J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

06/10/2007

Mexicana dépose une offre pour Aeromexico

Mexicana dépose une offre pour Aeromexico
 

Les enchères montent sur Aeromexico. Sa compatriote Mexicana a à son tour présenté une offre de reprise le 3 octobre pour acquérir au minimum 51% de ses parts. Elle propose 2,19 pesos par action, soit un rachat de l'ordre de 200 millions de dollars. C’est la meilleure offre qui a été déposée à ce jour pour la reprise de la compagnie nationale déficitaire du Mexique.

Mexicana estime que leur fusion en un seul groupe aéronautique est inévitable si elles veulent survivre. Le problème vient principalement du secteur domestique mexicain, qui n’offre plus assez de place pour deux compagnies traditionnelles : les low-cost s’y sont multipliées récemment, leur dérobant de plus en plus de parts de marché. Celles de Mexicana et Aeromexico réunies sont tombées de 65 à 53% au premier semestre et devraient passer sous la barre des 50% fin 2007, selon les estimations de la première. Malgré les efforts de restructuration, les pertes n’ont pas pu être compensées.

L’avenir sur le secteur international n’est pas très serein non plus. Les deux compagnies doivent en effet faire face à une véritable invasion des majors américaines, qui développent de plus en plus leur réseau au Mexique. Or leur taille et leurs moyens ne se situent pas du tout à la même échelle.

Mexicana a bon espoir que les autorités antitrust mexicaines accèdent à son souhait de racheter Aeromexico, justement en raison de la chute continue de leurs parts de marché. Elle espère également séduire le gouvernement en proposant une offre bien supérieure à celle des autres candidats (+25%). La famille Saba avait lancé le mouvement le 22 août en proposant 1,10 pesos par action, la moitié de sa valeur à cette date. Elle l’a ensuite revue à la hausse à près de 1,76 peso, lorsque la banque nationale mexicaine a proposé 1,68 peso (12 septembre). Elle aussi a depuis revu son offre et l’a alignée sur celle de la famille Saba.

Implications d’une éventuelle fusion
Si la reprise fonctionne, Mexicana héritera d’une compagnie à la fois radicalement différente et trop similaire pour que la fusion mène à l’expansion. Les synergies possibles sur les réseaux des compagnies seraient importantes puisqu’ils sont pratiquement identiques. A tel point qu’on imagine mal comment les deux marques pourraient cohabiter. Le plus d’Aeromexico se situe sur le réseau international puisqu’elle dessert le Japon, la France et l’Espagne, alors que Mexicana se cantonne aux Amériques.

Les flottes long-courriers des deux compagnies se complètent parfaitement, Mexicana opérant deux Boeing 757-200 et deux B767-300ER et Aeromexico deux B757-200, quatre B767 et trois B777-200ER. En revanche, sur le moyen-courrier, Mexicana exploite une flotte d’une soixantaine de monocouloirs d’Airbus tandis qu’Aeromexico remplace ses MD-80 et MD-87 par des Boeing 737NG. Dans le cas d’une reprise, une importante restructuration serait donc indispensable pour réduire les coûts.

Sauvées de la faillite dans les années 90 par le gouvernement, Mexicana et Aeromexico avaient été regroupées au sein du consortium aéronautique Cintra en 1995, qui comprenait alors également Aerocaribe, Aerolitoral, Aeromexpress et diverses industries liées au secteur aéronautique. Désireux de céder les 60% qu’il détient dans le consortium, l’Etat mexicain a dû revendre les deux compagnies séparément, en raison de l’opposition de l’autorité antitrust. Mexicana et Aerocaribe (devenue Click Mexicana) ont été cédées au groupe hôtelier Posadas en décembre 2005 pour 150 millions de dollars. Mais durant toutes ces années, Mexicana et Aeromexico se sont toujours partagé le même marché sans entrer en réelle concurrence. Une reprise de l’une par l’autre et la création d’un groupe aéronautique seraient donc la réalisation d’un projet en suspens depuis plusieurs années.

> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.