J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

27/05/2008

La fin des vols bon marché ?

Avec l’augmentation des prix du carburant, les compagnies aériennes doivent augmenter leurs prix. Et cela vaut aussi pour les compagnies low cost. Les prix des tickets d'avion ne devraient plus diminuer.

Nul n’échappe à la hausse du prix du pétrole, celle-ci touche également les compagnies aériennes et leurs clients. D’après Willy Walsh, le patron de British Airways, « les compagnies aériennes devront pousser leurs prix à la hausse à cause des prix élevés du carburant. Et cela vaut aussi pour des compagnies low cost comme Ryanair et EasyJet. »

Chose intéressante, Willy Walsh a été immédiatement approuvé par Michael O’Leary, le patron de Ryanair. Il espère encore gagner sa bataille des prix : « J’espère que le prix pour un baril de brut restera entre 125 et 130 dollars jusqu’à la fin de l’hiver, sinon cela signifiera la fin de la moitié des compagnies aériennes ».

Autrement dit, de nombreuses compagnies low cost ne pourront plus assurer des prix aussi bas et seront balayées par le marché. Cela permettra à d’autres compagnies (mêmes celles qui comme Ryanair offrent des billets bon marché) de disposer de plus de marge de manœuvre pour augmenter leurs prix. Jean-Cyril Spinetta, d’Air France-KLM, prédit même que les transporteurs low cost vont peut être doubler les prix de leur tickets.

Le dumping des prix appartient au passé
Brussels Airlines n’a pas échappé non plus à cette envolée des prix. Le ticket d’avion le moins cher de la compagnie belge est passé de 29 à 49 euros en quelques mois. Selon le porte-parole de la compagnie, Geert Sciot, « si nous avions pleinement répercuté la hausse du prix du kérosène sur celui des tickets, leur augmentation serait alors encore supérieure de 30%. »

Dorénavant, peu importe la destination européene choisit, votre ticket Sn Brussels Airlines vous coûtera 35 euros de plus. Pour les vols à plus longues distances, le supplément sera d’environ 100 euros. Pour Geert Sciot, la conculsion est simple : « le dumping des prix appartient dorénavant au passé »

Lire aussi : Le prix du pétrole devient une menace importante  

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.