J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

04/09/2009

Vers la fin des boîtes noires ?

Vers la fin des boîtes noires

Le PDG d'Airbus,Thomas Enders, souhaite qu'à l'avenir les données vitales des vols soient transmises par satellites et non plus stockées dans les boîtes noires parfois introuvables.
 
"Nous examinons donc les possibilités d'améliorer le système actuel par une autre méthode de recueil des données", a-t-il déclaré.
 
"Les données les plus importantes des vols pourraient par exemple être transmises en temps réel par satellites comme c'est déjà le cas pour les informations liées à la maintenance de l'avion", a-t-il ajouté.
Selon lui, "c'est un sujet sur lequel nous travaillons avec nos partenaires et nos fournisseurs".
 
Evoquant le crash de l'Airbus l'A330-200 du vol Air France le 1er juin Rio-Paris au milieu de l'Atlantique, Thomas Enders a indiqué que "les boîtes noires n'ayant toujours pas été retrouvées, il était difficile de connaître les raisons de cette tragédie".
 
"Pour améliorer encore à l'avenir la sécurité du transport aérien, nous devons être sûrs en cas d'accident de pouvoir récupérer toutes les données du vol. Or, on voit bien, dans le cas du vol AF 447, la difficulté à retrouver des boîtes noires gisant au fond de l'océan", a-t-il estimé.

Paramètres simples
"Il ne s'agit pas de supprimer complètement du jour au lendemain les boîtes noires, la technologie n'est pas suffisamment développée", a précisé un porte-parole d'Airbus. "En revanche, on peut envisager de transmettre par satellite des paramètres relativement simples comme la vitesse, le cap, l'itinéraire, la position de l'appareil", a-t-il précisé.
 
"Et si on transmet ces données très régulièrement, on peut reconstituer en temps réel la trajectoire d'un avion, par conséquent savoir où il est tombé", a ajouté le porte-parole. Deux questions restent cependant à régler: les satellites ne couvrent pas la totalité du globe terrestre - les zones polaires en sont notamment exclues - et les données envoyées par l'appareil doivent être sécurisées.
 
Airbus n'était pas en mesure de chiffrer vendredi le coût d'un nouveau système de ce type. Des sources proches de l'entreprise affirment toutefois qu'il ne serait pas prohibitif par rapport au prix d'un avion qui oscille entre 56 et 337 millions de dollars.
 
Craintes

Les avions déjà en service pourraient en être équipés, ce genre de technologies pouvant facilement être développées en kit. Une transmission totale par satellite de toutes les données du vol - qui n'est pour l'instant pas d'actualité chez Airbus - suscite en revanche des craintes chez les pilotes.
 
"Il n'est pas question que les pilotes acceptent un tel système tant qu'on ne leur fournira pas des garanties sur la protection des enregistrements", estime Patrick Magisson, du syndicat des pilotes de lignes (SNPL).
 
Outre l'utilisation des satellites, Airbus veut améliorer le système pour que les boîtes noires soient plus facilement repérables. Ce que prônent également nombre d'acteurs du transport aérien. "On pourrait avoir des boîtes noires équipées de flotteurs qui s'éjecteraient automatiquement en cas d'accident", suggère M. Magisson.
 
Depuis l'accident de l'AF447 le 1er juin qui a fait 228 morts, l'Etat français a déboursé 10 millions d'euros pour retrouver les enregistreurs de vol - déterminants pour expliquer la cause de la tragédie -, souligne le Bureau d'Enquêtes Analyses (BEA), chargé de l'enquête technique.
 
De nouvelles recherches, dont le coût est évalué à plus de 10 millions d'euros et peut-être plusieurs dizaines de millions d'euros, d'après le BEA, devraient reprendre à l'automne. Airbus compte y participer financièrement.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.