J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

12/12/2008

Guerre du ciel : Air France défie Lufthansa à Bruxelles

Air France KLM, candidat malheureux au rachat d'Austrian Airlines, a porté plainte auprès de Bruxelles sur le rachat de la compagnie autrichienne par Lufthansa, nouvel épisode de la guerre que se livrent l'allemande et la franco-néerlandaise pour contrôler le ciel européen.

Cette vente "comporte des éléments d'aides d'Etat nécessitant une enquête approfondie de la part de la Commission européenne", estime Air France KLM. Dans son collimateur : l'assurance obtenue par Lufthansa de l'Etat autrichien qu'il épongerait 500 millions de dettes de Austrian Airlines.

Air France suit Ryanair et Robin Hood
Elle emboîte ainsi le pas à la compagnie irlandaise à bas coût Ryanair et au petit transporteur autrichien, Robin Hood Aviation, qui avaient déjà annoncé une plainte auprès de la Commission, en dénonçant une "distorsion massive de la concurrence".

Cette attaque ne semble toutefois pas pour l'instant inquiéter Lufthansa : "nous partons du principe que la transaction respecte toutes les conditions légales requises", a dit un porte-parole du transporteur allemand. Il ne croit pas qu'une telle plainte puisse reporter la reprise d'AUA, prévue au second semestre 2009.

Les autres compagnies se taisent, ou opinent
Austrian Airlines a quant à elle refusé de commenter l'action du transporteur franco-néerlandais, renvoyant sur la holding publique ÖIAG, chargée de vendre ses 41,6% détenus par l'Etat autrichien à Lufthansa.

ÖIAG a de son côté affirmé : "la vente est conforme aux réglementations européennes et cela a été confirmé plusieurs fois par nombre d'experts indépendants".

Selon la plupart des observateurs, la plainte portée par Air France KLM ne devrait effectivement pas remettre en cause l'acquisition de l'autrichienne par Lufthansa, mais simplement la retarder. Une façon de mettre des batons dans les roues à l'une de ses grandes rivales européennes, dont la gourmandise semble sans fin : le transporteur allemand a en effet annoncé ces derniers mois l'acquisition de Brussels Airlines et sa montée dans le capital de la britannique BMI (British Midland).

La bagarre pour l'Europe centrale
Jusqu'ici, Air France KLM, peu coutumière des plaintes contre des concurrents contrairement à l'irlandaise Ryanair, s'était montrée sereine face à cette frénésie d'achats. Mais Austrian, dans la même alliance aérienne que Lufthansa (Star Alliance), lui aurait permis une meilleure couverture de l'Europe centrale, où elle est mal implantée.

"Cette plainte est superflue", a estimé Uwe Weinreich, analyste chez Unicredit Global Research. "Et elle n'est pas vraiment justifiée puisque Air France KLM a renoncé d'elle-même à Austrian Airlines fin octobre en ne formulant pas d'offre ferme, alors qu'elle figurait parmi les candidats présélectionnés au rachat", a-t-il ajouté.

Plus compréhensif, un expert français soulignait : "Porter plainte fait partie des réactions normales des perdants. Il se peut qu'il y ait aussi une plainte si Air France KLM parvient à emporter Alitalia".

Et Alitalia ?
Car les compagnies allemande et franco-néerlandaise s'empoignent également pour le transporteur italien en difficulté. Et cette fois, Air France KLM a une longueur d'avance. Mercredi, son PDG, Jean-Cyril Spinetta, avait jugé "fructueuse et constructive" la réunion avec les repreneurs d'Alitalia, la Compagnie aérienne italienne (Cai).

Selon l'édition de jeudi du quotidien économique italien Il Sole 24 Ore, généralement bien informé, Air France KLM pourrait prendre une participation de 25% dans la nouvelle Alitalia pour 250 millions d'euros.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.