J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

04/07/2007

Nouveau centre à Bruxelles pour gérer le trafic aérien européen

Nouveau centre à Bruxelles pour gérer le trafic aérien européen

Les responsables d'Eurocontrol et le Commissaire européen aux Transports Jacques Barrot ont inauguré mardi midi, en présence de très nombreux représentants du secteur aéronautique la nouvelle salle d'exploitation de l'Organisme central de gestion des courants de trafic européen (CFMU).

Nouveau centre à Bruxelles pour gérer le trafic aérien européen (2)
Ce lieu constitue le centre nerveux incontournable de la gestion en temps réels de tout le trafic aérien au-dessus du continent européen. Il s'agit du continent européen au sens large, car hormis les Etats de l'Union, des pays tels que la suisse, la Turquie, Chypre et de nombreux anciens membres du blocs de l'Est font partie des 38 pays ayant adhéré jusqu'ici à Eurocontrol. Créé il y a dix ans pour optimiser le trafic et réduire les retards, le CFMU (Central Flow Managment Unit) gère actuellement quelque 32.000 vols par jour.
Nouveau centre à Bruxelles pour gérer le trafic aérien européen (3)

Sa nouvelle salle d'exploitation qui a mobilisé quelque 100 millions d'euros regroupe désormais des services précédemment physiquement séparés. C'est notamment le cas de celui qui est chargé de la capture des plans de vols, de celui qui collecte les données des événements prévisibles ayant une influence sur l'intensité du trafic, et de celui qui est en charge d'intégrer les éléments de l'"environnement aérien" (ex.: l'ouverture ou la fermeture d'un espace militaire).

Nouveau centre à Bruxelles pour gérer le trafic aérien européen (4)
Le rôle du CFMU à l'égard des contrôleurs aériens de ses différents pays adhérents est comparable à celui du chef d'orchestre. Son action permet ainsi d'utiliser de manière optimale les capacités disponibles dans l'espace aérien et d'adapter les disponibilités en temps réels en fonction d'événements prévisibles (une compétition sportive telle que le Mondial de football ou les Jeux Olympiques), ou imprévisibles (le fermeture d'un aéroport à la suite d'un attentat ou d'une menace d'attentat. Grâce à son centre, Eurocontrol a ainsi joué un rôle déterminant en 2001, lors de la fermeture des aéroports américains à la suite des attentats du 11 septembre.

L'Organisme central de gestion des flux de trafic européen constitue donc un plus incontesté sur le plan de la sécurité mais contribue aussi, à réduire les émissions de CO2 en gérant à présent davantage l'attente au sol que dans les airs.

Selon des données statistiques d'Eurocontrol, seuls 5% de l'ensemble des vols affichent un retard de plus d'un quart d'heure, ce qui représente une sensible amélioration par rapport à un temps pas si lointain où chaque pays européen gérait seul le trafic dans son propre espace. Pour les avions en vol, Eurocontrol estime que l'on a divisé par trois les temps de retard par rapport à l'an 2000, et ce alors que la trafic aérien est en augmentation.
> Plus de publicité aéro

Publié dans Industrie & actualité aéronautique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.