J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

06/05/2010

L'Union Européenne veut plus de coordination dans la gestion du transport aérien

L'Union Européenne veut plus de coordination dans la gestion du transport aérien

Pour éviter un nouveau chaos, les Européens vont créer une cellule de crise et mieux se coordonner. Mais la décision de fermer l'espace aérien reste entre les mains des Etats.

C'est autour de ce thème que les ministres européens des transports étaient réunis à Bruxelles mardi… exception faite de l'Irlandais Noel Dempsey bloqué à Dublin par une nouvelle émission de cendres d'Eyjafjöll qui a imposé le blocage de l'espace aérien irlandais.
« Aujourd'hui, nous avons fait un pas vers plus d'Europe avec des décisions partagées, une coordination et une coopération »
, a assuré le ministre des transports espagnol José Blanco, dont le pays préside l'Union Européenne. Mais il ne s'agit pas, comme certains le souhaitaient, de créer une autorité supranationale ; il s'agit « seulement d'assurer des mécanismes de coordination » des décisions, a expliqué le commissaire européen aux transports Siim Kallas. En clair : « La décision finale reste aux Etats », a-t-il reconnu.

Après l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll, quelles mesures faut-il prendre en matière de gouvernance du ciel ?

Lorsque le volcan islandais s'est réveillé le 14 avril, les Etats de l'Union Européenne, appliquant le principe de précaution, ont fermé leurs espaces aériens respectifs. Ceci, sans concertation et pour des périodes liées aux évolutions de la météo, ce qui a empêché les compagnies aériennes de programmer leurs vols.
« Les 15 et 16 avril, ce fut le chaos. Près de 100 000 vols ont été annulés et plus de 10 millions de passagers ont été bloqués », a commenté M. Kallas.

Cinq jours plus tard, les Européens décidaient de diviser l'espace aérien européen en trois zones : une zone rouge (vols interdits), une zone grise, ( risque acceptable) et une zone non touchée. Les ministres des transports présents à Bruxelles mardi voulaient confirmer ce principe pour leurs décisions futures. Une nouvelle méthodologie sera mise au point pour évaluer la gestion des risques qui conditionnera la fermeture et la réouverture de l'espace aérien. Elle sera soumise pour approbation à l'assemblée générale de l'OACI en septembre et ne pourra pas entrer en application d'ici là.

Le dédommagement des compagnies renvoyé à plus tard
Autre décision : l'accélération de la mise en oeuvre du « ciel unique » européen. Cette idée, lancée en 1999 pour améliorer le trafic aérien, prévoit de passer d'un contrôle effectué par chacun des vingt-sept pays à la surveillance de zones plus étendues avec un contrôleur unique en 2012. C'est dans cet esprit que le patchwork des 27 espaces aériens actuels sera réduit à 9 blocs. La France (qui fera partie du bloc Europe centrale, avec l'Allemagne, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas ) s'est engagée à signer avant la fin de l'année 2010 le traité de création de ce bloc, a annoncé le secrétaire d'Etat français aux transports Dominique Bussereau.

Enfin, le développement du programme SESAR, c'est-à-dire le volet technique du « ciel unique », sera lui aussi accéléré (lire article). Un bémol cependant, le coût de ce programme est très élevé. Or les ministres n'ont pas souhaité entrer dans les discussions financières.

D'ailleurs, l'état de leurs finances ne leur permet pas d'assumer des engagements et les discussions sur les dédommagements éventuels pour les compagnies aériennes (qui chiffrent leurs pertes à 2,5 milliards d'euros) ont été renvoyées à plus tard. Aucun gouvernement n'a pour l'instant formulé de demandes, a souligné M. Kallas.
« Le chiffrage des pertes à prendre réellement en considération est entre les mains des Etats et ce sera un processus de longue haleine », a-t-il précisé. Quant à l'idée de reporter le paiement des redevances dues par les compagnies, elle n'a pas selon lui « été accueillie chaleureusement ».

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.