J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

05/08/2008

Le ciel indien arrive à saturation

En Inde, les constructeurs n’attendent qu’une chose : que les livraisons d’appareils soient retardées. Selon une enquête publiée par le Wall Street Journal le 31 juillet, Airbus serait en train de faire pression sur ses clientes indiennes pour qu’elles revoient leur calendrier. Boeing négocie également de bonne grâce avec les siennes pour arriver aux mêmes fins.

Le ciel indien est en effet surchargé. Les retards de plusieurs heures et les incidents sont monnaie courante dans les grands aéroports du pays, ce qui a poussé le gouvernement à les moderniser à grande échelle. Mais tout le problème n’est pas à terre.

Sur certaines des routes qui pourraient être les plus lucratives, l’offre peut parfois être quatre fois supérieure à la demande. Cet excès de capacité fait chuter les revenus des compagnies – selon les analystes, elles devraient perdre entre un et deux milliards de dollars cette année, soit le double de 2007 – et met en péril leur survie à long terme.

Les constructeurs n’ont donc aucun intérêt à voir la situation perdurer : s’ils poursuivent leurs livraisons, elle va empirer, des compagnies vont disparaître et avec elles des commandes potentielles.

Boeing ne s’inquiète pas pour autant. Le constructeur prévoit peu d’annulations de commandes dans le pays et estime que le marché domestique pourrait s’équilibrer dans l’année à venir. Le constructeur américain a même revu à la hausse ses prévisions sur le marché. Il estime que l’inde aura besoin de 1.001 nouveaux appareils à court terme, d’une valeur de 105 milliards de dollars. C’est 10% de plus que ce qu'avait prévu le constructeur en 2007.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.