J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

08/04/2009

Nouveau plongeon de l'activité passagers en mars

Nouveau plongeon de l'activité passager en mars

Les derniers chiffres publiés par les compagnies aériennes illustrent les difficultés grandissantes d'un secteur particulièrement sensible à la dégradation de la conjoncture économique mondiale. En l'absence de statistiques officielles, le plongeon du trafic passager et du fret peut être considéré comme un indicateur avancé de l'activité économique de mars, alors même que les dirigeants des pays membres du G20 viennent de prendre des mesures pour relancer les échanges internationaux.
Le G20 a adopté la semaine dernière un plan de soutien de 1100 milliards de dollars destiné à doper l'économie, dont 250 milliards seront consacrés au dégel du commerce international, qui transite pour moitié par les airs.

En mars, le trafic passager d'Air France KLM a reculé de 9,4% en rythme annualisé et son activité cargo a continué de se détériorer (voir article).

La morosité ambiante dans le transport aérien montre que l'activité du commerce international est très faible en ce moment. Nous attendons de très mauvais chiffres pour les importations et les exportations françaises", commente Alexander Law, économiste de Xerfi.

SAS a fait état d'une chute de 16,7% de son trafic passager en mars et son concurrent finlandais Finnair a annoncé qu'il allait réduire le prix de ses billets afin de tenter de remplir ses appareils. En mars, il a transporté 17,5% de passagers de moins en rythme annuel.

La semaine dernière, British Airways a lancé un avertissement sur ses résultats, indiquant que son trafic avait chuté de 7% en mars. Son action se repliait quant à elle de 2,20%.

Quant à l'allemand Air Berlin, qui propose à la fois des vols charters et des liaisons court courrier d'affaires, il a fait état d'une chute de 5,6% de son trafic en mars, ce qui se traduit par une baisse de son titre de 7,16%.

L'américain Delta Airlines, premier transporteur aérien mondial depuis qu'il a absorbé Northwest, a annoncé de son côté que son trafic a reculé de 13% et le fret de 35,5%.

Cette chute d'activité du transport aérien laisse augurer de nouvelles déconvenues pour des pans entiers de l'économie, en particulier le tourisme.

La France, où cette activité compte pour 6% de l'économie, risque d'en pâtir en premier lieu. Environ 80 millions de touriste ont choisi cette destination l'an dernier, ce qui représentait déjà une baisse de 3% par rapport à 2007.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.