J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

29/01/2008

Trois hommes menaçaient de faire sauter un 737 de Ryanair

Trois hommes menaçaient de faire sauter un 737 de Ryanair

Le Boeing allait décoller quand le pilote l'a immobilisé. Deux Polonais et un Lituanien voulaient le faire sauter. Ils étaient simplement ivres.
Situation de crise jeudi passé à l'aéroport de Beauvais-Tillé. Sirènes hurlantes et gyrophares en action, les forces de l'ordre ont déboulé sur la piste pour maîtriser trois passagers qui menaçaient de faire exploser un avion qui s'apprêtait à décoller pour l'Irlande.

Il est 13 h 30. Le Boeing 737-800 de la compagnie Ryanair à destination de Dublin commence à rouler et se dirige vers la piste de décollage. A son bord, 80 passagers. Soudain, dans l'appareil, trois hommes commencent à mettre le bazar. Ils menacent de faire exploser l'appareil, l'un d'eux indiquant à l'hôtesse : « Ma veste est trop grosse parce qu'il y a une bombe dessous ».

Le commandant de bord avertit la tour de contrôle et immobilise son avion sur une zone de circulation à quelques centaines de mètres de l'aérogare. Les forces de l'ordre sont alertées et les pompiers également. Rapidement, un dispositif est mis en place. Les hommes de la gendarmerie du transport aérien et de la police aux frontières surgissent au pied de l'appareil. Ils montent à bord et maîtrisent les trois individus apparemment ivres que leur désigne l'équipage.

Pendant ce temps, une certaine confusion règne aux abords de l'aérogare. Des policiers font évacuer sur-le-champ des voitures mal stationnées, pendant que des passagers s'interrogent sur ce remue-ménage. « C'est encore un animateur télé qui a pété les plombs », lance, goguenard, un jeune, le sac de voyage sur l'épaule. Près de l'avion, deux bus sont stationnés et à proximité, des véhicules de pompiers veillent. Les passagers descendent un à un de l'appareil et s'engouffrent dans les bus qui vont les conduire à l'abri dans un autre terminal.

Les gendarmes sortent à leur tour de l'appareil et emmènent les trois individus suspects dans les locaux de sûreté. Leur fouille ne donne rien. Aucune arme n'est découverte. Après une rapide enquête, il s'avère que « ces individus, dont deux d'origine polonaise et un d'origine lituanienne, ne se connaissaient pas avant de se rencontrer à l'aéroport où ils ont consommé ensemble une bouteille de vodka. Bien que contrôlés à l'embarquement, ils n'avaient alors pas attiré l'attention ».

Une fois isolé sur une autre piste, l'appareil sera fouillé de fond en comble par les services de déminage avec l'aide du chien spécialisé dans la détection des explosifs. Mais, là encore, aucun objet suspect ne sera trouvé à bord pas plus que dans les bagages des passagers qui ont tous été également fouillés.

En fin d'après-midi, l'avion n'avait toujours pas redécollé et les 80 passagers, Irlandais et Français pour la plupart, attendaient toujours dans l'aérogare où ils se remettaient de leurs émotions.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.