J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

17/02/2009

L'industrie aéronautique marocaine poursuit sa croissance

L'industrie aéronautique marocaine poursuit sa croissance

Zodiac Aerospace Maroc investit 135 millions de dirhams (plus de 12 millions d'euros) dans un nouveau projet aéronautique à Aïn Johra, confirmant ainsi l'avance du Maroc pour attirer les investisseurs et promouvoir le secteur aéronautique.

Malgré les craintes d'un ralentissement mondial de l'économie, l'industrie aéronautique marocaine, en pleine évolution, continue d'attirer les investissements étrangers. C'est ainsi que les ministres des Nouvelles Technologies et des Finances ont signé lundi 26 janvier à Rabat un accord avec Zodiac Aerospace Maroc visant le lancement de la recherche et de la production de matériel pour l'aéronautique dans le parc industriel Aïn Johra, pour un investissement d'environ 135 millions de dirhams.

Le ministre du Commerce, de l'Industrie et des Nouvelles Technologies, Ahmed Reda Chami, a déclaré que ce dernier accord en date vient confirmer la volonté du Maroc d'être une plate-forme d'investissements sur le marché aéronautique. Il a ajouté que cet accord permettra de créer 250 emplois directs, dont un grand nombre de postes d'ingénieurs.
"Une forte présence dans l'ingénierie nationale par le biais de ce grand projet montre que le Maroc est passé à la vitesse supérieure dans le domaine de l'aéronautique, ne se contentant plus seulement de la construction, mais incluant désormais des activités d'ingénierie et de conception."

Ces dernières années, ce secteur a connu un développement considérable, passant de près de zéro en 2000 à une industrie de 250 millions de dollars employant 7000 personnes. Sept domaines principaux emploient près de 75% des travailleurs dans ce secteur : les câbles, la gestion intermédiaire, les matériaux composites, la mécanique électronique, les films métalliques, les raccords et l'usinage.
"Le développement rapide de ce secteur a été porté par des opérateurs essentiels comme EADS, Boeing et SAFRAN, qui ont assuré la crédibilité de la destination Maroc", a expliqué M. Chami.

Plusieurs entreprises marocaines sont des fournisseurs de sociétés européennes et américaines de passation de commandes. Le Maroc fait partie des pays dans lesquels la sous-traitance a de beaux jours devant elle.

Le secteur aéronautique se caractérise par ailleurs par une forte présence française. Le président de l'Union Française des Industries et Métiers de la Métallurgie, Frédéric Saint-Geoure, a expliqué que la stratégie de développement économique et industriel du Maroc visant à soutenir des secteurs industriels à forte valeur ajoutée, comme l'aéronautique, ne peut qu'inciter les entreprises françaises à y ouvrir d'autres marchés.
"La force du secteur aéronautique marocain repose dans ce qu'il s'est développé comme un réseau, où clients et fournisseurs sont géographiquement très proches", explique Thomas Corbel, fabricant de composantes pour le moteur des Airbus 320 et 340.
"La proximité géographique réduisant les coûts logistiques, les sous-traitants aéronautiques au Maroc ont ce qui est nécessaire pour répondre à la pression descendante sur les coûts."

Le président du Groupe des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales (GIMAS) Hamid Benbrahim El Andaloussi se dit ravi de l'évolution du secteur, estimant qu'il ne pourrait pas être plus compétitif.

"Le Maroc a très vite pris conscience du potentiel énorme de cette industrie qu'est l'aéronautique, et l'a identifiée comme un secteur stratégique de toute première priorité dans son plan Emergence. La formation est l'une des clés du succès de notre stratégie de développement dans ce secteur."


Lire aussi : - Le Maroc enregistre une croissance exceptionnelle du trafic 11-08-08
                - L'industrie aéronautique marocaine prend son envol 14-01-08

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.