J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

12/06/2008

Permis de pollution : Air France dénonce un système à deux vitesses

Permis de pollution,  Air France dénonce un système à deux vitesses

Quel système encadrera les permis d'émission de gaz à effet de serre ? Deux projets cohabitent actuellement, celui de l'Union Européenne qu'Air France considère comme injuste et celui de l'OACI qu'elle favorise.

En 1999, le protocole de Kyoto qui avait émis le principe des quotas d'émission de gaz à effet de serre, avait inclus le transport aérien parmi les activités concernées par cette pollution au CO2.

En 2006, La Communauté Européenne a repris cette idée mais le projet a ensuite été enrichi pour aboutir à une situation qu'Air France dénonce aujourd'hui.
En effet, d'après ce projet, les compagnies devraient payer pour obtenir des droits de polluer sur le transport intra-européen, mais également sur les lignes reliées à un hub européen. Avec une mise en application à partir de 2011. Or, les compagnies dont les hubs se situent hors d'Europe n'auront pas à s'acquitter de ces droits. Et Jea-Cyril Spinette de prendre un exemple qui lui est cher : celuis de Dubaï.

Sur l'axe Inde-Etats-Unis, la compagnie dont le hub est à Dubaï n'aura pas à prendre en compte les quotas de CO2, à l'inverse des compagnies européennes concurrentes qui devront l'inclure dans leurs coûts.

Que toute compagnie soit sur le même pied d'égalité
Cette différence de traitement serait une distorsion de concurrence. Les dirigeants d'Air France veulent bien payer leur contribution à la sauvegarde de l'environnement à condition que toutes les compagnies soient sur le même pied d'égalité.

Et Jean-Cyril Spinetta de favoriser le projet concurrent développé par l'OACI qui définirait des permis de polluer pour l'ensemble des compagnies aériennes. Avec un système d'échange des permis d'émission.

D'autant que l'ensemble des compagnies ont désormais intérêt, devant le prix du pétrole, à être vertueuses en matière d'environnement.

La compagnie française souligne ses propres efforts pour réduire ses émissions : renouvellement de la flotte (un milliard d'euros investi chaque année pour la flotte),  recherche de meilleures procédures de contrôle aérien, limitation des temps de roulage des avions, réduction de la traînée par un lavage fréquent des moteurs, ajustage de l'emport de kérosène, ...

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.