J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

23/11/2007

Les profits d'Air France-KLM s'envolent malgré le pétrole cher, exploration des dossiers d'Iberia et d'Alitalia toujours d'actualité

Les profits d'Air France-KLM s'envolent malgré le pétrole cher
 

Le groupe aérien européen Air France-KLM a vu ses bénéfices s'envoler au deuxième trimestre malgré la cherté du pétrole, grâce au dynamisme du trafic et à la mise en place d'un programme d'économies. "Le deuxième trimestre est excellent. Stimulée par une bonne croissance de l'économie mondiale, la demande dans le transport aérien est très bien orientée en dépit de la crise des crédits immobiliers aux Etats-Unis" qui a éclaté cet été, a commenté jeudi le patron du groupe, Jean-Cyril Spinetta.

De juillet à septembre, le bénéfice d'exploitation a bondi de 27,6%, comparé à la même période en 2006-2007, à 725 millions d'euros. Un résultat supérieur aux attentes, puisque les analystes tablaient sur un profit compris entre 631 et 718 millions d'euros. Son bénéfice net a quasiment doublé (+96,8%) à 736 millions d'euros, gonflé toutefois par une seconde restructuration financière du service de réservation Amadeus. La Bourse de Paris a applaudi ses chiffres, l'action prenant 8,05% à 23,89 euros à 11H15 GMT, dans un marché en hausse de 0,55%.

Beaux jours
"Compte tenu du niveau actuel des réservations pour les prochains mois et en intégrant l'impact du conflit social d'octobre chez Air France estimé à 60 millions d'euros", le groupe confirme "son objectif d'une nouvelle hausse du résultat d'exploitation pour l'ensemble de l'année". Ce dernier avait bondi de 32,5% sur l'exercice 2006-2007 (clos fin mars) à 1,24 milliard d'euros. Et pour M. Spinetta, le transport aérien a encore de beaux jours devant lui: "Il n'y a aucun signal de fléchissement depuis quatre ans. Nous pensons que cela va durer pour l'exercice en cours et au-delà".

Face à la cherté de l'or noir, le groupe se montre serein grâce à sa politique de couverture, selon laquelle il achète du pétrole à terme permettant de lisser les évolutions. De plus, "la faiblesse du dollar a un effet favorable sur les achats carburant", libellés dans cette monnaie, a souligné le directeur financier du groupe, Philippe Calavia. Ainsi, au deuxième trimestre, "l'efficacité de la couverture pétrolière et la dépréciation du dollar ont permis de limiter à 1,8% la hausse de la facture pétrolière", remarque le groupe.

Plan d'économies
M. Spinetta a également estimé bien avancé le nouveau plan d'économies du groupe annoncé en mai dernier prévoyant 1,4 milliard d'euros de réduction de coûts sur trois ans, dont 560 millions en 2007-2008. Pour rester un acteur de référence dans un secteur qui évolue vers une libéralisation totale, Air France-KLM, issu de la fusion en 2004 d'une compagnie française et néerlandaise, n'exclut pas de prendre part à une consolidation future en Europe. "Mais à condition qu'un rapprochement avec une autre société soit créatrice de valeur", a précisé M. Spinetta.

"Nous continuons à explorer les deux dossiers Iberia et Alitalia", a-t-il dit. Depuis l'été dernier, le groupe étudie un éventuel rapprochement avec la compagnie aérienne espagnole en bonne santé financière et l'italienne Alitalia déficitaire. "Pour Alitalia, le calendrier se rétrécit, on croit comprendre que la date limite pour marquer son intérêt, c'est la fin de ce mois, le début du mois prochain", a remarqué M. Calavia. Mardi, la compagnie italienne a effectivement fait savoir que le candidat le mieux placé pour sa privatisation serait connu d'ici le 15 décembre prochain et que des négociations "exclusives" seraient entamées avec cet éventuel acquéreur.

Air France-KLM continue à explorer les 2 dossiers Iberia et Alitalia
Air France-KLM "continue à explorer les deux dossiers Iberia et Alitalia", a déclaré son directeur financier Philippe Calavia, au cours d'une conférence de presse hier jeudi.

"On a deux dossiers sur la table: Iberia et Alitalia (...). Pour Alitalia, le calendrier se rétrécit, on croit comprendre que la date limite pour marquer son intérêt, c'est la fin de ce mois, le début du mois prochain", a-t-il dit. Depuis l'été dernier, Air France-KLM étudie un éventuel rapprochement avec la compagnie aérienne espagnole Iberia en bonne santé financière et l'italienne Alitalia, qui elle enregistre des pertes.

Mardi, la compagnie italienne a fait savoir que le candidat le mieux placé pour sa privatisation serait connu d'ici au 15 décembre prochain et que des négociations "exclusives" seraient entamées avec cet éventuel acquéreur. Les trois repreneurs potentiels encore dans la course, Lufthansa, Air France-KLM et la compagnie italienne Air One, auront jusqu'à la fin de la semaine prochaine pour déposer des offres non contraignantes, avait-elle indiqué.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.