J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

28/12/2007

VLM sous pavillon français

VLM sous pavillon français
 

Air France - KLM déguste un amuse-gueule avant de s'attaquer au plat de résistance, Alitalia.

La Vlammse Luchtvaart Maatschappij, plus connue sous le nom de VLM, est entrée dans le giron d'Air France - KLM. Le propriétaire de la compagnie anversoise (Anvers, Belgique), le néerlandais Panta Holdings, détenu par Jaap Rosen Jacobson, qui siège comme président de VLM, a cédé, après plusieurs mois de discussions, le transporteur au premier groupe aérien de la planète (en terme de trafic international). Le montant de la transaction, avec aux manettes NM Rothschild & Sons, n'a pas été dévoilé.

"Cette opération permettre à nos clients d'avoir accès au plus grand nombre de destinations à partir de "London City Airport", a indiqué Johan Vaneste, directeur général de VLM qui est appelée à coopérer avec CityJet, une filiale régionale d'Air France, opérant à l'aéroport de la City. "Nous voyons ceci comme une formidable opportunité de poursuivre notre croissance et d'offrir un produit optimal à nos clients. Les deux réseaux sont très complémentaires et le nouveau réseau combiné reliera London City à tous les centres financiers et d'affaires d'Europe", s'est félicité Geoffrey O'Byrne-White, patron de CityJet.

Une "succes-story" flamande
La plus petite des quatres plateformes londoniennes constitue le centre du réseau développé par VLM en presque quinze ans d'activités. A partir de London City, la compagnie rayonne vers Anvers, Bruxelles, l'île de Man, Jersey, Luxembourg, Manchester ainsi que Rotterdam. La capitale brittanique s'inscrivait dans le schéma initial, imaginé par Freddy Van Gaever.
En 1993, l'homme d'affaires flamand, aujourd'hui devenu sénateur du parti d'extrême droite, le Vlaams Belang, rêvait d'offrir à ses pairs anversois une liaison directe entre la cité diamantaire (Anvers) et l'un des hauts lieux de la finance mondiale. Une aventure qui se mua en "succes story" : VLM, qui dispose d'une flotte de 19 avions et emploie 425 personnes, a transporté l'an dernier 682.000 personnes et réalisé un chiffre d'affaires de 99,6 millions d'euros, et bouclé en 2006 son neuvième exercice bénéficiaire consécutif (plus de trois millions d'euros). Ceci malgré les attentats du 11 septembre 2001 et la hausse du prix du kérozène...

L'acquisition de VLM participe à un mouvement de consolidation qui embrase actuellement le ciel continental. Une concentration sectorielle qui sera prochainement marquée par la cession d'Alitalia. La compagnie, contrôlée par l'État italien, souffre de déficits importants et s'est prononcée en faveur d'une offre de reprise. Le gouvernement transalpin indiquera à la mi-janvier si la piste franco-néerlandaise Air France - KLM sera suivie. Mais d'autres proies peuplent les cieux européens, comme Iberia, Austrian ou SAS. La chasse est à peine ouverte...

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.