J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

20/12/2009

Le sourire

Le sourire

On est au parking à Orlando. Les moteurs refroidissent, et la température extérieure fait le contraire. Il est 10:25 ici, en Floride, et les passagers en provenance de Cincinnati sont debout dans le couloir de l'avion. Ils débarquent lentement en tirant leurs sacs derrière eux. Je me tiens à la porte du cockpit, avec ma casquette de pilote de ligne vissée sur la tête (comme si je l'avais gardée pendant ces deux heures de vol). "Thank you, bye-bye." "Thank you, bye-bye." J'arrive à sourire plus d'une centaine de fois.

L'escale dans cet aéroport ne durera qu'une heure et vingt minutes. On décollera sur New York à 11:48 sharp. Pendant notre escale à Orlando, on changera d'avion, et on ira déjeuner à un des nombreux restaurants du terminal. Et bien sûr, on allumera nos mobiles pour reprendre contact avec le monde (nos familles qu'on a laissées derrière, à 3000 km d'ici).

Le pilote de ligne d'aujourd'hui peut rester en contact avec les siens. Il allume son mobile après un atterrissage dans un des aéroports exotiques, et la petite enveloppe apparaît sur l'écran de son portable. Mon épouse m'a laissé un message pendant que j'étais en vol. Il y avait une tempête de neige à Salt Lake, la nuit dernière, et la lourdeur de la neige sur les feuilles a cassé des branches immenses des arbres dans notre jardin. Certaines branches se sont rabattues sur notre toit. La maison a l'air intacte, mais des branches, à moitié cassées, sont sur le point de tomber.

Le commandant de bord, lui, a un message de sa fille. La "deadline" pour l'inscription à l'université est aujourd'hui, et le chèque, qu'il avait promis d'envoyer, n'est toujours pas arrivé. "What are you going to do?" Je lui demande, en ayant l'air intéressé. Il hausse des épaules.

Je peux voir qu'on est tous les deux préoccupés par nos finances. Cette tempête me coutera quelques centaines de dollars pour l'embauche d'un arboriste. Le Captain, qui a quatre enfants, pense aux prix exorbitants des universités américaines, un sujet que j'essaie d'éviter.

Notre compagnie, Delta, vient d'annoncer un déficit de presque 800 millions de dollars pour Q1, le trimestre entre Janvier et Mars (La chaîne de fast-food McDonald's, elle, vient d'annoncer un bénéfice de plus de 900 millions de dollars pour la même période). Comme quoi, vendre des hamburgers...). Notre compagnie va garer de 40 à 50 avions : des DC-9, MD-88, B757-200, B767-300, B767-300ER, et B747-400. 14 B747-200 Cargo vont également être envoyés dans le désert.

Et malheureusement, on n'est pas les seuls.

Onze pourcent du secteur aérien mondial est aujourd'hui garé dans des cimetières d'avions, qui se trouvent dans les déserts de Californie, d'Arizona, et du Nouveau Mexique. Pas moins de 800 jets ont été envoyés par des compagnies américaines depuis la mi-2008, ce qui est une flotte plus importante que celle d'American Airlines. Aujourd'hui, environ 30 avions par mois sont "grounded", dont des A320 et des Boeings 737NG. Les avions de mes anciennes compagnies (Independence Air et MAXjet) se trouvent là-bas.

Alors, pendant cette courte escale dans les tropiques, à quelques kilomètres de Disney World, j'essaie de résoudre mes problèmes d'un coup de téléphone, entre deux bouchées de Big Mac. La neige fond, selon Gina, et les branches ont l'air de tenir le coup. Trois arboristes vont nous donner trois estimées dans les prochains jours. On choisira le moins cher, et les deux autres essayeront de trouver du boulot ailleurs. Sorry, that's the American Way.

Quant à mon poste, il ne va sûrement pas durer. Le pire c'est que je serai licencié dans une conjoncture catastrophique, sans embauche, sans débouchés, et sans dédommagement.

Je pourrais aller travailler au McDo, qui paie ses employés $6.55 de l'heure, lorsque le restaurant fait un profit de presqu'un milliard de dollars.

Et derrière le comptoir, avec une casquette rouge vissée sur la tête, je continuerai à garder le sourire.

"Thank you, bye-bye."


(Date originale du message : 23 avril 2009)

> Plus de publicité aéro

Publié dans PiloteUS - Danny - pilote.us | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.