J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

12/09/2008

Alitalia décroche

Le partenaire étranger d'Alitalia serait Lufthansa

Les syndicats italiens pourraient avoir bientôt raison d’Alitalia. La compagnie italienne a longtemps résisté avec plus ou moins de succès à la tempête qu’elle traversait depuis plusieurs mois mais elle est tombée le 29 août. C’est à cette date qu’elle s’est déclarée insolvable, avec une dette nette de 1,172 milliard d’euros au 31 juillet et une chute de ses liquidités à 314 millions d’euros, et qu’elle s’est placée sous la protection du régime italien sur les faillites. Gérée depuis par l’administrateur extraordinaire Augusto Fantozzi, elle cherche désespérément des repreneurs. Les seuls à avoir manifesté leur intérêt se sont retirés aujourd'hui (le 12 septembre), usés par l’entêtement des syndicats...

Roberto Colaninno, le PDG de Piaggio et leader du consortium d’investisseurs italiens CAI (Compagnia Aerea Italiana), a baissé les bras ce matin après une semaine de négociations, en vitupérant contre l’irresponsabilité des syndicats qui « ne mesurent pas la situation dramatique dans laquelle Alitalia se trouve. » Le groupe Air France KLM avait rencontré la même résistance il y a quelques mois.

Le ministre du Travail Maurizio Sacconi craignait le pire ; il est arrivé. Le pire, dans l’immédiat, c’est le lancement des procédures de licenciement, qui pourrait avoir lieu dès ce soir. Augusto Fantozzi avait annoncé qu’en cas d’échec des négociations à la date butoir, fixée au 11 septembre, il poursuivrait la procédure judiciaire jusqu’à la liquidation d’Alitalia. Pour le moment, entre 5.000 et 7.000 suppressions d’emplois sont prévues, sur les 20.000 que compte la compagnie aujourd’hui.

La CAI avait présenté son plan de restructuration le 1er septembre dernier. Il prévoyait le rachat des activités de transport du groupe Alitalia, c’est-à-dire de la flotte, des créneaux, des routes et de la marque Alitalia, ainsi que l’injection d’un milliard d’euros dans la compagnie. En contrepartie, les activités déficitaires (les services au sol, la maintenance et le fret) auraient été vendues ou liquidées et plus de 3.000 emplois supprimés. Le consortium, composé notamment de Intesa Sanpaolo, Piaggio, Atlantia et Carlo Toto, envisageait également une fusion avec Air One puis la recherche d’un partenaire étranger. Air France KLM s’était déjà identifié comme actionnaire minoritaire potentiel si la profitabilité de la nouvelle compagnie était assurée.

Lufthansa, un temps pressentie comme partenaire, a annoncé hier (le 11 septembre) qu’elle allait baser six nouveaux Airbus A319 – et non plus des ERJ 195 d’Embraer – à Milan pour desservir des destinations européennes majeures : Paris, Bruxelles, Madrid, Barcelone, Budapest et Bucarest à partir de février 2009 puis Londres et Lisbonne. Les vols seront exploités par sa filiale italienne Air Dolomiti. Un début de conquête qui ressemble fort à un démenti.


Lire aussi :  - Tractations de la dernière chance pour Alitalia
                  - Alitalia : 4500 suppressions d'emplois
                  - Rome place Alitalia sous tutelle
                  - Rome va modifier la loi sur les faillites pour sauver Alitalia  
                  - Air France KLM serait invité à reconsidérer le dossier Alitalia
                  - Le partenaire étranger d'Alitalia serait Lufthansa
                  - Le gouvernement italien trouve un financement pour sauver Alitalia
                  - Alitalia veut une recapitalisation puis un partenaire international  
                  - Le processus de vente d'Alitalia relancé
                  - Multi-Long Corp fait une offre pour reprendre Alitalia
                  - Silvio Berlusconi évoque une possible nationalisation d'Alitalia
                  - Ryanair porte plainte auprès de l'Union Européenne                 
                  - Bruxelles doute de la nature de l'aide italienne à Alitalia              
                  - Air France-KLM retire définitivement son offre sur Alitalia
                  - Alitalia pourrait obtenir de l'Italie un prêt de 100 à 150 millions
                  - Air France-KLM juge que la balle est dans le camp d'Alitalia
                  - Renouer le fil entre Alitalia et Air France-KLM
                  -
Air France KLM tire une croix sur Alitalia
                 
- Air France-KLM ouvert à des concessions sur l'offre d'Alitalia
                  - Air France propose à Alitalia une alliance, et non une acquisition
                  - Alitalia repousse le choix d'un partenaire
                  - Alitalia va approcher Air France KLM et Lufthansa
                  - Alitalia serait en contact avec Air France

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.