J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

20/02/2008

Le 2ème coup de fil

Le 2ème coup de fil
 

Je n'ai toujours pas de connexion internet à la maison, j'enverrai ce message dès que je capte un signal WiFi. Here's the latest :

Je reviens juste de la "Bishop's Storehouse," le centre de depôt mormon, où je peux avoir accès à la nourriture gratuitement. Une fois par mois--généralement le premier Dimanche du mois--les membres de cette Eglise jeûnent volontairement pendant deux repas. Puis ils donnent l'argent qu'ils auraient dépensé pour ces repas et mettent en place un magasin de nourriture gratuite pour ceux qui en ont besoin.

Des gars comme moi, qui viennent de perdre leur boulot sans préavis, sont le récipient de cette générosité et de ce sacrifice. Je ne verrai jamais le visage de ceux qui se sont affamés volontairement pour que ma famille puisse manger. Mais je ne les oublierai jamais.

L'économie ici est en chute libre, et la banque nationale américaine, la Federal Reserve, vient de réduire son taux directeur de 3/4 de points--la réduction la plus importante des deux dernières décennies. La crise de l'immobilier s'est étendue aux banques, et on parle maintenant de crise majeure du systeme financier. Celle-ci a des répercussions dans tous les secteurs, comme il y a moins de cash disponible pour les emprûnts et les investissements. Citigroup vient de reporter une perte de presque 10 milliards de dollars. Les candidats à la presidentielle, eux, parlent déjà de récession.

Je n'ai reçu qu'un seul chèque du gouvernement américain depuis le 25 Décembre--mon premier jour de chômage. Après que ma demande d'allocation ait été refusée par l'Etat de l'Illinois puis celui de Virginie, New York m'a envoyé une indemnité de $405... trois semaines plus tard. Il y a une "waiting week" automatique, on m'avait écrit dans une lettre. C'est-à-dire que la première semaine après ta demande n'est pas comptée, même si ça fait déjà 15 jours que tu as perdu ton boulot, et que tu joues au yoyo entre l'Illinois et la Virginie.

J'ai reçu un coup de fil de Mary Ellen à United Airlines--la compagnie avec laquelle j'avais également passé un entretien il y a un mois. Je n'en ai jamais parlé, car United te fait signer un "Confidentiality Agreement" t'interdisant de partager les détails de l'interview avec qui que ce soit. United m'a donc offert un job, et ma date de formation à Denver est prevue pour la même date que Delta--le 18 Février. Maintenant, j'ai un choix important à faire.

Delta est en train de négocier une fusion avec Northwest ou United. Une fusion n'est jamais bonne pour les nouvelles embauches, car ce sont généralement les premières à perdre leur boulot. Aux US, le pilote avec le plus d'ancienneté a le plus de sécurité d'emploi, selon le contrat signé entre le syndicat et la direction. Les gars comme moi seraient les premiers à recevoir le pink slip--la notification de licenciement.

Si Delta merge avec Northwest, United serait un meilleur choix car j'éviterai les débâcles d'une fusion entre deux majors. Mais si elle merge avec United, j'ai plus de chance de garder mon emploi si je suis embauché avec la compagnie qui achète que celle qui est achetée, en l'occurence Delta.

En tout cas, si je fais le bon choix et que ma carrière avec les majors se passent sans problème, il y a un truc que je me suis juré de faire--jeûner pendant deux repas par mois pour aider une autre famille. C'est comme ça qu'on survit dans un pays où le système social est absent.

> Plus de publicité aéro

Publié dans PiloteUS - Danny - pilote.us | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.