J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

30/08/2009

La reprise a commencé dans le trafic aérien, signale l'IATA

Le volume mondial de fret transporté par les compagnies aériennes a diminué de 11,3% en juillet et le nombre de passagers de 2,9% par rapport à l'année précédente, a annoncé l'IATA, qui voit toutefois des signes de reprise du secteur. Ce déclin en rythme annuel est moins marqué qu'en juin, où le transport de fret avait reculé de 16,5% et le nombre de passagers de 7,2% souligne l'Association internationale du transport aérien dans son dernier rapport mensuel.
Si l'on prend le mois de juin comme comparaison, le transport de fret et de passagers en juillet est même en hausse de 3%, précise l'IATA.

Depuis le début de l'année, les volumes de fret ont baissé de 19,3% et le nombre de passagers transportés de 6,8%, ajoute l'IATA, dont les données excluent les vols intérieurs.

"Ces données peuvent être assez volatiles, mais elles confirment de précédents signes selon lesquels la reprise de la demande a commencé pour le transport aérien, même s'il y a de bonnes raisons de penser que le chemin de la reprise sera fluctuant et plus faible qu'après les dernières récessions", écrit l'organisme.

Le transport de fret aérien est un bon indicateur économique dans la mesure où ce secteur est connu pour subir en premier les effets d'une crise économique mais également pour bénéficier de la reprise avant les autres secteurs.
En temps normal, les entreprises privilégient le transport aérien, préfèrant gagner du temps plutôt que de faire des économies directes au détriment du temps de transport. A l'inverse, en temps de récession, le transport aérien est délaissé au profit des voies maritimes, explique l'IATA.

L'IATA observe des disparités selon les différentes régions du monde. Le transport de passagers dans la région Asie-Pacifique augmente légèrement mais reste fragile, tandis que le transport de fret observe un fort rebond, traduisant la reprise de plusieurs économies asiatiques.
Les compagnies aériennes européennes et d'Amérique du Nord n'observent pas la même progression dans le secteur du fret mais transportent en revanche davantage de passagers, conséquence probable d'une politique de baisse des prix des billets.

Les capacités pour le trafic passagers ont été plus en harmonie avec la demande en juillet, le coefficient d'occupation étant de 80,3% en moyenne mais il y a toujours des excédents de capacités dans le fret.
"La pression à la baisse sur les tarifs du fret et sur les chiffres d'affaires augmente toujours", ajoute l'organisme basé à Genève et qui représente 230 compagnies aériennes.

L'IATA dit enfin que les compagnies perdront neuf milliards USD (6,3 milliards d'euros) en 2009, après avoir essuyé des pertes de 8,5 milliards USD en 2008, alors que les prix du pétrole grèvaient les bénéfices et que la crise économique réduisait considérablement la demande de voyages d'affaires et de tourisme.

L'organisme estimait en 2008 que 3500 milliards USD de biens avaient été transportées par avion en 2006, ce qui représentait 35% du commerce international.

29/08/2009

Lourdes pertes pour Aer Lingus, Ryanair accuse la direction

Lourdes pertes pour Aer Lingus, Ryanair accuse la direction

Ryanair a réaffirmé que son concurrent irlandais Aer Lingus avait fourni des prévisions financières erronées mais n'a fait mention d'aucune nouvelle offre d'achat pour cette compagnie qui a essuyé de lourdes pertes au premier semestre.

Ryanair, premier actionnaire d'Aer Lingus, qui accuse cette dernière d'avoir émis des prévisions trompeuses pour contre son OPA hostile, a officiellement porté plainte cette année auprès des autorités de régulation financière britannique et irlandaise. Ces dernières n'ont pour l'heure pris aucune mesure particulière, a signalé Ryanair.

Les pertes d'Aer Lingus ont plus que triplé au premier semestre et la compagnie aérienne irlandaise a prévenu que son avenir restait sombre en raison de perspectives incertaines et d'une confiance des consommateurs en berne.
Aer Lingus a repoussé cette année une deuxième OPA hostile menée par Ryanair, première compagnie low-cost européenne. Son nouveau directeur général Christoph Mueller doit prendre ses fonctions la semaine prochaine.

"Ryanair estime que les actionnaires d'Aer Lingus sont en droit de savoir pourquoi le conseil d'administration a rejeté une offre de Ryanair à 1,40 euro par action il y a huit mois, en s'appuyant sur des propos manifestement faux de croissance et de bénéfice", a déclaré Michael O'Leary, directeur général de Ryanair.
Le président d'Aer Lingus a répondu que ces perspectives de bénéfices pour 2009 ont été présentées comme une "prévision" et non comme une "promesse" et a rappelé que d'autres objectifs ont été atteints.

Menacée par ces lourdes pertes, Aer Lingus a tout de même tempéré son opposition à l'offre de Ryanair. Le directeur financier, Sean Coyle, prié sur la radio irlandaise de dire ce qui se produirait si Mueller décidait une alliance avec Ryanair, a répondu : "Si c'est ce qu'il décide et ce que veulent les actionnaires, alors je crains que ce soit la direction que nous prendrons."

Soulignant qu'une fusion n'était toutefois pas la seule option, Coyle a ajouté s'attendre à ce que Ryanair, qui détient déjà 29% d'Aer Lingus, soumette une nouvelle offre, et a admis n'avoir "aucune idée" de la réponse qu'y apporterait sa compagnie.
Un porte-parole de Ryanair n'a pas souhaité faire de commentaires dans l'immédiat.

Les pertes d'Aer Lingus après impôt au premier semestre 2009 ont augmenté de 242%, à 73,9 millions d'euros, en raison notamment d'un chiffre d'affaires en baisse de 12,2%, à 555 millions d'euros. En outre, Aer Lingus consomme rapidement sa trésorerie et peine à lever des fonds pour acheter de nouveaux appareils, ce qui compromet son indépendance.
"Aucune banque n'est disposée à prêter de l'argent à une compagnie aérienne qui brûle 400 millions d'euros de trésorerie en douze mois, comme nous l'avons fait", a déclaré Coyle.

En décembre dernier, Ryanair avait proposé 750 millions d'euros pour le rachat de sa concurrente, et 1,5 milliard d'euros lors de sa première approche en 2006.


Lire aussi : - Ryanair saisit la CEJ pour pouvoir fusionner avec Aer Lingus 11-09-07
                 - Aer Lingus prépare son expansion 20-03-07

20/08/2009

Les astuces des compagnies aériennes contre la crise

Les astuces des compagnies aériennes contre la crise

Confrontées à la chute du trafic aérien, de nombreuses compagnies ont déjà trouvé le moyen de réaliser des économies ou de faire payer des services supplémentaires à leurs passagers. Faire payer les repas, les places près du hublot ou encore... les paiements par carte de crédits... Mais certaines mesures sont plutôt mal prises par les passagers.

Faire payer les repas ou les places près du hublot : les compagnies aériennes rivalisent d'astuces pour réaliser des économies ou s'assurer de nouvelles recettes en temps de crise, au risque de mécontenter leurs passagers.

British Airways a annoncé cette semaine envisager de rendre payants une partie des services actuellement gratuits, comme les repas offerts à bord de ses avions.

Air France, comme certaines de ses concurrentes, demande 50 euros aux passagers de classe économique pour réserver un siège aux issues de secours, là où il est possible d'allonger ses jambes. Il en coûte 15 dollars pour s'assurer une place près d'un hublot sur un vol international de Northwest Airlines.

L'enregistrement par le passager
Certaines contraignent les passagers à s'enregistrer eux-mêmes, économisant au passage sur des emplois de personnel au sol. Depuis fin juillet, les passagers de classe économique de Swiss ont pour seul interlocuteur des bornes d'enregistrement à l'aéroport de Zurich.

Les compagnies souffrent actuellement de la désaffection des classes affaires et de la chute du fret, qui assuraient autrefois la rentabilité de leurs vols long-courrier. Du coup, elles adoptent «une stratégie copiée sur les low cost», qui consiste à faire payer divers services pour s'assurer de nouvelles recettes.

Les compagnies à bas prix ont été pionnières dans l'art de faire payer des extras aux passagers. L'irlandaise Ryanair facture ainsi le paiement par carte de crédit, l'enregistrement des passagers et de chaque bagage... Il en coûte 20 euros de «frais relatifs aux nourrissons» pour transporter un bébé. Habituée des coups d'éclats médiatiques, Ryanair dit envisager désormais de faire payer les toilettes ou de transporter ses passagers debout.

La marche-arrière d'US Airways
Mais les compagnies traditionnelles qui suivent cette voie doivent parfois faire machine arrière. US Airways, après avoir fait payer les boissons sans alcool, les a de nouveau rendues gratuites en mars.

«Avoir été la seule grande compagnie à facturer ses boissons nous a placés en situation défavorable», a reconnu son PDG, Doug Parker. Mais les oreillers et les couvertures restent payants...

Les transporteurs y vont à tâtons pour essayer de réduire leurs coûts sans trop mécontenter leurs passagers. Mais le client accepterait-il de payer le même prix à prestation inférieure ?

Les associations de consommateurs dénoncent, elles, une situation où des dépenses supplémentaires s'ajoutent au prix du billet : «ça se retournera demain contre les professionnels, car le consommateur aime évoluer en confiance, et aujourd'hui il a le sentiment de se faire avoir», prédit Thierry Saniez, délégué général de l'association CLCV (Consommation, logement et cadre de vie).

D'autres économies sont cependant invisibles aux yeux du passager. Air France économise 36 000 tonnes de carburant par an après avoir allégé les équipements à bord de ses avions. Le gobelet en plastique de classe économique est désormais plus léger de 3 grammes, pour une économie de 65 tonnes de kérosène chaque année.

Les compagnies essaient aussi des modes de navigation plus économes (lire aussi "L'Éco-atterrissage" 23-12-06). La scandinave SAS teste ainsi une nouvelle procédure d'approche assistée par satellite, qui doit permettre de réduire la consommation de carburant.

19/08/2009

Les petites compagnies aériennes d'Europe réclament des crédits

Les petites compagnies aériennes européennes réclament l'accès aux fonds de la Banque européenne d'investissement (BEI) pour faire face à la crise dans les mois prochains, a rapporté mercredi le président de l'Association des compagnies régionales aériennes européennes (ERA).

L'organisme, qui représente 65 compagnies locales, a envoyé une note à la Commission Européenne pour demander l'accès aux prêts de la BEI.

L'année dernière, des prêts ont été accordés à hauteur de 31 milliards d'euros à d'autres secteurs en difficultés comme l'industrie automobile, pour faciliter leur accès au crédit en pleine crise financière, rappelle Mike Ambrose, le directeur général de l'association.

Mike Ambrose a expliqué lors d'un entretien au siège de l'association, à Woking, une petite ville au sud de Londres, que le manque de liquidités pourrait mettre en péril plusiseurs petites compagnies européennes.

"Les transporteurs aériens européens sont en difficulté, or ils ont déjà pris des mesures d'économies. Ils ne peuvent plus réduire les coûts, donc il va être désormais extrêmement difficile pour eux de survivre" a-t-il ajouté. Car, selon lui,"cette crise est bien plus grave que l'après 11 septembre, mais la Commission Européenne réagit très lentement".

Poutine met en garde les dirigeants de l'aéronautique russe au salon de Maks

MAKS 2009 - Poutine met en garde les dirigeants de l'aéronautique russe

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a inauguré mardi le premier salon aéronautique de Russie en avertissant les dirigeants des entreprises du secteur que son gouvernement n'épongerait pas leurs pertes et n'assumerait pas les conséquences éventuelles de leur gestion.

"Je tiens à vous prévenir qu'il ne faut pas songer à ce que l'Etat couvre des pertes ou corrige des erreurs de gestion" a déclaré Poutine devant un parterre de dirigeants du secteur au salon aéronautique Maks, près de Moscou.
"Le secteur doit s'adapter au marché" a-t-il ajouté.

La Russie cherche à promouvoir le salon Maks, qui attire des centaines de milliers de visiteurs, pour en faire un salon international incontournable, où seraient signés des contrats décisifs du secteur.

Poutine a annoncé mardi la signature avec le constructeur Soukhoï d'un contrat de 80 milliards de roubles (1,77 milliard d'euros), un record pour le secteur russe de la défense, portant sur l'achat de 64 avions de combat qui devraient être livrés à l'armée d'ici 2015.

17/08/2009

Erreur humaine et problème technique à l'origine du crash du MD-82 de Spanair

Erreur humaine et problème technique à l'origine du crash du MD-80 de Spanair

Une erreur de pilotage combinée à une défaillance technique serait la cause du crash de l'avion de ligne de la compagnie espagnole Spanair qui fit 154 morts près de Madrid en août 2008, selon un rapport préliminaire rendu public aujourd'hui.

Dans son rapport, la commission accidents de l'aviation civile espagnole explique que les volets hypersustentateurs et les ailerons n'étaient pas déployés au moment de la préparation au décollage. Or, cette anomalie, non signalée par les systèmes d'alerte automatique de l'appareil, n'a pas été décelée par le pilote lors des vérifications de routine qu'il doit effectuer avant le départ.

Le rapport précise que pour une raison encore non déterminée, les procédures de vérification "n'ont pas été suivies d'une manière stricte" par le pilote.

L'appareil, qui assurait la liaison entre Madrid et les Canaries, avait plongé dans un ravin au bout de la piste d'envol avant de prendre feu.Dix-huit personnes avaient survécu à ce qui constitue la plus grave catastrophe aérienne en Espagne depuis 25 ans.

Dans son rapport, la commission fait une série de sept recommandations destinées à améliorer la sécurité, recommandations qui seront adressées à l'agence européenne de la sécurité aérienne, à l'organisation internationale de l'aviation civile ainsi qu'à l'aviation civile américaine (FAA).

Lire aussi : - Spanair : le juge d'instruction poursuit les techniciens 16-10-08
                 - Rapport préliminaire de l'accident du MD-82 de Spanair 10-10-08
                 -
Crash de Madrid : les enquêteurs pensent à un problème de moteur 25-08-08
                 - Spanair assure avoir respecté toutes les règles 21-08-08

16/08/2009

Londres va accorder 400 millions d'aides à Airbus

Londres va accorder 400 millions d'aides à Airbus

Le Royaume-Uni a accepté d'accorder jusqu'à 340 millions de livres (soit près de 400 millions d'euros) d'aides remboursables à l'avionneur Airbus pour le développement de son futur long-courrier A350 XWB, a annoncé le ministre du Commerce Peter Mandelson.

"Ce soutien permettra de créer et de maintenir plus de 1200 emplois au sein d'Airbus sur les sites de Filton et de Broughton ainsi que plus de 5000 autres au sein de sous-traitants dans l'ensemble du Royaume-Uni", a expliqué le ministre du Commerce.

De leur côté, la France et l'Allemagne envisagent d'apporter au total 2,5 milliards d'euros d'avances remboursables à Airbus pour le lancement de cet avion (dont 1,4 milliard pour la France et 1,1 milliard pour l'Allemagne), mais les négociations à ce sujet n'ont pas encore abouti.

L'Espagne, également sollicitée, pourrait également contribuer au financement du programme. Airbus avait posé en janvier la première pierre de la ligne d'assemblage de de l'A350 XWB ("extra-wide body"), un avion largement construit en matériaux composites qui doit être livré à partir de la mi-2013. Son coût de développement est d'environ 10 milliards d'euros.


> Quelques infos supplémentaires sur l'A350XWB

09/08/2009

Un voyage confortable en avion ? C'est possible !

Un voyage confortable en avion c'est possible

Vous partez bientôt en vacances et vous craignez déjà les longues heures de vol qui vous attendent ? Pas de panique ! Vous pouvez limiter les "dégâts" avec quelques astuces :

1. Réservez votre place.
Pour éviter de vous retrouver au milieu d'une rangée ou simplement avoir un siège avec de la place pour vos jambes, il faut vous réserver une place de choix. Pour cela, c'est simple : appelez votre compagnie aérienne ou faites-le en ligne. Optez pour le hublot si vous voulez dormir plus facilement, demandez une place face aux issues de secours si vous avez de grandes jambes...

2. Préparer des passe-temps.
Qu'on voyage avec ou sans enfant, mieux vaut amener de quoi se changer les idées. Certes, certains vols proposent des écrans personnalisés avec une foule de films et séries à votre disposition, mais en général vous aurez droit à un ou deux films sur un écran à plusieurs mètres de vous et pas toujours du meilleur goût. Emportez des magazines, un bon bouquin, des jeux miniatures (avec aimant) afin de vous occuper durant le vol...

3. Évitez de regarder l'heure
toutes les cinq minutes. Cela ne fera qu'allonger votre peine, et de toute façon ce n'est pas en vous énervant inutilement que votre avion arrivera à destination plus vite. Occupez-vous et patientez.

4. Amenez vos propres écouteurs.
Ceux de l'avion étant souvent de qualité médiocre, vous aurez ainsi un meilleur son, ce qui vous permettra d'oublier le bruit des moteurs ou les passagers bruyants.

5. Réduisez votre bagage à mains.

D'accord, parfois on n'a pas d'autres solutions, mais évitez autant que possible d'avoir à transporter des bagages volumineux ou lourds en cabine. Vous pourrez ainsi vous promenez librement dans l'aéroport (ce qui peut être salvateur en cas de correspondance).

6. Emportez votre brosse à dents
et un mini tube de dentifrice. De même que quelques lingettes pour vous rafraîchir. En vous sentant propre, vous vous sentirez aussi plus en forme et plus à l'aise.

7. Amenez de quoi grignoter.
Si certaines compagnies se décarcassent pour offrir des mets de qualité à leurs clients, d'autres proposent des plats infectes (et pas besoin d'être difficile pour ne pas aimer). N'hésitez pas à consulter les menus de vos vols sur le site de votre compagnie, certaines permettent même de commander à l'avance certains plats particuliers (végétariens, etc.).

8. Bougez.
Sur les vols long courrier, il est important d'effectuer quelques exercices régulièrement. Forcez-vous à vous rendre jusqu'aux toilettes une fois par heure et remuez les jambes. Grimpez sur la pointe de vos pieds en attendant votre tour, faites tourner vos chevilles et vos poignets, marchez dans l'allée... Ces petits gestes dynamiseront votre circulation sanguine et limiteront les risques de santé liés à ce type de vol longue durée.

9. Buvez de l'eau.
L'air conditionné assèche votre organisme, ce qui ne rendra votre voyage que plus pénible. Pensez donc à boire régulièrement (demandez au personnel de cabine, ils sont là pour prendre soin de vous). Évitez l'alcool.

10. Hydratez vos yeux et vos lèvres.

Emportez des gouttes hydratantes pour vos yeux afin de les humidifier régulièrement. De même, pensez à prendre du baume à lèvres car celles-ci se dessèchent particulièrement vite.

11. Evitez les places à l'arrière et celles près des toilettes.

A l'arrière, les mouvements de l'avion se ressentent plus et le bruit des moteurs est plus présent. Les places près des toilettes seront quant à elles inévitablement imprégnées de l'odeur de celles-ci... Logique (en plus du bruit et des allées-venues).

12. Reposez-vous.

Ne sortez pas jusqu'au bout de la nuit avant un voyage en avion. Votre organisme devra faire face à divers changements: pression, stress du voyage, mais aussi décalage horaire. Mieux vaut donc prendre un peu de repos avant votre départ.

Voilà, en mettant en pratique ces quelques conseils votre voyage vous paraîtra déjà moins éprouvant. Bien entendu, ça ne va pas raccourcir votre vol ou vous faire sentir comme une fleur à votre arrivée, mais ça limitera déjà les inconvénients. Bon voyage et bonnes vacances !

Publié dans Général | Lien permanent

07/08/2009

Boeing promet un calendrier pour le 787 d'ici quelques semaines

Boeing est à "quelques semaines" de publier un nouveau calendrier pour le vol d'essai et la livraison de son projet-vedette, le 787 Dreamliner, a annoncé aujourd'hui l'ingénieur responsable du programme.

En juin, Boeing avait signalé un nouveau retard pour le premier vol de cet appareil révolutionnaire en matériaux composites sans donner de nouvelle date.
Les compagnies aériennes, qui ont déjà passé plus de 850 commandes auprès de Boeing pour le 787, sont impatientes de connaître le nouveau calendrier.

"Nous devrions être en mesure de communiquer ces informations d'ici quelques semaines", a indiqué Chris Musoke lors d'une réunion à Atlanta.
Le Dreamliner, qui a déjà deux ans de retard, devait voler au deuxième trimestre 2009. Mais le calendrier a été une nouvelle fois repoussé, le temps pour Boeing de régler un problème structurel.

Le 787 Dreamliner subira des tests rigoureux pour être sûr que le problème a été résolu avant la publication du nouveau calendrier, a déclaré Chris Musoke.

"A l'évidence, nous avons déçu nos clients", a-t-il souligné. "Nous devrons nous conformer à notre projet une fois qu'il sera mis sur la table et nous y tenir". L'activité de Boeing, tout comme celle de son concurrent Airbus , est frappée de plein fouet par la crise actuelle.


Lire aussi : - Le calendrier du Boeing 787 bientôt révisé 02-10-08
                 - Le premier vol du Boeing 787 pourrait être repoussé à octobre 10-08-07 
                 - Le premier Boeing 787 a été mis sous tension 26-06-08
                 - La certification du Boeing 787 est reportée de six mois supplémentaires 10-04-08
                 - Sortie officielle du 787 Dreamliner, nouvel avion à succès de Boeing 09-07-07
                 - Dossier Boeing 787 Dreamliner 25-06-07

L'aéroport de Charleroi Brussels South bat son record mensuel de passagers en juillet

charleroibrusselssouth

L'aéroport de Charleroi (Brussel South Charleroi Airport, Belgique) a accueilli durant le mois de juillet un total de 402 537 passagers, en hausse de 43% par rapport au mois de juillet 2008, franchissant ainsi pour la première fois la barre des 400 000 passagers en un mois, a-t-il annoncé mercredi.

En 2000, l'aéroport carolorégien n'avait accueilli que 300 000 passagers par an, souligne dans un communiqué David Gering, directeur commercial de BSCA.