J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

28/04/2010

La reprise du transport aérien s'est accélérée en mars

La reprise du transport aérien s'est accélérée en mars

La croissance du trafic passagers et des volumes de fret s'est accélérée en mars 2010, reflétant une reprise de l'économie plus nette que prévu, a annoncé l'Association Internationale du Transport Aérien. L'IATA a toutefois prévenu que la reprise du transport aérien se tasserait au mois d'avril en raison du nuage de cendres volcaniques en provenance d'Islande qui a fortement perturbé le secteur.

Le trafic aérien est toujours inférieur de 1% par rapport à son point haut de début 2008 et le secteur a perdu deux ans de croissance, déclare Giovanni Bisignani, directeur général de l'IATA.
"Néanmoins, le rythme d'amélioration, qui s'appuie sur un contexte d'amélioration de l'économie mondiale, est bien plus rapide qu'on ne l'aurait imaginé il y a six mois", ajoute-t-il.

Le trafic de passagers a augmenté de 10,3% en mars par rapport à l'année précédente, après une hausse de 9% en février. Le fret aérien a quant à lui augmenté de 28,1%, contre 26,3%. Le secteur du fret enregistre ainsi un quatrième mois consécutif de croissance supérieure à 20% en rythme annuel. Pour le secteur passagers, c'est son troisième mois de hausse supérieure à 5%.

Le rythme de croissance de la demande dépasse désormais celui des capacités, ajoute l'IATA. De ce fait, le coefficient d'occupation des avions, une mesure clé pour le secteur, a atteint 78% en mars pour les passagers et 57,1% pour le fret.
En outre, l'association a estimé que la paralysie du trafic aérien pendant six jours causée par l'éruption du volcan islandais avait coûté aux compagnies aériennes 1,7 milliard USD. Les compagnies européennes ayant été les plus touchées, alors qu'elles ont déjà le plus de mal à sortir de la crise.
"La confiance des passagers n'est pas affectée et nous nous attendons à un rebond rapide. L'impact d'un manque à gagner et de coûts supplémentaires vont certainement affecter le bénéfice net", ajoute Giovanni Bisignani.

Les transporteurs européens ont enregistré la plus faible hausse de la demande de passagers en mars, à 6%, après les compagnies d'Amérique Latine, et la plus faible hausse de la demande de fret, à 11,7%.

En revanche, la croissance de la demande de passagers a été la plus forte pour les transporteurs du Proche-Orient, à 25,9%. L'Amérique Latine a enregistré la plus forte hausse de la demande de fret, à 47,9%.


Lire aussi :
- Nouvelle hausse du trafic aérien en février 30-03-10

26/04/2010

JAL toujours en mauvaise santé

JAL toujours en mauvaise santé

Criblée de dettes, la japonaise Japan Airlines (JAL) devrait publier des pertes d'exploitation d'environ 160 milliards de yens (1,27 milliard EUR) pour l'année fiscale achevée en mars, rapporte le journal Sankei.

JAL et ses filiales se sont placées en janvier sous le régime de protection des entreprises en faillite, ayant accumulé 18,7 milliards EUR de dettes.
Les résultats du transporteur seront les plus mauvais depuis son alliance avec Japan Airlines System en 2002, rapporte le journal sans citer de sources.

La filiale Japan Airlines International semble toutefois être parvenue à réaliser un petit bénéfice sur le mois de mars, mais le mois d'avril a durement affecté le groupe en raison de la paralysie des transports aériens due à l'éruption du volcan Eyjafjöll en Islande.

Le plan de restructuration de JAL prévoit la suppression de 16000 emplois, soit un tiers des effectifs, d'ici la fin de l'année fiscale en cours, en mars 2011.


Lire aussi à propos de Japan Airlines (JAL) :
- Le patron de JAL, pour l'offre de Delta Air Lines, contre un dépôt de bilan 03-01-10
- La faillite proposée comme option aux banques à propos de JAL 29-12-09
- La saga JAL : Tokyo apportera 700 milliards de Yens de garanties 06-12-09 
- American Airlines et TGP veulent contrer Delta dans l'acquisition de Japan Airlines 03-12-09
- Le dépôt de bilan est envisagé chez JAL 19-11-09
- Les dirigeants de Japan Airlines se privent de salaire, JAL se bat contre sa dette 11-11-09
- La dette dépasserait les actifs de 5,8 milliards d'euros chez JAL 25-10-09
- Un sauvetage public de Japan Airlines est envisagé, un nouveau plan de restructuration est rejeté 20-10-09
 
- Japan Airlines contrainte de supprimer 6800 emplois 19-09-09 
- Japan Airlines réalise son vol de démonstration au biocarburant 31-01-09
- Japan Airlines sort du rouge grâce à ses mesures de restructuration 11-05-08
- Augmentation de capital pour Japan Airlines 03-03-08
- JAL prévoit une perte nette de 16,2 milliards de Yens 02-05-07 
- Japan Airlines va supprimer 4300 emplois et restructurer ses activités 06-02-07

AF447 : L'enquête judiciaire met en cause la maintenance

L'enquête judiciaire sur l'accident du vol AF447 en juin 2009 confirme que les sondes de vitesse ont contribué au crash mais met aussi en cause la maintenance, alors que vont se poursuivre les recherches pour retrouver les boîtes noires.

L'Airbus 330 d'Air France qui effectuait la liaison Rio-Paris s'était abîmé dans l'Atlantique le premier juin 2009, faisant 228 morts.En décembre, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) avait pointé du doigt les sondes de vitesse fabriquées par Thales et dont le remplacement a depuis été exigé par l'Agence Européenne de Sécurité Aérienne.
Parallèlement avait été ordonnée une enquête judiciaire qui, selon Libération, met également en cause l'entretien de ces mêmes sondes Pitot.

Le journal a pu se procurer un rapport préliminaire des cinq experts judiciaires qui confirme que le givrage des sondes mesurant la vitesse de l'avion est un "élément contributif" du crash, mais sans qu'il soit possible pour l'instant d'identifier "avec précision les faits qui ont conduit à l'accident".

Fait nouveau, les experts mettent aussi en avant le "temps (heures de vol et/ou durée calendaire) écoulé depuis le dernier entretien des sondes", autrement dit la maintenance de ces pièces.

Les autorités françaises, indique Libération, imposent l'entretien des sondes tous les 21 mois alors que le Canada, suite à des incidents de givrage sur des avions Bombardier, a décidé en 2008 de réduire ce délai à 600 heures de vol, soit environ quatre mois.
Les experts ne croient toutefois pas que les sondes et la météo soient les seules causes de l'accident, qui s'était produit en pleine nuit.
"La recherche d'autres éléments probants est nécessaire", concluent-ils.

Ultimes recherches
Pierre-Henri Gourgeon, directeur général d'Air France, a dit ne pas avoir connaissance de ce rapport préliminaire mais a assuré que sa compagnie avait respecté toutes les procédures.

"L'ensemble des procédures définies par les constructeurs et les autorités ont été parfaitement respectées quant au rythme d'inspection et de nettoyage par Air France", a-t-il dit.
Il a ajouté qu'il ne lui appartenait pas de dire s'il fallait changer ces règles, puisque "c'est le rôle des autorités et des constructeurs".

Seule l'analyse des enregistrements contenus dans les boîtes noires de l'avion permettrait de savoir si une erreur de pilotage peut aussi être en cause mais celles-ci reposent toujours au fond de l'océan.
Le gouvernement français a demandé vendredi soir la poursuite de la dernière phase de recherches sur place, alors que les deux navires qui y participent rentreront au Brésil la semaine prochaine.

Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat chargé des transports, a demandé au BEA, responsable des recherches au large du Brésil des débris de l'AF447, de poursuivre ses recherches avec le concours d'Air France et d'Airbus, a annoncé son cabinet dans un communiqué, évoquant cette "ultime phase de recherche".
Le BEA a prévu un nouveau point le 4 mai après évaluation de la situation.

Les deux premières campagnes de recherches, du 10 juin au 10 juillet, puis entre le 27 juillet et le 17 août, avaient coûté neuf millions d'euros.
Seuls des débris, dont l'empennage de l'avion, ont été repêchés, ainsi qu'une cinquantaine de corps.

Dans son rapport de décembre, le BEA avait conclu que l'A330 ne s'était pas disloqué mais avait percuté la surface de l'eau presque à l'horizontale, avant de sombrer.


Lire aussi :
- Les causes du crash du vol Rio-Paris AF447 toujours inexpliquées 14-12-09

Emirates a le vent en poupe

Emirates, la compagnie aérienne de l'émirat de Dubaï, a l'intention d'accroître sa flotte et pourrait annoncer de nouvelles commandes d'appareils cette année, a déclaré son président."Je suis certain que nous allons entendre de nouvelles annonces dans le courant de cette année concernant éventuellement de nouveaux appareils arrivant chez Emirates ou des signatures pour l'achat de nouveaux appareils pour Emirates", a déclaré le cheikh Ahmed ben Said al Maktoum dans une interview à la chaîne Dubai One Television.
Il a par ailleurs précisé que le transporteur était prêt à lancer une introduction en Bourse dès que le gouvernement de Dubaï donnerait son feu vert.

Emirates, dont l'exercice se termine le 31 mars, devrait publier ses résultats annuels la première semaine de mai.
Le président de la compagnie a déclaré que les résultats de l'an dernier avaient été "excellents" sans fournir plus de précisions.
"Notre réserve de cash flow est excellente donc je ne vois aucun problème pour Emirates ni pour le groupe Emirates en général", a-t-il dit.

25/04/2010

"Chute" dans des turbulences d'un 777 d'Emirates

Chute dans des turbulences d'un 777 d'Emirates

Un appareil d'Emirates, soumis à de fortes turbulences entre Dubaï et l'Inde, a fait un "plongeon" de quelque 4600 mètres en quelques minutes aujourd'hui dimanche, blessant 17 personnes à bord, ont indiqué des responsables de l'aviation.
 
Le Boeing 777 avec 361 passagers et 14 membres d'équipage a finalement atterri sans encombre à sa destination de Cochin (sud de l'Inde) peu après l'incident qui s'est produit au large de l'Etat de Goa.
"Pendant une brève période de mauvaises turbulences, certains passagers ont subi des contusions et d'autres blessures mineures", a déclaré un responsable à Cochin sous le couvert de l'anonymat.
"Ils ont reçu des soins médicaux à leur arrivée à l'aéroport".
"Certains passagers qui ne portaient pas de ceinture de sécurité ont été éjectés de leur siège, mais le pilote a ensuite repris le contrôle" de l'appareil, a-t-il précisé.


Qu'en retient-on ? On n'oublie pas sa ceinture...

L'Espagne plaide pour l'unification de l'espace aérien européen

L'Espagne plaide pour l'unification de l'espace aérien européen

L'Espagne a invité ses partenaires de l'Union Européenne à accélérer la création d'un espace aérien commun, en mesure de répondre plus efficacement à des problèmes comme celui de l'éruption du volcan islandais (voir articles).

Depuis des dizaines d'années, des tentatives ont été menées en vain pour unifier cet espace aérien continental.
Le nuage de cendres venu d'Islande a mis en exergue un manque de concertation entre les pays de l'UE quant à l'ouverture et la fermeture de leur espace aérien respectif.
A un moment donné, les espaces aériens néerlandais et français étaient ouverts tandis que celui de la Grande-Bretagne était fermé et que l'Allemagne n'autorisait que les décollages et atterrisages pouvant s'effectuer en mode visuel.

Le ministre espagnol des transports, Jose Blanco, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, a invité ses homologues européens à se réunir le 4 mai prochain à Bruxelles pour étudier de nouvelles propositions.
S'exprimant devant la presse à Madrid, il a estimé qu'Eurocontrol, l'agence européenne de l'aviation civile qui fait la coordination entre les systèmes nationaux, devrait se voir confier le contrôle de l'espace européen.
"Cette semaine a démontré la nécessité de mener une réflexion commune sur l'amélioration des mécanismes européens face à une situation de ce genre", a-t-il dit. Jose Blanco a précisé avoir abordé les propositions espagnoles avec le commissaire européen aux transports, Siim Kallas. Il a demandé à la Commission Européenne de préparer un rapport.

23/04/2010

Fusion entre United et Continental ?

Fusion entre United et Continental

United Airlines (sous sa maison-mère UAL Corp) et Continental Airlines envisageraient une fusion par échange d'actions sans prime, afin de créer un groupe évalué à 6,6 milliards USD (4,98 milliards EUR).

Le directeur général d'UAL, Glenn Tilton, deviendrait président de cette nouvelle société, tandis que la patron de Continental, Jeff Smisek, occuperait le poste de directeur général.
Les portes-parole des deux groupes n'ont pas souhaité commenter la situation.

Hier, US Airways Group avait annoncé avoir mis un terme aux discussions concernant un projet de fusion avec UAL Corp (lire ici).
Aux yeux de nombreux analystes, UAL aurait engagé ces discussions avec US Airways dans le but de convaincre Continental de se manifester.

UAL et Continental avaient élaboré un projet de fusion en 2008 mais leurs discussions avaient échoué :
- Continental Airlines préfère rester seule 28-04-08
- Continental et United Airlines vers une fusion ? 27-04-08

Les deux compagnies s'étaient ensuite engagées dans une alliance stratégique. Les négociations en vue d'une éventuelle fusion avaient finalement repris la semaine dernière.

22/04/2010

Continental Airlines creuse sa perte au premier trimestre

Continental Airlines creuse sa perte au premier trimestre

La rigueur de l'hiver et la hausse des prix du carburant ont pesé sur les résultats trimestriels de Continental Airlines dont la perte au premier trimestre est ressortie supérieure aux attentes malgré un hausse du chiffre d'affaires.

La major américaine a annoncé que son déficit avait atteint 146 millions USD (110 millions EUR), soit 1,05 USD par action, contre 136 millions USD un an auparavant, soit 1,10 dollar par titre.
La différence entre les deux pertes par action provient du nombre de titres moins élevé comptabilisé au premier trimestre 2009.
Hors éléments exceptionnels, la perte par action ressort à 98 cents.

Les analystes anticipaient un déficit par action de 86 cents.

"Je suis déçu avec les résultats du premier trimestre, qui ont été affectés par la faiblesse de l'économie et les défis que nous avons rencontrés avec les fermetures de notre centre de transit de l'aéroport Liberty de Newark dues au temps", a déclaré le directeur général de la compagnie, Jeff Smisek.

La hausse des coûts de carburant a participé à la hausse de 7,4% des charges rapportées au nombre de sièges disponibles sur le trimestre, tandis que le prix moyen du gallon de carburant a bondi d'environ 17%.

Le chiffre d'affaires a pourtant augmenté de 7% à 3,17 milliards USD, grâce notamment à son ralliement à l'alliance Star Alliance.

Un expert vulcanologue justifie la fermeture de l'espace aérien

Un vulcanologue français, conseiller technique auprès des Nations Unies, a justifié la décision des autorités européennes de fermer l'espace aérien par mesure de précaution après l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll.
Henry Gaudru, président de la Société Européenne de Vulcanologie, a estimé que les autorités n'avaient pas le choix. Les scientifiques sont en effet dans l'incapacité de fournir "des données fiables concernant la concentration exacte de cendres dans l'atmosphère et à partir de quand un avion peut voler ou ne pas voler à l'intérieur de tels panaches".
 
L'arrêt du trafic aérien était dès lors "la seule mesure à prendre", a assuré M. Gaudru, conseiller scientifique auprès de l'ONU pour les stratégies de réduction des conséquences des catastrophes.
"Il n'y a pas eu d'études de la part d'ingénieurs aéronautiques ni de météorologues qui aient pu assurer aux autorités civiles de l'aviation et aux gouvernements qu'un avion ne tomberait pas s'il volait à l'intérieur de ce panache".
 
Le vulcanologue français a souligné que l'éruption du volcan islandais était d'assez faible ampleur mais que son impact avait été amplifié par la présence du glacier qui a alimenté le nuage de cendres. Pour lui, le nuage de cendres projeté à haute altitude devrait retomber car l'eau du glacier qui a alimenté le panache, s'est à présent évaporée.
 
Il n'a cependant pas écarté totalement la possibilité de dégagement d'autres panaches si une autre brèche s'ouvrait dans le volcan à un endroit où la lave pourrait de nouveau entrer en contact avec de grandes quantités d'eau.


Lire aussi les article connexes précédents :
- Trafic aérien quasi-normal jeudi, état de la facture de la paralysie du ciel européen salée 21-04-10
- Déblocage du ciel européen toujours limité 20-04-10
- Les vols européens reprennent de manière très chaotique 20-04-10
- La pire paralysie de l'histoire du transport aérien (3)
19-04-10
- La pire paralysie de l'histoire du transport aérien (2)
18-04-10 soirée
- La pire paralysie de l'histoire du transport aérien
18-04-10 matinée

US Airways abandonne les discussions de fusion avec United

US Airways a annoncé avoir mis un terme aux discussions concernant un projet de fusion avec United Airlines (maison-mère : UAL Corp), tout en estimant que les opérations de consolidation avaient du sens dans le secteur de l'aérien.
"Après un examen attentif et une réflexion approfondie, notre conseil d'administration a décidé de mettre un terme à ces discussions", a fait savoir US Airways.

En publiant ce texte, la compagnie aérienne américaine reconnait pour la première fois l'existence de discussions avec United. Ce dernier serait également en négociations avec Continental Airlines en vue d'une fusion.
"Nous restons d'avis que la consolidation a du sens dans un secteur aussi fragmenté que le nôtre", souligne le transporteur.