J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

03/05/2010

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien

Continental Airlines et United Airlines ont officialisé ce lundi leur fusion. Preuve que dans le secteur aérien, l'heure est toujours à la concentration.

Continental Airlines et United Airlines ont officialisé ce lundi leur fusion. Quel est l'intérêt pour deux compagnies de fusionner ?
Le transport aérien est sans pitié. Les marges sont faibles dans le secteur, et les compagnies doivent rechercher des économies à tous prix. La fusion est l'une des solutions les plus intéressantes et performantes. Que ce soit sur la maintenance, l'achat d'appareils ou encore l'organisation des escales... une fusion permet de réaliser d'importantes économies en regroupant certains départements de l'entreprise.

Concrètement, qu'est-ce que cela change quand deux compagnies fusionnent ?
Les compagnies aériennes évoluent dans un environnement concurrentiel très agressif. En s'alliant, elles deviennent plus compétitives sur certaines destinations. Par exemple, United a une forte présence à Chicago et Continental une bonne desserte de l'Amérique Centrale. Ensemble, ils peuvent mieux concurrencer American Airlines sur les mêmes marchés en termes d'horaires et de prix attractifs. En fusionnant leurs réseaux, deux compagnies peuvent offrir un produit plus attractif, et donc capter de nouveaux clients.

La tendance à la concentration dans le secteur a-t-elle été favorisée par la crise ?
La crise n'a fait qu'accélérer une tendance de fond. Dans ce secteur, on meurt facilement et le spectre de la faillite n'est jamais loin. Ce constat n'a fait que s'accentuer pendant les dix dernières années, où les compagnies ont dû affronter les surcapacités chroniques, les crises sanitaires, les menaces terroristes ou encore la flambée des cours du pétrole.
Résultat : pour proposer des offres performantes, elles se sont vues obligées d'obtenir des synergies.

Les fusions sont nécessaires, mais ont-elles permis de répondre aux difficultés du secteur ?
C'est difficile à dire tant les fusions font partie intégrante de cette industrie. Néanmoins, sur les dix dernières années, elles ont plutôt porté leurs fruits à leurs acteurs. Aucun des groupes constitués n'a fait faillite. Néanmoins, une fusion ne peut-être analysée qu'au regard des autres consolidations du secteur. Si une compagnie peut se féliciter d'avoir réussi une fusion, cela ne veut pas dire qu'elle a été aussi importante que celles réalisées par ses concurrentes. C'est pourquoi le secteur du transport aérien est en permanence remis en cause. Tout se joue sur la pertinence de l'offre et le prix du siège au kilomètre ; c'est la compagnie qui propose le plus et dépense le moins qui a le plus de chances de gagner.

Comment les compagnies aériennes ciblent-elles leurs éventuelles partenaires ?
En dehors des traditionnelles "bonnes" raisons de fusionner (synergies de coûts, prix de la fusion, des restructurations, volonté réelle des directions, concordance des techniques manageriales, etc...), une fusion dans le secteur aérien doit s'appuyer sur une bonne complémentarité des réseaux concernés (c'est d'ailleurs ce qui est mis en avant dans a fusion United - Continental). Deux compagnies qui n'étaient pas présentes sur les mêmes secteurs géographiques vont pouvoir offrir à leur clientèle un réseau plus dense, avec une palette d'horaires plus étendue.

Aujourd'hui, on a le sentiment que deux modèles s'opposent : les compagnies traditionnelles qui augmentent et les low cost qui baissent toujours plus leurs prix. Comment expliquer cette différence ?
Les compagnies low cost ne fonctionnent pas du tout sur le même modèle que les compagnies traditionnelles. Elles vendent en effet leurs billets grâce au seul argument du prix. Leur logique n'est donc pas d'offrir le meilleur réseau ou un service convenable à leur clientèle, mais seulement de leur proposer le meilleur prix, du discount pour voyager d'un point A à un point B.
Résultat : la complexité du service rendu au client (comme par exemple la correspondance) est bannie au profit de la recherche permanente d'économies. Les low cost n'exploitent en général qu'un seul modèle d'avion, ce qui rend difficile la recherche de partenaires ayant le même type d'appareil, ce qui serait un atout dans une fusion. Et les synergies ont moins lieu d'être, étant donné qu'elles ont déjà fondé toutes leurs stratégies sur ces bas coûts de fonctionnement.

Existe-t-il d'autres alternatives aux fusions dans le secteur ?
Il en existe fort probablement. Comme dans le secteur automobile, les compagnies aériennes procèdent à de nombreuses alliances ponctuelles pour étendre leurs réseaux... C'est l'exemple du Paris - Helsinki, qui est opéré en partage de code par Air France et Finnair. Les clients  qui achètent un billet Air France sont en réalité transportés par Finnair pour le compte d'Air France, mais bénéficient de l'effet réseau avec toutes les correspondances offertes à Paris.

Doit-on s'attendre à de nouvelles fusions dans le futur ?
Il y a de grandes chances que d'autres compagnies encore fassent le pas d'une fusion. Tout simplement parce que c'est inscrit dans le cours de l'histoire du secteur...

 

 


 

Ces méga-fusions qui transforment le secteur du transport aérien
La fusion entre les compagnies aériennes américaines Continental Airlines et United Airlines est le dernier exemple en date du mouvement de consolidation qui s'est accéléré ces dernières années. Retour sur les principales unions du secteur.

 

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien (2)

2010 : Continental - United
Un nouveau géant du ciel devrait bientôt voir le jour. Continental et United ont annoncé leur fusion le 3 mai 2010 pour trois milliards USD environ, ce qui formera la première compagnie aérienne mondiale. La fusion, qui doit encore être approuvée par les autorités de la concurrence, devrait être finalisée au quatrième trimestre 2010.
> En savoir plus


 

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien (3)

2010 : British Airways - Iberia
Le 8 avril 2010, British Airways et Iberia annoncent un mariage très attendu. Les compagnies avaient été obligées de repousser leur fusion en raison de la forte grogne syndicale, relative notamment au régime de retraite de la britannique. La fusion, qui doit se faire par échange d'actions, devrait permettre de dégager des synergies annuelles estimées à 400 millions EUR au bout de cinq ans. Elle donnera naissance au numéro trois européen, l' "International Airlines Group", derrière Air France KLM et Lufthansa.
> En savoir plus


 

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien (4)

2009 : Lufthansa - Austrian - BMI - Brussels Airlines En mars 2009, Lufthansa se montre bien déterminée à récupérer le retard pris sur sa rivale française Air France (qui a fusionné avec KLM en 2004). La major allemande s'empare alors d'Austrian Airlines (autrichienne) pour seulement 220 millions EUR. La même année, elle annonce encore le rachat de BMI (British MidLands) et de Brussels Airlines.
Lufthansa a dégagé un chiffre d'affaires de plus de 22 milliards EUR l'an dernier.
> En savoir plus sur Lufthansa avec Austrian
> En savoir plus sur Lufthansa avec BMI
> En savoir plus sur Lufthansa avec Brussels Airlines


 

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien (5)

2008 : Delta - Northwest
En 2008 a lieu la dernière toute grosse fusion en date, avant celle toute récente de Continental et United.
En octobre 2008, après un an d'intenses discussions, Delta Air Lines rachète sa concurrente Northwest Airlines pour 2,3 milliards EUR. Cette nouvelle compagnie colossale forme alors, sous le nom de "Delta", la plus importante compagnie aérienne mondiale en termes de trafic.
> En savoir plus


 

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien (6)

2005 : US Airways - America West
En 2005, c'est l'histoire du géant en faillite sauvé par deux fois plus petit que lui.
Le 19 mai 2005, US Airways est rachetée par America West Airlines qui adopte (garde) alors le nom commercial "US Airways". La vocation de la nouvelle compagnie est de se transformer en low cost, tout comme Southwest Airlines, mais avec une taille supérieure. Ce rapprochement crée la cinquième compagnie américaine.


 

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien (7)

2003 : Air France - KLM Royal Dutch
En 2003, c'est l'exemple même d'une fusion faite en douceur. Air France rachète la néerlandaise KLM Royal Dutch Airlines et développe son concept : un groupe aérien, deux compagnies distinctes, trois métiers. Le mot fusion est banni du vocabulaire des deux compagnies qui parviennent à donner l'illusion d'un mariage entre partenaires égaux. Le nouvel ensemble, baptisé Air France KLM, devient l'un des premiers transporteurs aérien européen, avec plus de 74,5 millions de passagers et 24 milliards EUR de chiffres d'affaires pour son exercice décalé 2008 - 2009.


 

Les fusions inscrites dans l'histoire du transport aérien (8)

2001 : American - TWA
En 2001, la mythique TWA est menacée de faillite. L'ancienne membre des "big four" (avec American Airlines, United Airlines et la défunte Eastern Air Lines) rentre dans le giron de son ancienne concurrente American Airlines. Cette fusion donne naissance à la première compagnie aérienne américaine.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.