J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

16/10/2009

FedEx voit des signes de stabilisation en Europe

FedEx voit des signes de stabilisation en Europe

FedEx a enregistré des signes de stabilisation dans ses volumes en Europe et des signes positifs en Asie et en Chine.

L'activité du spécialiste du transport de biens commerciaux, concurrent de l'américain UPS , du néerlandais TNT ou de l'allemand DHL, filiale de la Deutsche Post , fait l'objet d'une attention soutenue de la part des investisseurs qui considèrent que ses chiffres constituent des indicateurs avancés de l'économie.

"Nous commençons à voir des signaux plutôt intéressants qui donnent lieu à un niveau positif de confiance chez les consommateurs et les entreprises", a indiqué Robert Elliott, président Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique de FedEx, au cours d'une interview en marge d'une cérémonie organisée pour le dixième anniversaire du principal hub (plate-forme de correspondances) européen de la société en Europe.
"Il y a une stabilisation des volumes en Europe, une amélioration aussi en Chine et en Asie, là où se trouvent les grands producteurs manufacturiers", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la matérialisation d'un éventuel redémarrage de l'économie, le dirigeant a répondu que "la vraie question, c'est la vitesse de la reprise mais nous avons investi et nous sommes bien placés (pour en bénéficier) lorsqu'elle interviendra."

Le hub de Roissy a fait l'objet d'une extension (FedEx y a consacré 158 millions de dollars) en vue de devenir le plus grand centre de tri du groupe en dehors des Etats-Unis. Un nouveau centre sera ouvert à Cologne en 2010.

Lors de la présentation des résultats du premier trimestre de son exercice 2009-2010 le 17 septembre, FedEx a annoncé que des hausses tarifaires interviendraient à partir du 4 janvier 2010. Elles devraient porter sur près de 6% aux Etats-Unis, mais Robert Elliott n'a pas souhaité donner de précisions sur les progressions attendues en Europe.

Il a néanmoins souligné que l'entreprise confirmait ses objectifs financiers du deuxième trimestre, lesquels fixent le bénéfice par action entre 0,65 et 0,95 dollar, et n'a pas exclu que FedEx se développe au moyen d'acquisitions à l'avenir, tout en soulignant que la priorité allait aux demandes de ses clients.

"Les choses pourraient être plus intéressantes qu'elles ne l'étaient mais nous devons suivre les demandes de nos clients. Que nous le fassions organiquement ou via des fusions-acquisitions, je ne peux pas répondre mais nous participerons, de manière compétitive, où et quand nos clients nous le demanderont", a-t-il expliqué.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.