J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

24/04/2008

Continental réplique à la polémique française

Continental réplique à la polémique française

 
Continental a répondu à la polémique qui a éclaté en France le 21 avril autour des niveaux de carburant réglementaires, à la suite d’un article approximatif du Figaro. Dans un communiqué diffusé le 22 avril, la compagnie américaine a reconnu que ses Boeing 757-200 avaient plusieurs fois atterri « dans la réserve » (low fuel) après des vols entre l’Europe et New York (Newark). Mais elle précise qu’à aucun moment une réglementation n’avait été violée ni la sécurité des passagers mise en danger.

Continental Airlines a expliqué qu’elle respectait les directives et les plannings de vol de la FAA. Elle remplit donc ses réservoirs avec la quantité de carburant nécessaire à un vol transatlantique et ajoute de quoi pouvoir voler quarante-cinq minutes supplémentaires au cas où l’appareil serait placé en attente avant l’atterrissage ou dérouté vers un autre aéroport. Selon les routes aériennes qu’elle emprunte, elle peut également faire une escale pour ravitaillement en chemin. Dans chacun des quatre-vingt-seize cas d’atterrissage dans la réserve relevé par le DoT (Department of Transportation), Continental avait encore suffisamment de carburant pour voler soixante-quatre minutes en moyenne.

La polémique vient également du fait que la compagnie aurait « menacé » ses pilotes. Elle a en effet diffusé un bulletin en octobre 2007 expliquant que les arrêts pour ravitaillement ou la décision d’ajouter un surplus de carburant avait un impact négatif sur les résultats de la compagnie, donc sur leurs pensions.

Selon le DoT et la FAA, Continental a fait ses atterrissages low fuel en raison de sa volonté d’économiser du carburant. La compagnie surveille en effet de très près les niveaux de carburant de ses appareils pour réduire sa consommation. Plus un appareil transporte de carburant, plus il est lourd donc il consomme davantage.

De plus, la FAA et l’ALPA (le syndicat américain des pilotes de ligne) ont exprimé leur inquiétude sur le choix de Continental de placer des Boeing 757-200 sur ses liaisons transatlantiques long-courriers, en raison du rayon d’action limité de l’appareil, notamment vers l’ouest par fort vent dominant. La compagnie a répliqué que ses B757 sont tous dotés de Blended Winglets qui améliorent la consommation de carburant de 5% et augmentent le rayon d’action. Elle a même été l’une des premières compagnies au monde à adopter ces ailettes marginales pour ce type d'appareil.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.