J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

25/10/2007

Champagne, caviar et un vrai lit pour les 1ers passagers de l'A380

Champagne, caviar et un vrai lit pour les 1ers passagers de l'A380
 

Champagne, caviar et "un vrai lit" en première classe, les 455 passagers du premier vol commercial de l'Airbus A380 de Singapore Airlines ont vécu dans le luxe "cette nouvelle page de l'histoire de l'aviation " entre Singapour et Sydney.

Parmi les passagers du vol SQ380, dont les places mises aux enchères ont rapporté 1,3 million de dollars, William Leong a déboursé 55.000 dollars (38.000 euros) pour voyager avec sept membres de sa famille, dont son père de 91 ans, dans la classe la plus luxueuse.

Il occupe l'une des 12 suites qu'offre le "superjumbo", comprenant un fauteuil large de 1 mètre, déclinable en une variété de positions assises et allongées. "C'est un vrai lit, j'ai plongé dedans", confie Julian Hayward, un Britannique qui vit à Sydney. Il a déboursé 73.000 euros pour deux suites en première "pour participer à cette nouvelle page de l'histoire de l'aviation". Etant le meilleur enchérisseur, il a reçu la place 1A.

Lit double et internet
Pour se démarquer de ses concurrents, Singapore Airlines a aménagé ces douze suites de luxe, de couleur beige et marron, qui sont autant de petites cabines individuelles, possèdant toutes un écran individuel de 58 cm permettant de regarder un film ou de surfer sur internet. Comble du luxe, les cabines du milieu sont convertibles en un lit double pour les passagers voyageant en couple, chacun disposant d'un téléviseur.

Après un retard de 18 mois à la livraison, le premier exemplaire du plus gros avion de ligne de l'histoire, qui a décollé jeudi de l'aéroport de Changi à Singapour à 08h16 locales (02h16 GMT), a atterri moins de 8 heures plus tard à Sydney.

"Je suis impressionné", confie Thomas Lee, venu de Californie. Lui a été invité par Singapore Airlines parce qu'il avait inauguré il y a près de 40 ans le premier vol du Boeing 747. "Le 747 était beaucoup plus bruyant, les moteurs sont ici très silencieux", juge-t-il.

Grands chefs à bord
Avant de recevoir le certificat attestant qu'ils ont bien pris part à ce vol historique, les passagers ont pu goûter aux mets délicats préparés par deux chefs à bord. Après des queues de homard en amuse-bouches, arrosées de Dom Pérignon rosé, millésime 1996, suivies de foie gras poêlé, les passagers des suites avaient le choix entre un magret de canard rôti ou d'autres plats d'inspiration asiatique, dont un boeuf au wok et sa sauce au poivre de Java.

En classe économique, figuraient au menu un bar du Chili et sa sauce à l'ail et un filet de boeuf au vin rouge. Un champagne Charles Heidsieck éveillait les papilles, suivi de vins australiens et allemands.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.