J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

23/01/2008

Des gros contrats au Québec

Des gros contrats au Québec
 

L'industrie aéronautique québécoise bénéficiera de retombées d'au moins 660 millions de dollars dans la foulée de contrats accordés par Ottawa aux firmes américaines Boeing et Lockheed Martin.

C'est ce qu'ont annoncé les ministres fédéraux de l'Industrie québécoise, Jim Prentice, et des Travaux publics, Michael Fortier, lors d'une conférence de presse.

Les ministres conservateurs ont annoncé que Boeing investira 420 millions de dollars au Québec pour respecter les termes du contrat d'achat et d'entretien des quatre avions de transport stratégique C-17 de Boeing.

L'autre tranche de 240 millions de dollars concerne des contrats alloués par Lockheed Martin, qui doit lui aussi réinvestir au Canada en raison de l'obtention du contrat fédéral pour 17 avions de transport tactique C-130J. Il s'agit dans ce cas d'un premier contrat et d'autres pourraient venir s'ajouter. 

En ce qui concerne Boeing, 346 millions seront investis chez RTI Claro, à Laval. L'entreprise fabriquera des rails en titane pour équiper les Boeing 787 Dreamliner de la firme américaine. Une certaine confusion règne toutefois quant à l'aspect nouveauté de ce contrat. En conférence de presse, le ministre Fortier a admis que le contrat avait été signé il y a un an, mais qu'il avait été récemment renégocié.

Boeing affirme en outre avoir signé des contrats avec Bombardier, Eedo, des fournisseurs québécois de Goodrich, l'Université McGill, Minicut, Howmet Castings et Aeromecachrome. Au total, l'entreprise dit avoir accordé des contrats comptant pour 66 % de la somme qu'ils doivent réinvestir au pays en vertu de la Politique des retombées industrielles au Canada.

Cette somme équivaut à 869 millions, soit le prix d'achat des quatre appareils C-17 (dont a été soustrait le coût de certaines pièces). Le contrat total de Boeing est évalué à 1,8 milliard de dollars. Les 420 millions investis au Québec signifient que la province reçoit près de 50 % des retombées du contrat.

Cette proportion des retombées est importante aux yeux des politiciens québécois, qui insistent pour que la province reçoive une part équivalente au poids de son industrie aéronautique au pays, soit entre 55 % et 60 %.

Lockheed Martin, qui a décroché un contrat de 1,4 milliard pour les C-130J, s'est pour sa part engagé à investir 842 millions de dollars au Canada, en plus d'autres engagements pour de l'entretien qui font toujours l'objet de négociations.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.