J.R., le meilleur de l'aviation commerciale et civile !


> Index général < - Éditorial - Sources - Airbus - Boeing - Annuaire AeroRef - Forum

28/02/2007

Le terminal Tom Bradley de Los Angeles se modernise

Le terminal Tom Bradley de Los Angeles se modernise

 

Tom Bradley Terminal

 

La « Cité des Anges » s’occupe de son terminal Tom Bradley. L’aéroport de Los Angeles a entamé les travaux de rénovation de cette aérogare située dans sa partie ouest le 26 février. Estimés à 723,5 millions de dollars, ils ont pour but de rénover l’intérieur du terminal international pour le rendre plus confortable et d’aménager une nouvelle porte d’embarquement à l’extrême nord du bâtiment destinée à accueillir des appareils du type de l’Airbus A380 et du Boeing B747-8. Mais le plus gros de l’investissement sera consacré à l’installation d’un nouveau système de vérification des bagages.

Construit en 1984 pour les Jeux Olympiques, le terminal Tom Bradley, du nom d’un maire qui a gouverné la ville vingt ans durant, n’avait pas connu de remise à niveau majeure de ses installations depuis. Mais d’ici à mars 2010, il devrait s’être agrandi de plus de 4.000m². C’est là que seront scannés et scellés les bagages de soute avant que les passagers aillent s’enregistrer et les fassent acheminer vers les appareils. Les encombrantes machines de détection d’explosifs qui envahissent aujourd’hui le hall seront donc déplacées et remplacées par d’autres de nouvelle génération, plus efficaces. Ceci libèrera de la place dans le hall et y réduira la congestion.

Les passagers pourront ainsi profiter des améliorations apportées dans cet espace. De nouveaux dispositifs destinés aux personnes handicapées sont installés, quand de nouveaux ascenseurs et de nouveaux escalators faciliteront les déplacements de tous. Les salons, actuellement au nombre de seize, ne seront plus que quatre : trois d’entre eux seront destinés aux voyageurs empruntant les vols des compagnies appartenant aux alliances mondiales, le dernier aux autres. La température et la ventilation seront mieux contrôlées, les affichages plus modernes et plus lisibles. Les systèmes de sécurité, anti-incendie et électriques seront également améliorés.
Enfin, l’extrémité nord du terminal va être réaménagée de façon à pouvoir accueillir la nouvelle génération de très gros porteurs : le B747-8 et l’A380. Ce dernier devrait d’ailleurs faire une escale Los Angeles durant son tour du monde du mois de mars. Il s’amarrera alors à l’autre extrémité du terminal Tom Bradley, au Sud, où une porte a été rénovée au mois de juin dernier en prévision des tests en vol du « Super Jumbo ».

Les travaux qui viennent d’être entamés sont la deuxième partie du plan de rénovation de l’aéroport de Los Angeles. Ils devraient s’achever au mois de mars 2010.
 

Airbus annonce un traitement de choc dans un climat social tendu

Airbus annonce un traitement de choc dans un climat social tendu

 

Airbus r. 1

 

L'avionneur européen Airbus dévoile mercredi les détails de son plan de restructuration qui prévoit des milliers de suppressions d'emplois et des cessions de sites en France et en Allemagne, suscitant l'inquiétude des salariés et des menaces des syndicats. Approuvé lundi par les actionnaires d'EADS, la maison mère d'Airbus, ce plan baptisé "Power 8" vise à économiser 5 milliards d'euros d'ici à 2010 puis 2 milliards par an afin de compenser les surcoûts liés aux retards de l'avion géant A380, ainsi que la faiblesse du dollar face à l'euro.

Airbus r. 2

 


Comme l'a déjà dévoilé le Premier ministre français, le plan comprendrait 10.000 suppressions d'emploi sur les 16 sites européens d'Airbus, chez ses sous-traitants et intérimaires. L'avionneur emploie 56.000 personnes, dont 22.000 en France, 21.000 en Allemagne, 10.000 en Grande-Bretagne et 3.000 en Espagne. L'essentiel des coupes concernera des postes administratifs et devrait se faire sans licenciement sec. Selon le quotidien Die Welt, la France perdrait 4.200 emplois, l'Allemagne 3.500.

Airbus r. 3

 


D'après la Dépêche du Midi, le siège toulousain d'Airbus pourrait subir 900 suppressions de postes. Airbus pourrait, selon d'insistantes rumeurs, céder ses usines de Saint-Nazaire et Méaulte en France et de Nordenham et Varel en Allemagne, qui devraient continuer de bénéficier de contrats de sous-traitance avec Airbus. Selon la radio BFM, qui cite des sources internes, Airbus devrait également céder le site de Filton en Grande-Bretagne et fermer le site de Puerto Real en Espagne.

Mardi, les organisations syndicales européennes d'Airbus ont décidé de faire front commun en cas de cession d'usines ou de licenciements secs, avec à la clé une "journée d'action" qui pourrait prendre la forme d'une grève, a annoncé Peter Scherrer, secrétaire général de la Fédération européen des métallurgistes (FEM).

En France, syndicats et salariés n'ont pas attendu l'annonce du plan pour monter au créneau. Force Ouvrière, syndicat majoritaire d'Airbus, a prévenu qu'une fermeture ou une externalisation des sites de Saint-Nazaire ou de Meaulte seraient comme "une déclaration de guerre". De leur côté, les salariés d'Airbus à Méaulte (Somme) ont cessé "spontanément" le travail mardi à la mi-journée, en réaction à la menace d'externalisation.

 

 

La France est la plus touchée par les suppressions de postes. Six sites vont être cédés, dont deux français. Le futur long courrier A350 sera assemblé à Toulouse.

 

Usine Airbus

 

Le président d'Airbus, Louis Gallois, a confirmé mercredi 28 février à Toulouse la suppression de 10.000 emplois chez le constructeur aéronautique européen, la cession de trois de ses sites et l'adossement à des partenaires industriels pour trois autres, dans le cadre du plan de restructuration "Power8".
Le plan prévoit la suppression sur quatre ans de 4.300 emplois en France, dont 3.200 à Airbus France et 1.100 au siège toulousain de l'avionneur, 3.700 en Allemagne, 1.600 en Grande-Bretagne et 400 en Espagne, a-t-il détaillé lors d'une conférence de presse, après avoir présenté "Power8" aux représentants syndicaux.
"Nous procéderons par des mesures volontaires, des départs anticipés à la retraite, nous apprécierons la situation et nous ferons un bilan dans les dix mois qui viennent", a précisé Louis Gallois, ajoutant que la réduction des frais de fonctionnement devrait générer 900 millions d'euros.

 
700 millions d'euros


La moitié de l'ensemble des suppressions d'emplois (5.000) concerneront les intérimaires et les sous-traitants, et aucun licenciement sec n'est envisagé "à ce stade", a fait valoir Louis Gallois.
Ces réductions d'effectifs coûteront quelque 700 millions d'euros au groupe et cette charge sera "provisionnée au premier trimestre 2007", a-t-il ajouté.
Airbus va céder trois sites de production (Laupheim et Varel en Allemagne, Saint-Nazaire-Ville en France) et établir des partenariats industriels pour trois autres (Filton en Grande-Bretagne, Méaulte en France et Nordenham en Allemagne).
Airbus envisage pour les trois premiers sites une "cession à des fournisseurs clés", un "rachat par les salariés" ou un "regroupement avec des sites voisins".
"A Saint-Nazaire, il serait rationnel de se réorganiser sur un seul site", alors que les deux usines Airbus y sont actuellement séparées de deux kilomètres, a souligné le PDG d'Airbus.
Pour les trois autres, "Airbus envisage des partenariats industriels (...) de manière à faciliter leur mutation technologique du métallique vers un mode de conception et de fabrication en matériaux composites".

 

"Une nouvelle organisation totalement transnationale"


Concernant la répartition des tâches entre France et Allemagne, le futur long-courrier A350 d'Airbus sera assemblé à Toulouse et une troisième chaîne d'assemblage de l'A320 sera créée à Hambourg (Allemagne), a indiqué EADS.
L'assemblage de la famille de moyen-courriers A320 "sera limité à 14 unités par mois à Toulouse et le reste à Hambourg. Il s'agit là simplement d'un accord qui avait été conclu au conseil de surveillance d'Airbus en 2000", a rappelé Louis Gallois, qui souhaite à l'avenir "une chaîne d'assemblage par appareil".
Le président d'Airbus a également annoncé la réduction du nombre de "centres d'excellence" de huit à quatre. Le fuselage et la cabine seront centralisés en Allemagne, la partie arrière en Espagne, les voilures et le système de propulsion au Royaume-Uni et les structures et équipements intérieurs seront implantés en France. Ces quatre centres auront des unités dans différents pays.
"Les compagnies nationales n'auront plus de rôles opérationnel", a-t-il déclaré, prônant "une nouvelle organisation totalement transnationale et cohérente".

 
Les syndicats en colère
 
 

Dès l'annonce du plan, environ 1.800 salariés ont débrayé à Saint-Nazaire sur les deux sites Airbus, un "débrayage d'information" des syndicats qui ont qualifié d'"inacceptable" le plan Power8. Près de 600 salariés de ce site pressenti depuis plusieurs semaines comme pouvant être cédé se sont rassemblés à 14H30 pendant une heure devant les grilles de l'usine.
L'intersyndicale a qualifié d'"inacceptables" les conditions du plan de restructuration Power8, a commenté Yvonnick Dréno (FO). "Quelle équité dans ces mesures ?", a-t-il demandé, en considérant qu'elles étaient "une véritable provocation".
Dans le calme et en silence, les salariés ont écouté les syndicats évoquer les premiers éléments concernant leur site, pour lequel plusieurs options sont envisagées: une vente à un sous-traitant ou une fusion avec le second site de Saint-Nazaire, à Gron. Les deux sites emploient environ 2.400 personnes.

 

Lorsqu'Airbus dévoile « Power 8 » : l’emploi

Après un délai supplémentaire d’une semaine nécessaire pour arriver à satisfaire toutes les parties, Airbus a précisé aujourd’hui le contenu du plan « Power 8 » lancé en octobre dernier par Christian Streiff.

Louis Gallois, président d’Airbus, a annoncé une réduction de personnel de 10 000 personnes sur l’ensemble des pôles et a réaffirmé la « répartition équitable » entre les pays : 3700 personnes en Allemagne, 3200 en France, 1600 en Angleterre, 400 en Espagne ainsi que 1100 personnes au siège de Toulouse. Ceci faisant écho aux déclarations en fin de semaine dernière du Président Jacques Chirac et de la Chancelière allemande Angela Merkel sur la nécessité d’un « partage équitable des efforts dans la perspective de succès communs pour l'avenir ».

Ce plan devrait s’opérer sur quatre ans : les départs s’effectueront sur la base du volontariat ou de retraites anticipées. Les réductions concernent pour 50% les salariés d’Airbus et pour 50% les partenaires de la société ; la moitié des salariés d’Airbus concerné seront des intérimaires. Courant 2008, le constructeur fera un bilan du programme et décidera, si le plan ne semble pas réalisable, de « mesures contraignantes ».

Cette annonce permet de mettre fin aux rumeurs qui depuis plusieurs jours couraient sur ce plan. Louis Gallois a tenu à préciser que « Power 8 » avait été décidé afin d'améliorer la compétitivité du constructeur européen ; les problèmes et retards rencontrés dans la production de l’A380 n’ayant été qu’un élément déclencheur.

Fortune favors the bold

Fortune favors the bold

 

B757

 


Les lettres de licenciements pour tous nos membres d'équipage avaient été envoyées la veille de Noël. L'annonce concernant la fermeture définitive de la compagnie, elle, a été faite à travers un communiqué de presse, un jour après le Nouvel An. Aujourd'hui le 5 Janvier, c'est l'anniversaire de ma femme. C'est aussi le dernier jour d'opérations pour Independence Air.

Happy Birthday, Gina.

On me demande souvent comment il faut faire pour devenir pilote.

Ah, devenir pilote, c'est facile, tu vas à l'école. Etre embauché, ça c'est une autre histoire. Cette histoire relève sans doute un peu de la chance, une chance qu'il faut aller chercher, cultiver, et reconnaître lors des hasards heureux, et oublier lors des hasards malheureux.

Il y a une expression aux Etats-Unis que j'aime beaucoup: "fortune favors the bold." La chance sourit à l'audacieux. Je crois en ça. Je crois que la chance est comme un champ. La moisson peut être bonne ou mauvaise, encore faut-il avoir semé. Et il faut savoir encore semer quand on n'a rien récolté.

A l'heure où j'écris ces lignes, des centaines de pilotes avec des milliers d'heures de vol rejoignent la cohorte de ceux qui s'étaient déjà faits licencier par notre compagnie juste un an plutôt.

Ceux qui sont licenciés les premiers (les pilotes avec le moins d'ancienneté) sont aussi les premiers à retrouver du boulot. L'inconvenient, en fait, d'avoir de l'ancienneté dans une compagnie qui fait faillite, c'est que tu es le dernier à partir, le dernier à chercher un emploi. Le dernier après les pilotes d'American, Delta, United, USAir qui ont été également licenciés à tour de bras depuis le 11 Septembre 2001.

Tu te pointes quatre ans plus tard. Quatre ans trop tard, dans une période qui a été décrite comme la pire de l'histoire du transport aérien aux US.

Alors comment devenir pilote, tu me demandes ? Après 6000 heures de vol et 4 qualifs de type, je ne sais pas moi-même. Mais avec un peu d'audace, tu auras de la chance. Remember, fortune favors the bold.

C'était vendredi soir à Washington-Dulles, je rentrais chez moi à Chicago, en passager. Fatigué et démoralisé. Le vol était plein, le départ imminent, et comme d'habitude, la porte d'embarquement était à l'autre bout du terminal. Je n'avais pas envie de courir en uniforme. Je voyageais en stand-by, et il n'y avait aucune garantie qu'il y ait un siège de libre. Le prochain vol sur Chicago partait dans deux heures seulement, et il était à moitié plein, selon les ordinateurs de la salle d'équipage.

Mais au dernier moment, je vis mes pas s'accélérer, et je me retrouvais devant la porte d'embarquement A5, juste quelques minutes avant sa fermeture. La personne derrière le guichet me donna le dernier siège disponible, le siège 12B. Le siège qui changea ma vie.

Le vol était terrible, et à mi-chemin, l'avion fit demi-tour. Problème du système de dégivrage selon le Captain. Puis, les passagers se retournèrent vers moi, en me jettant un regard. Le genre de regard que seuls les passagers savent faire, mi-inquiet, mi-agacé. J'étais en uniforme, et ils voulaient des explications.

Alors j'expliquais, lentement, en choisissant mes mots. Je m'excusais au nom de la compagnie, bien sûr. "Obviously this is not how we want to run an operation," je leur disais. "But safety is the number one priority..."

Certains visages se détendaient. Les questions s'enchaînèrent.

Puis, je decidais d'entamer une conversation avec la personne assise à coté de moi. Il s'appelait Tim, il travaillait également pour une compagnie aérienne. Il rentrait chez lui, et je me disais, pas con, le mec, de ne pas voyager en uniforme.

Après un retour à Washington et un changement d'avion qui dura presqu'une heure, je profitais pour expliquer aux passagers ce "petit" problème technique. Un cours d'aérodynamique, des excuses supplémentaires. Certains étaient enragés, d'autres complètement ignorants. J'avais une patience d'enfer. Et je ne savais même pas pourquoi je faisais ça.

Notre compagnie était sous Chapitre 11, on perdait un million de dollars par jour. La fin était proche, très proche. On avait maintenant plus besoin d'investisseurs que de passagers. Des investisseurs avec des gros porte-monnaies.

Ces investisseurs ne seront jamais venus.

Je me retournais vers Tim. On parlait de tout et de rien, de la politique, du secteur aérien, et de notre boulot. On arrivait même à plaisanter. Il trouvait les employés d'Independence Air très bons. Meilleurs que ceux de United et American. Je souris, satisfait.

Tim travaille pour Maxjet, une compagnie qui fait du New York-Londres sur 767, configuré 100 % classe affaires. 102 sièges au lieu des 245 standards sur cette machine. Les sièges sont tous en cuir, les hôtesses sont belles et nombreuses, le champagne coule comme si c'était de l'eau, et les repas sont servis sur de la porcelaine de Chine. Je l'écoutais, admiratif.

Un rêve de gosse.

Les pilotes ont en moyenne 10.000 heures de vol, des anciens de TWA et Delta aux cheveux gris, qui ont croisé l'Atlantique plus d'une centaine de fois.

Enfin il sortit sa carte de visite de sa poche qu'il me tendit. Je n'en croyais pas mes yeux. Tim n'était pas qu'un pilote. Il était le chef pilote de la compagnie, et c'est pour ça qu'il ne portait pas l'uniforme. Avec un sourire digne des meilleurs feuilletons americains, il dit: "Give me a call."

Je vois son adresse email au bas de la carte. Je dis: "You'll have my résumé by Monday."

Voila un peu comment tu deviens pilote. Certains disent que j'ai eu beaucoup de courage pour être parti réaliser mon rêve. Je dis que j'ai juste eu un peu d'audace.

Et beaucoup de chance.

27/02/2007

LISEZ CE MESSAGE

      Si vous avez de la nourriture dans le réfrigérateur, des vêtements sur le dos, un toit au dessus de la tête et un endroit pour dormir…

Vous possédez plus de richesses que 75 % des gens en ce monde.

 

      Si vous avez de l’argent en banque ou dans votre portefeuille, et du petit change dans une assiette quelque part…

Vous comptez parmis les 8 % des personnes les plus riches de la planète.

 

      Si vous vous êtes levés en bonne santé ce matin…

Vous avez plus de chance que le million de personnes qui est mort cette semaine.

 

      Si vous n’avez jamais connu la guerre, la solitude, l’emprisonnement, l’agonie de la torture ou les affres de la famine…

Vous avez plus de chance que 500 millions de personnes dans le monde.

 

      Si vos parents sont toujours ensemble et toujours vivants…

Vous êtes dans une classe à part, même chez nous.

 

      Si vous pouvez tenir la main de quelqu’un, le serrer dans vos bras ou simplement le toucher sur l’épaule…

Soyez fier, car vous possédez le don de guérir.

 

      Si vous pouvez lire ce message, vous êtes fort chanceux de ne pas faire partie des 2 milliards de personnes qui ne savent pas lire du tout.

 

      Faites le décompte de vos chances, et passez une bonne journée (ou soirée).

Publié dans Constatations | Lien permanent

L'Etat belge astreint à payer les nuisances de Zaventem

L'Etat belge astreint à payer les nuisances de Zaventem

 

Pistes Aéroport de Bruxelles

 

L'étau juridique s'est un peu plus resserré sur le gouvernement fédéral dans le dossier de la gestion des nuisances liées au trafic aérien de et vers l'aéroport national de Zaventem. Une décision prise le 6 février dernier par le juge des saisies du tribunal de 1ère instance de Bruxelles a accordé la levée d'une somme de 725.000 euros d'astreintes à des riverains de la périphérie Est.

Dans la saga juridico-politique entourant le plan Anciaux de dispersion des vols, cette énième décision de justice est la première à autoriser l'exécution d'une saisie pour obtenir le paiement d'astreintes par l'Etat. Le juge des saisies a constaté que l'Etat belge avait enfreint l'arrêt de la cour d'appel rendu le 17 mars 2005 qui lui enjoignait de ne plus utiliser la courte piste 02 de manière abusive et excessive.

A ses yeux, l'Etat se trouve "redevable aux défendeurs (les riverains ayant agi contre l'Etat) de la somme de 725.000 euros à titre d'astreintes pour la période comprise entre le 27 avril 2005 et le 12 mars 2006". Les riverains sont dès lors autorisés à poursuivre l'exécution forcée pour obtenir le paiement de ces sommes, majorées des intérêts judiciaires et des frais d'exécution.

 

Renaat Landuyt fait appel

 

Renaat Landuyt

 

Le ministre fédéral de la Mobilité, Renaat Landuyt, a fait part mardi de son intention d'aller en appel de la décision du tribunal des saisies d'imposer à l'Etat belge le paiement d'astreintes d'un montant de 725.000 euros à des riverains de la périphérie Est de l'aéroport. Ce tribunal a estimé que l'Etat n'avait pas respecté un arrêt de la Cour d'appel qui avait jugé abusive et excessive, l'utilisation de la courte piste 02 dans le cadre du plan Anciaux de dispersion des vols de et vers l'aéroport national. Ce recours n'est pas suspensif.

Le juge des saisies a estimé que l'Etat belge n'avait pas respecté l'arrêt de la Cour d'Appel, ou, pas tout à fait, si l'on en croit le ministre de la Mobilité Renaat Landuyt, interrogé ce mardi. "Nous avons obtenu gain de cause pour une moitié, et pour l'autre moitié pas", a affirmé le ministre, faisant référence à la décision prise de retirer la piste 02 du schéma préférentiel de vols et de ne plus l'utiliser que lorsque le vent rend impossible une utilisation des autres pistes. D'après le ministre, le Juge conteste la manière dont cette procédure est mise en pratique. "Les procédures de Belgocontrol, le gestionnaire du trafic aérien, ont déterminé qu'une fois que l'on a fait passer les avions par la piste 02 en raison des normes de vent, on continue à utiliser cette piste durant le reste de la journée, y compris lorsque le vent change.

Le juge affirme à présent que l'on ne peut pas agir de la sorte et qu'il faut intervenir plus rapidement lorsque le vent change", a poursuivi Renaat Landuyt. Aux yeux du ministre sp.a, il n'y a pas de reproche à faire au gouvernement. "Il s'agit dans le cas présent d'une procédure de sécurité, pas d'une décision gouvernementale", a-t-il estimé. D'après le ministre de la Mobilité, les procédures ont d'ailleurs été assouplies, précisément pour permettre une adaptation plus rapide aux changements de vent. Quant au montant de 725.000 euros, Renaat Landuyt le qualifie de théorique et considère qu'il faut encore attendre avant de voir si les riverains vont effectivement exiger son paiement.

Easyjet s'implante à Zaventem

Easyjet s'implante à Zaventem

 

EasyJet

 

La compagnie aérienne britannique Easyjet a annoncé mardi l'ouverture d'une ligne entre Bruxelles et Genève lors d'une conférence de presse à Brussels Airport. "Nous étions quasiment dans toutes les grandes capitales européennes. Il y a un potentiel important à Bruxelles", a indiqué Peter Voets, marketing manager d'Easyjet Suisse.

La compagnie a choisi Bruxelles car cela fait partie de sa stratégie de s'implanter dans les villes et non dans les aéroports secondaires. La première liaison sera opérée le 29 juin prochain. La compagnie a l'ambition d'ajouter une seconde fréquence, toujours entre Bruxelles et Genève, à partir de septembre. Easyjet cible la clientèle "loisirs et affaires".

Airbus va supprimer 7.700 emplois en France et en Allemagne

Suppression demploi chez Airbus

 

 

 

L'avionneur européen Airbus va supprimer 3.500 emplois en Allemagne et 4.200 en France dans le cadre de son programme de restructuration "Power 8" entériné lundi, affirme le quotidien allemand Die Welt mardi sur son site internet en citant des sources proches de l'entreprise.

Airbus compte 21.000 salariés en Allemagne et 22.000 en France. La répartition de la production entre la France et l'Allemagne doit rester inchangée pour l'avion géant A380. Le futur long-courrier A350 sera en revanche produit pour l'essentiel en France, tandis que le successeur du moyen-courrier A320 reviendra à l'Allemagne.

Le conseil d'administration de la maison mère EADS avait donné lundi son feu vert "à l'unanimité" à Power 8, qui doit permettre de générer 2,1 milliards de bénéfice d'exploitation (Ebit) par an. Les modalités du plan, qui n'ont pas encore été dévoilées, seront présentées aux salariés mercredi. L'annonce de Power 8, initialement prévue il y a une semaine, avait été repoussée à la dernière minute en raison d'un désaccord franco-allemand sur la répartition des efforts à consentir.

EADS approuve le plan de restructuration d'Airbus

EADS approuve le plan de restructuration d'Airbus

 

Famille Airbus

 

Le conseil d'administration d'EADS a approuvé ce lundi le plan de restructuration de sa filiale Airbus, a annoncé le groupe d'aéronautique et de défense dans un communiqué. "Le conseil d'administration d'EADS a ce jour approuvé à l'unanimité Power8, le projet de transformation d'Airbus", a indiqué le groupe (voir explications).

"Ce projet sera discuté avec le Comité d'entreprise européen d'Airbus le 28 février 2007 et ensuite avec les représentants du personnel au niveau national", a-t-il précisé. "A l'issue de cette présentation aux représentants du personnel, EADS et Airbus communiqueront en détail sur ce plan", a ajouté le maison mère de l'avionneur européen, sans préciser de date.

L'annonce de ce plan, prévue le 20 février, avait été repoussée à la dernière minute, faute d'accord entre les actionnaires français et allemands d'EADS sur les efforts à consentir.

26/02/2007

Un acte que j'essaye de comprendre, en vain

Bonsoir.

Je suis un fou d'aviation. Et fou, ce n'est que très peu dire.

Pour cela j'ai créé ce "blog", pour partager ma passion, comme beaucoup le font sur internet. Et je suis content de voir que cela intéresse certains, puisqu'en moyenne 100 personnes consultent cette page tous les jours. Cela me fait très plaisir.

Mais, en parallèle, plein de choses se passent dans le monde, qui n'ont rien à voir avec l'aviation et le monde qu'il englobe. c'est pour cela que je me tiens à rester totalement et le plus possible dans le sujet qui me passionne et que constitue ce site.

Néanmoins, je poste maintenant un article qui n'a aucun rapport avec l'aviation, et je vais vous expliquer pourquoi :

je suis tombé par hasard là tantôt sur une vidéo, et depuis longtemps aucune vidéo ne m'avais profondément choqué, atteinte comme celle-ci. Je viens à me demander comment l'être humain, aussi avancé soit-il, peut tolérer, admettre de prodiguer de telles actes envers des êtres vivants ; qui plus est se trouve être des animaux totalement inofensifs envers la race humaine, ce qui accroit ma haine et mon interrogation, ce "comment", comment l'on peu être aussi cruel.

Pour cette raison, je me permets de sortir du sujet de mon site, le temps d'un article, et de profiter de la "notoriété", aussi infime soit-elle, de ce site, pour faire passer ce nième message de cruauté dont est capable l'être humain.

Je ne souhaite plus faire de commentaires, je vous avoue que je suis profondément dégouté, en plus du fait que le dauphin est mon "animal préféré" depuis ma plus jeune enfance.

 

Attention, ces images peuvent choquer.

 

Je me suis apperçu qu'une pétition (virtuelle) circulait au sujet de ces actes. Je vous avoue franchement que je ne sais pas si une pétition virtuelle comme celle-ci est du "bidon", mais je me permets tout de même de vous donner son adresse : cliquez ici pour y accéder.

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire personnel, j'aimerais avoir des avis.

Publié dans Général | Lien permanent

UPS et Airbus revoient leur copie

UPS et Airbus revoient leur copie

 

A380 UPS

 

UPS a accordé un sursis à Airbus. La société américaine proposant des services de livraison a annoncé qu’elle avait conclu un nouvel accord avec le constructeur européen le 22 février à propos de ses A380F. Il apporte des révisions à celui conclu initialement le 13 décembre 2005.

Le contrat prévoyait alors que les dix A380 dans leur version cargo seraient livrés entre 2009 et 2012. Mais les retards successifs annoncés par Airbus n’auraient de toute façon pas permis au constructeur d’honorer ses engagements calendaires.

Les deux parties sont donc convenues d’un report des dates de livraison, sans les préciser officiellement. Le contrat comporte également une clause permettant l’annulation de la commande. La société de livraison de colis dispose ainsi de davantage de temps pour évaluer ses besoins et la meilleures façon de les satisfaire : attendre le géant d’Airbus ou se tourner vers son concurrent.

Après le renoncement de FedEx à l’A380F en novembre 2006, UPS tient donc entre ses mains le sort de la version cargo du « Super jumbo »…