J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

02/11/2009

Ryanair pourrait rompre avec sa croissance rapide

Ryanair pourrait rompre avec sa croissance rapide

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a annoncé qu'elle pourrait rompre avec la stratégie de croissance rapide qui lui a permis de résister à la crise profonde du secteur, en soulignant que la hausse de 80% de son bénéfice semestriel résultait de la baisse du prix du kérosène et masquait la baisse de ses prix. Elle a ajouté continuer de gagner des parts de marché aux dépens de grandes compagnies aériennes comme Air France KLM, British Airways et Deutsche Lufthansa.

Sur les six premiers mois de son exercice fiscal (avril-septembre), son bénéfice net hors éléments exceptionnels a atteint 387 millions d'euros, soit dix millions de plus que le consensus établi par le courtier de la société.

L'irlandaise explique toutefois dans un communiqué que la hausse de son bénéfice semestriel est due en partie à la chute de 42% des dépenses de carburant. Celle-ci a masqué une baisse de 17% de ses prix, qui devrait s'accélérer au second semestre.

Ryanair anticipe une baisse de ses prix susceptible d'atteindre 20% au cours des deux derniers trimestres de son exercice fiscal 2009-2010 au point que chacun d'eux devrait se solder par une perte. Le groupe confirme néanmoins sa prévision d'un bénéfice annuel net dans le bas d'une fourchette de 200 à 300 millions d'euros.
"Les prévisions du marché ont été considérablement plus élevées que cela," a indiqué un Trader en poste à Dublin.

 

Pression sur Boeing

Ryanair, première low cost d'Europe, explique dans un communiqué que ses discussions avec Boeing sur une possible commande de 200 avions livrables entre 2013 et 2016 n'ont pas beaucoup progressé et ajoute qu'elle pourrait rompre ses relations historiques avec le constructeur américain.
"Nous ne voyons pas l'intérêt de poursuivre une croissance rapide dans un contexte de déclin du chiffre d'affaires par passager alors que notre principal constructeur aéronautique partenaire n'est pas disposé à jouer son rôle dans notre programme de réduction des coûts", dit Michael O'Leary, CEO.

"Si nous ne pouvons pas investir notre excédent de trésorerie de façon efficace dans de nouveaux appareils, alors nous devrions le distribuer aux actionnaires," a ajouté Michael O'Leary. Son groupe a accumulé jusqu'à présent 2,5 milliards d'euros de trésorerie sans verser le moindre dividende.
Son directeur général adjoint, Michael Cawley, a précisé par la suite que la compagnie envisageait d'annuler ou de reporter 15 des 48 livraisons d'avions prévues l'an prochain.

Michael O'Leary est connu pour ses talents d'âpre négociateur. Il avait notamment signé une commande de 100 avions à Boeing, assortie de 50 options, à des prix particulièrement bas peu après les attentats du 11 septembre 2001.

Des traders ont d'ailleurs expliqué que les déclarations du directeur général de Ryanair pourraient relever de la simple tactique commerciale dans ses discussions avec Boeing.
"Je continue de croire qu'ils ont envie d'acheter de nouveaux avions, même s'il n'est pas clair actuellement s'il s'agira de Boeing ou d'Airbus," a déclaré un intervenant. "Je n'interprète pas encore ce qui se passe comme un changement majeur de stratégie."

Michael O'Leary, qui a dit que son groupe pourrait cesser d'accroître sa flotte au-delà de 2012 si ses discussions avec Boeing n'aboutissent pas, a déjà laissé entendre pendant des mois qu'il pourrait changer de fournisseur au profit d'Airbus.

Lundi, il a d'ailleurs jugé "inévitable" que la flotte de la compagnie soit, à l'avenir, composée de Boeing et d'Airbuségalement...


Lire aussi : - Ryanair discute intensément avec Boeing, moins avec Airbus 26-09-09
                 - Ryanair pourrait commander 200 appareils à Boeing et Airbus 19-02-09
                 - Ryanair espère bien profiter de la crise 10-02-09
                 - Ryanair souhaite profiter de la crise pour acheter 400 appareils 05-02-09
                 - Ryanair : un business model offensif, mais à équilibre fragile... 15-02-08

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.