J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

02/02/2009

Lufthansa n'a pas besoin d'aide

Lufthansa n'a pas besoin d'aide

Le patron de la compagnie aérienne allemande Lufthansa, Wolfgang Mayrhuber, a affirmé hier dimanche ne pas avoir besoin de l'aide de l'Etat pour résister à la crise économique.

"Nous n'avons pas besoin d'aide", assure M. Mayrhuber, tout en appelant les responsables politiques à ne pas plomber le secteur de l'aviation par des coûts supplémentaires liés par exemple aux interdictions de voler la nuit, aux émissions de CO2 ou aux mesures de sécurité.

Accord
Lufthansa Cargo, la filiale de fret de la première compagnie allemande, a annoncé vendredi un accord pour solliciter un recours au chômage partiel, afin de s'adapter à la baisse de la demande, une mesure qui pourrait concerner environ 2600 employés en Allemagne.

Pas de chômage partiel
M. Mayrhuber a exclu pour l'heure d'étendre un recours au chômage partiel à d'autres employés. "Ce n'est pas prévu actuellement", "mais cela dépend naturellement de l'évolution de l'économie".

Au sujet du conflit social actuel avec le personnel navigant, M. Mayrhuber a appelé à la modération : "il serait souhaitable que les revendications soient en harmonie avec le reste du personnel, avec ce que la concurrence paie et avec les conditions du marché". Un syndicat, qui représente 8000 des 16000 personnes du personnel navigant, demande 15% d'augmentation de salaire. La compagnie indique avoir proposé 10%.

Selon M. Mayrhuber, le rachat prévu de la compagnie aérienne autrichienne Austrian Airlines (AUA) par Lufthansa pourrait encore échouer à cause de la résistance des petits actionnaires d'AUA ou des règles strictes de la Commission européenne.

Ce qui ne l'empêche pas de vouloir saisir à l'avenir d'autres occasions de rachat d'entreprises. Par ailleurs, le responsable des achats de flotte de Lufthansa a critiqué l'aide franco-allemande aux clients d'Airbus, estimant que cela va créer des distorsions de concurrence.

Selon Nico Buchholz, les crédits vont avantager les compagnies aériennes en difficulté financière, entravant ainsi le jeu de la libre concurrence. "C'est énervant", a-t-il déclaré jeudi au Brésil lors de la livraison de nouveaux appareils Embraer à Air Dolomiti (filiale de Lufthansa).

Le gouvernement allemand envisage de suivre l'exemple du plan français, qui vise à mobiliser plusieurs milliards d'euros pour soutenir les exportations de l'avionneur européen Airbus.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.