J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

28/04/2008

Eos, nouvelle victime de la crise

Eos, nouvelle victime de la crise

La compagnie haut de gamme EOS met la clé sur le paillasson

La compagnie américaine tout-Business, qui assurait depuis 2005 des liaisons transatlantiques de luxe à bas prix, s'est placée en faillite. Elle va cesser ses opérations faute d'avoir pu boucler une levée de fonds cruciale, sur fond d'assèchement du marché du crédit. Avec l’augmentation des prix du pétrole, le ralentissement de l’économie américaine et la faiblesse du dollar, toutes les compagnies américaines sont mises à mal et Eos n’a pas dérogé à la règle. La compagnie a eu beau exécuter son plan d’affaires comme prévu, elle avait encore besoin de financement. Or les investisseurs sont devenus trop frileux pour qu’elle puisse boucler son plan et obtenir les liquidités nécessaires à la poursuite de ses opérations.

EOS Airlines a déposé samedi son dossier devant un tribunal de la ville de New York pour demander la protection du chapitre 11, la loi américaine encadrant les faillites, a annoncé la compagnie dans un communiqué reçu dimanche.
La compagnie n’est pas encore en liquidation.

EOS, qui assure exclusivement des liaisons entre New York et Londres via les aéroports JFK et Stansted, devait assurer hier deux derniers vols, en partance du Royaume-Uni, avant de "cesser entièrement ses activités". Les clients ayant déjà acheté des billets peuvent se faire rembourser et sont invités à trouver des liaisons alternatives auprès d'autres compagnies aériennes.

Le groupe a expliqué sa décision par l'assèchement du marché du crédit, alors que les banques, frappées de plein fouet par la crise financière, sont très réticentes à prêter de l'argent. Eos avait débuté son activité à l'automne 2005, se plaçant sur un marché de niche jusqu'ici inoccupé. A la même époque, une autre compagnie se plaçant sur le même segment avait vu le jour, MaxJet.
Eos Airlines suit donc son ancienne concurrente MAXjet qui a fait faillite en décembre dernier. Cette dernière avait cessé ses activités en déplorant les coûts élevés de l'énergie et la difficulté à obtenir des financements complémentaires. Il ne reste à présent plus que Silverjet qui fonctionne sur le même modèle entre New York et Londres, ainsi que L’Avion entre New York et Paris (Orly).

Eos Airlines réalisait ses vols en Boeing 757. Ses quatre appareils étaient aménagés entièrement en classe affaires et ne transportaient que quarante-huit passagers. La compagnie avait également annoncé en octobre dernier le lancement de vols directs entre JFK et un aéroport parisien pour l’automne prochain.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.