J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

05/07/2010

Made in the USA

Made in the USA

J'étais un grand supporteur d'idées sociales lorsque je suis arrivé aux Etats-Unis, en 1994. La majorité de ma vie s'était déroulée sous le régime Mitterrand, et la dernière fois que j'avais voté en France, j'avais voté vert. Oui, écolo. J'ai débarqué dans le désert d'Arizona, un Etat bien cowboy et républicain dans un pays qui venait d'élire Bill Clinton (après huit ans de Reagan et quatre ans de Bush). Le choc fut certain.

A l'âge de 20 ans, j'ai donc décidé de me lancer dans le système américain à cause d'un rêve que j'avais, et d'une aptitude médicale pilote que je n'avais pas. J'avais également reçu de mauvaises notes au lycée. Et dans un pays où les gens aiment se battre à coup de diplômes et les fonctionnaires torpillent des carrières à coup de tampon, je savais que mes options en France étaient limitées.

J'étais séduit par l'Amérique et sa culture "self-made man" que je connaissais uniquement au travers des livres que j'avais lus et des films que j'avais vus. Mais rien ne pouvait me préparer à la réalité : un mode de vie basé, ad nauseam, sur l'argent, une culture ultra-concurrentielle, un manque de couverture sociale, et des embauches "at will" qui autorisent les patrons à virer sans raison et sans préavis ; bref, à volonté. Les compagnies, ici, ne sont pas obligées de cotiser à la retraite, ni à une assurance médicale, ni à te donner des congés payés (même des congés tout court). Et malgré l'augmentation du "federal minimum wage" par Barack Obama, le SMIC américain n'est qu'à 7,25 USD, l'équivalent de 4,91 EUR. Trop peu pour vivre dans ce pays.

Maintenant que je suis arrivé à mon rêve, je ne peux pas m'empêcher à penser à ce système brutal dans lequel je vis depuis plus d'une décennie. Mais comme tout immigrant qui arrive à ses fins, par chance ou par labeur, je me demande aussi si ma réussite fut en dépit de ce système ultra-capitaliste, ou plutôt grâce à lui. Et comment être contre un pays qui m'a fourni tant d'opportunités grâce, en partie, à une cotisation sociale gardée au minimum ?

Oui, ce capitalisme acharné a fait faillir toutes les compagnies pour lesquelles je travaillais : le "traffic watch" en C-172 au-dessus des autoroutes de Phoenix, la compagnie cargo en C-310 qui reliait les petites villes du désert d'Arizona, l'air ambulance dans les réserves indiennes en Jetstream 31, puis ma compagnie régionale qui s'était transformée en Independence Air avec des Airbus, et enfin MAXjet, le 100% classe affaire entre New York et Londres en B767. Toutes ont péri. Sans exception. Mais, n'est-ce pas ce même système qui m'a permis de rebondir si rapidement ? (j'ai été au chômage pendant deux mois, l'année dernière, avant de recevoir deux offres d'emploi, une pour United et l'autre pour Delta).

Je ne l'ai jamais écrit dans ce journal, mais ça fait plusieurs années que je donne entre 300 et 450 dollars par mois aux charités américaines. Ce n'est pas pour me vanter que je dis ça, mais pour souligner le conflit qui est en moi, un conflit entre le sytème qui m'a tout offert et mes origines françaises et sociales qui ne le comprennent pas.

Comme certains l'ont constaté dans mes derniers écrits, le journal d'un pilote français aux Etats-Unis ne parle pas seulement d'avions, mais d'un Français face aux cauchemars d'un système sans pitié et ses conséquences qui lui ont permis de décrocher la lune. Le dilemme de celui qui est né en Europe, mais "made in the USA."

Le système américain est plein de contradictions, et malgré les prédictions courantes de son échec, il continue à fournir des opportunités incroyables à ceux qui n'ont pas peur de travailler dur. Alors, j'essaie de comprendre ce système, mais en vain, et je continue discrètement à faire mes donations mensuelles. Et lors des élections, mon dilemme devient si intense que je ne sais jamais pour qui voter. The Green Party ?

> Plus de publicité aéro

Publié dans PiloteUS - Danny - pilote.us | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.