J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

18/05/2010

Les compagnies aériennes tancent l'aviation européenne

Les compagnies aériennes tancent l'aviation européenne

Les compagnies aériennes ont appelé aujourd'hui les autorités européennes de l'aviation à revoir au plus vite leurs règlements afin de minimiser les perturbations dues au nuage de cendres volcaniques venu d'Islande. Le système actuel a conduit les autorités à fermer l'espace aérien alors que ce ne serait pas nécessaire, estime l'Association Internationale du Transport Aérien (IATA).

Un mois après l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll qui a provoqué une quasi-paralysie du trafic aérien pendant six jours, le nuage de cendres a provoqué hier lundi de nouveaux retards et entraîné l'annulation d'un millier de vols en Europe.
"Ce problème n'est pas prêt de disparaître. Le système européen pour décider des fermetures de l'espace aérien ne fonctionne pas", préviens le directeur général de l'IATA, Giovanni Bisignani.
"La sécurité est toujours notre priorité numéro un. Mais nous devons prendre des décisions qui reposent sur des faits, pas sur des modèles théoriques non corroborés", ajoute-t-il.

Giovanni Bisignani cite en exemple le recours de la France aux experts de l'aviation pour interpréter les déplacements du nuage de cendres, qui a permis de maintenir l'espace aérien ouvert en toute sécurité. Il salue en outre la gradation des niveaux de tolérance établie par la Grande-Bretagne.

L'IATA (qui représente 230 compagnies aériennes comptant pour 93% du trafic mondial), réclame en urgence une meilleure collecte des données et une révision de la procédure de décision.

Depuis l'éruption, plus de 200 000 vols ont été affectés par les cendres volcaniques dans l'espace aérien européen, mais les vérifications effectuées par les ingénieurs n'ont pas mis au jour de concentration significative, dit-elle.

Le trafic aérien international a rebondi au premier trimestre sur fond de reprise économique, mais il pourrait reculer de 4% en avril à cause de l'éruption, selon l'IATA, qui estime les pertes consécutives aux six jours de paralysie d'avril en Europe à 1,7 milliard USD.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.