J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

27/01/2008

La pollution, un enjeu majeur pour l'industrie aéronautique

La pollution, un enjeu majeur pour l'industrie aéronautique

Dans les prochaines années, les contrats de vente d'avions ne se gagneront plus uniquement sur les performances techniques des appareils, mais aussi et surtout sur leurs caractéristiques environnementales.


Les niveaux sonores sont également un facteur crucial pour le choix des appareils, les avions bruyants étant impitoyablement écartés des aéroports. De même, la pollution atmosphérique deviendra-t-elle un enjeu essentiel. En effet, les émissions du secteur aéronautique sont loin d'être négligeables, et les motoristes vont être soumis à des normes antipollution de plus en plus sévères. D'où de nombreuses études pour tenter de maîtriser les émissions polluantes.


Le 22 janvier passé, le ministre français de l’écologie Jean-Louis Borloo, la Secrétaire d’Etat à l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, et le Secrétaire d’Etat aux transports Dominique Bussereau, ont présenté leurs vœux à la presse. L’occasion d’annoncer deux accords phares concernant le secteur de l’industrie aéronautique et la grande distribution.

Le ministre a annoncé « la bonne nouvelle » : « en 2006, les émissions de gaz à effet de serre de la France ont baissé de 2,5% par rapport à l’année précédente et de 4% depuis 1990. La France sera l’un des rares grands pays à respecter ses objectifs du Protocole de Kyoto ».
Le Protocole de Kyoto vise à réduire de 5% les émissions polluantes des pays industrialisés qui l’ont ratifié d’ici 2012, par rapport à 1990.

De plus la secrétaire d’Etat à l’écologie a ajouté : « De plus en plus d’experts témoignent de la situation et se mobilisent pour indiquer que ce qui se passe est, non seulement plus grave que prévu, mais aussi plus déterminant ».

Industrie aéronautique et grande distribution
Autres mesures phares évoquées sans plus de précisions : la signature, demain 28 janvier, « d’un énorme accord avec l’industrie aéronautique sur les émissions de CO2, les infrastructures, les motoristes et les transporteurs. Et le lendemain un autre énorme accord avec la grande distribution, sur le bilan carbone, le suremballage, l’éco-conception ».

Pour les constructeurs aéronautiques, l’enjeu majeur va être de trouver le meilleur compromis entre la diminution des émissions toxiques, l'augmentation du rendement et la sécurité des avions. Sans gonfler démesurément les coûts.

 

> Plus de publicité aéro

Publié dans Environnement | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.