J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

04/03/2009

Il survit à deux crashes en une semaine

Un habitant de Dordrecht, aux Pays-Bas, se souviendra sans doute longtemps de la semaine écoulée, placée pour lui sous le signe de fortes turbulences dans les airs et surtout au sol.

Rob De Knecht a en effet successivement échappé à un accident d'avion à l'aéroport d'Istanbul la semaine dernière et au crash de l'appareil de la Turkish Airines, mercredi, près de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol. Il s'en tire avec quatre côtes cassées qui le gênent lorsqu'il marche, mais remercie néanmoins tous les saints du ciel d'être encore de ce bas monde.

Les premières frayeurs de la huitaine remontent au 19 février lorsque l'avion qui devait l'emmener en Irak a glissé sur la piste et heurté de plein fouet un poteau d'éclairage, lors d'une escale, à Istanbul. Mercredi, Rob De Knecht allait vivre des sensations bien plus fortes lorsque le Boeing 730-800 de la Turkish Airlines reliant Istanbul à la capitale néerlandaise s'est écrasé au sol, à trois kilomètres de sa destination.

Rob se souvient encore d'avoir entendu le commandant de bord avertir le personnel de cabine de l'imminence de l'atterrissage: "Cabin crew: prepare for landing". Quelques secondes après le message, Rob, comme les autres survivants, se retrouvait plongé dans le silence glacial d'un avion disloqué sur le sol et laissant pénétrer la lumière du jour par ses flancs éventrés. Tout s'est passé en un éclair.

En sortant de la carcasse du Boeing qui vient d'ôter la vie à neuf personnes, Rob prend deux photos de l'avion. "Sinon, ils ne me croiront jamais", se dit-il. A l'hôpital, les médecins diagnostiquent quatre côtés cassées. Lorsqu'ils lui ont demandé si elles l'étaient déjà avant l'accident, le Néerlandais s'est empressé de répondre par l'affirmative. "J'ai dit oui, de peur que l'on me garde à l'hôpital"...

> Plus de publicité aéro

Publié dans Insolite | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.