J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

24/02/2008

Bombardier se prépare au lancement du CSeries

Bombardier se prépare au lancement du CSeries

L’appareil va enfin pouvoir être proposé au marché. Bombardier a obtenu le feu vert de son conseil d’administration le 22 février pour proposer son nouvel appareil à la vente : le CSeries. Le constructeur peut à présent formuler des propositions formelles de vente. Et dès qu’il aura obtenu des engagements fermes de compagnies, le CSeries pourra être lancé.

On n’y croyait presque plus. Le lancement du programme a en effet été retardé de deux ans, faute d’acquéreurs potentiels. Mais cette fois ça y est : Bombardier a prévu le lancement industriel du programme pour cette année et mise sur une entrée en service en 2013. Et le constructeur n’a pas manqué de citer trois atouts de poids : Lufthansa, Qatar Airways et la société de leasing américaine ILFC comptent parmi les clients intéressés par le CSeries. Qatar Airways a même précisé qu’elle pourrait passer une commande de vingt appareils.

Positionnement prometteur
La famille CSeries se positionne sur la partie inférieure du segment des appareils de 100 à 149 places et se compose de deux membres, le CSeries 110 et le CSeries 130, comptant respectivement cent dix et cent trente places. Il se place donc en concurrence directe avec les Airbus A318, A319 et Boeing 737-700. Son atout : il permettra aux compagnies utilisatrices de profiter des dernières technologies disponibles, ces mêmes compagnies qui réclament à cor et à cri une nouvelle génération de monocouloirs.

Bombardier ne craint d’ailleurs pas les successeurs des A320 et B737. Déjà parce qu’ils ne naîtront pas avant 2015 voire plus tard. Ensuite parce qu’il estime que la tendance chez les constructeurs européen et américain est davantage à la croissance des capacités de leurs appareils qu’à la réduction. Au contraire, le constructeur aspire à dominer le secteur et vise les 50% de parts de marché sur les 5 900 appareils à 100 à 149 places qui seront vendus dans les vingt prochaines années. Car il ne pense pas avoir non plus à subir la concurrence d’Embraer, de Sukhoi ou de Mitsubishi, qui sont positionnés sur segment juste au-dessous.

Bombardier a identifié un autre avantage à ce positionnement. La famille CSeries peut en effet être une excellente solution de remplacement des DC-9 et des MD-80 encore exploités par les compagnies américaines et très gourmands en carburant. C’est d’ailleurs l’unes des raisons qui pourraient avoir poussé le constructeur à retarder de deux ans le lancement du programme : le marché est beaucoup plus prometteur aujourd’hui, les majors étant toutes sorties de la faillite.

Atouts technologiques
Deux autres raisons viennent s’y ajouter : l’avancée technologique depuis 2005 et la disponibilité du GTF de Pratt & Whitney, motoriste exclusif du CSeries. La nouvelle version de l’appareil a en effet davantage recours aux matériaux de nouvelle génération : il sera constitué de 46% de matériaux composites (principalement dans le fuselage, l’empennage et les ailes) et de 24% d’un alliage d’aluminium et de lithium. Quant au GTF (Geared Turbofan), il ne sera disponible qu’en 2013. Mais il sera doté d’un réducteur de vitesse du fan qui augmentera ses performances en réduisant sa consommation.

Grâce à toutes les nouvelles technologies présentes sur l’appareil, dont les freins électriques, le CSeries devrait consommer 20% de carburant en moins que les appareils d’aujourd’hui et réduire les coûts d’exploitation des compagnies de 15%. Quand on sait que le poste carburant compte pour 50% des coûts d’exploitation des compagnies américaines, on comprend pourquoi Bombardier estime que le marché nord-américain est porteur.

D’autant que le CSeries répond parfaitement à leurs besoins. Transcontinental, il possède un rayon d’action de 2 700nm (5 000km), donc de suffisamment d’autonomie pour traverser les Etats-Unis quelles que soient les conditions météorologiques. Ce qui en fait également un atout dans des pays du Moyen-Orient ou en Inde.

Bombardier n’attend plus maintenant que d’atteindre un minimum de cinquante à cent engagements fermes pour pouvoir lancer le programme industriel. Le CSeries 110 devrait être proposé à un prix catalogue de plus de quarante millions de dollars (US) et le CSeries 130 à près de cinquante millions de dollars.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.