour commencer ta formation, il sera trop tard lorsque tu te pointeras sur le marché du travail avec tes licences et tes heures de vol. Catch the wave. Now.

Je conseillerais également de ne pas prendre de raccourci, d'investir dans une bonne formation, avec une réputation béton, à moins que ton ambition soit de ne faire que du travail aérien. La sélection est tellement pointue au niveau des majors, que le calibre de ton CV et de ton expérience est examiné ad nauseam. Certaines écoles te promettront le rêve à des prix discounts. Choose carefully.

Je suis en train de taper ce texte sur l'écran virtuel d'un iPad, une machine qui est devenue ma meilleure amie depuis plus d'une semaine, une machine idéale pour un pilote de ligne. Mon fils de 4 ans est allongé sur la moquette, en train de chanter. Il veut que je le pousse sur la balançoire, dehors, dans notre jardin. Il attend patiemment. Mon berger allemand est déjà dehors, mes deux autres enfants sont à l'école. J'essaie de savourer ces moments avant ma mutation. Je m'étais habitué à la routine.

J'avais presque oublié que dans ce pays, dans ce secteur, il n'y en a pas.


(Date original du message : 21 avril 2010)

> Plus de publicité aéro

Publié dans PiloteUS - Danny - pilote.us | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.